carreau


carreau
carreau 1.
(kâ-rô) s. m.
   Plaque de terre cuite, de pierre, de marbre, qui est d'ordinaire de forme carrée et qui sert à faire certains pavages.
   Familièrement. Froid, dur comme un carreau, comme carreau, très froid, très dur.
   Carreau de jeu de paume. Chasse à deux, à trois carreaux. à quatre carreaux la balle perd.
   Franc carreau, jeu où celui dont la pièce jetée en l'air retombe le plus près du milieu du carreau, gagne le coup.
   Dans une chambre parquetée ou pavée de carreaux égaux, on jette en l'air un écu ; l'un des joueurs parie que cet écu, après sa chute, se trouvera à franc carreau, c'est-à-dire sur un seul carreau ; le second parie que cet écu se trouvera sur deux carreaux, c'est-à-dire qu'il couvrira un des joints qui les séparent ; un troisième joueur parie que l'écu se trouvera sur deux joints, BUFF. Homme. Arithm. morale..
   Sol pavé de carreaux. Le carreau d'une chambre, d'un vestibule.
   Par extension. Coucher sur le carreau, coucher sur le plancher. Jeter des meubles sur le carreau, les jeter dans la rue.
   Fig. Jeter, coucher quelqu'un sur le carreau, le renverser mort ou très blessé.
   Rester, demeurer sur le carreau, être tué sur la place.
   Le carreau de la halle à Paris, lieu où se font les ventes de la halle, ainsi dit parce qu'il est carrelé, pavé.
   Carreau de vitre, ou simplement, carreau, pièce de verre à vitrer. Casser, remettre un carreau.
   Carreau électrique, espèce de condensateur, formé d'une lame de verre entourée d'un cadre en bois et recouverte, sur chacune de ses faces, par une lame d'étain.
   Carreau magique ou étincelant, carreau de verre sur lequel on a tracé divers dessins avec de petites losanges d'étain placées à distance, de manière à les rendre visibles dans l'obscurité, en y produisant des étincelles électriques.
   Carreau d'arbalète, flèche dont le fer avait quatre pans.
   Les carreaux de la foudre, substance solide imaginaire qu'on croyait, au commencement du XVIIe siècle, lancée par la foudre, et qui tuait ainsi ceux qu'elle frappait comme un carreau d'arbalète. Rohaut dans son Traité de physique (1671) dit positivement que tous les efforts pour retrouver ce carreau ont été vains, et il en conclut que la foudre doit être un feu particulier qui tue comme s'il frappait.
   Par extension, la foudre elle-même, le tonnerre.
   Ce Dieu remplit ses fourneaux De deux sortes de carreaux, LA FONT. Fabl. VIII, 20.
   [Ciel] Pour qui gardes-tu tes carreaux embrasés, Si de pareils tyrans n'en sont point écrasés ?, CORN. Sur. V. 5.
   Du tonnerre dans l'air bravant les vains carreaux, BOILEAU Sat. X..
   Lorsque les carreaux de son foudre Chez nos sourds passent pour muets, Jupin ne mettrait-il en poudre Qu'une couronne de bluets ?, BÉRANG. Bluets..
   Aux cartes, celle des quatre couleurs qui est marquée de petits carreaux rouges. Il tourne carreau. Je n'ai pas de carreau. As de carreau.
   Au parloir, témoin de mes larmes, Le roi de carreau [un homme désigné en cartomancie par cette carte] vient souvent, BÉRANG. Cartes..
   Fig. et familièrement. On l'a traité comme le valet de carreau, comme un valet de carreau, avec le dernier mépris.
   Et Marinette aussi, d'un dédaigneux museau, Lâchant un : Laisse-nous, beau valet de carreau, M'a planté là comme elle...., MOL. Dépit am. IV, 2.
   Populairement. Mettre le coeur sur le carreau, vomir. Cette locution est fondée sur le double sens de coeur de carte et coeur pris pour estomac, et de carreau le sol et carreau carte.
PROVERBE Qui garde ou se garde à carreau n'est jamais capot ; dicton qui, bien entendu, n'a rien de réel, et n'est fondé que sur la consonnance.
   C'est un gaillard qui se garde toujours, qui a toujours garde à carreau ; il a toujours quelque expédient, quelque ressource pour se tirer d'affaire.
   Coussin carré pour s'asseoir ou s'agenouiller.
   Qu'un fastueux carreau soit vu sous ses genoux, BOILEAU Sat. X.
   Charles, pour n'être point vu de cette multitude, se mit un carreau sur la tête, VOLTAIRE Charles XII, 7.
   Fer à repasser de tailleur pour rabattre les coutures.
   Dessin en forme de carreau. Étoffe à carreaux.
   Planche d'un jardin potager. On dit plutôt aujourd'hui carré.
   Le pis fut que l'on mit en piteux équipage Le pauvre potager : adieu planches, carreaux : Adieu chicorée et poireaux, LA FONT. Fab. IV, 4.
10°   Terme de peinture. Carreaux de réduction, lignes perpendiculaires tracées à la craie ou avec des fils sur un tableau, pour le copier en le réduisant.
11°   Terme de maçonnerie. Pierre qui a plus de largeur en parement que de longueur en queue.
12°   Terme de marine. Ceinture extérieure d'une embarcation non pontée.
13°   Terme de pêche. Nappe carrée tendue sur deux portions de cerceau qui se croisent et qui sont attachées au bout d'une perche. Ce filet se nomme aussi carré, carrelet, échiquier.
14°   Grande plaque plombée placée au-dessus des mangeoires des chevaux, pour les empêcher de lécher le mur.
15°   Grosse lime de serrurier.
   Petit nécessaire d'une couturière.
   Ais carré servant à remplir la carcasse d'une feuille de parquet.
   Chaque pièce composant les faces extérieures et verticales d'un poêle.
16°   Pâturage clos de larges fossés.
17°   Terme de blason. Carré imparfait.
18°   Un des noms vulgaires de l'hirondelle de rivage.
19°   Adjectivement. Brochet carreau, très gros brochet.
   XIe s.
   D'une arbaleste [il] ne peut traire un quarrel, Ch. de Rol. CLXV.
   XIIe s.
   Quarals ne lance n'en puet maille fausser, Ronc. 50.
   [Le cheval] Plus tost li court que carals destendus, ib. 14.
   Touz ses mostiers ert [sera] refais de quarraus [de pierres de taille], ib. 149.
   Tost furent esfremi e viel e juvencel, La novele espandue du saint martyr novel, Qui giseit au mustier ocis sur le quarrel, Th. le mart. 153.
   Tant ont miné sous terre, chascun à son cisel, Que des murs de Cologne ont trait maint grant quarel [pierre], Sax. IX.
   Ung mur de quarriaus tailleïs, ib. III, 817.
   XIIIe s.
   Lors veïssiés mangoniaus jeter des nés [nefs] et des huissiers [sorte de navires], et quarriaux d'arbalestes traire mout delivrement, VILLEH. LXXVII.
   Si mist un quariel en coche et traïst au roi, Chron. de Rains, 79.
   Quarriau de toile sunt pieces de toile qui tiennent quatre aunes et demie de toile, Liv. des mét. 343.
   Quiconques est archiers à Paris, il puet faire ars, quarriaus et fleiches de tel fust come il li plaist, Livre des mét. 260.
   [La tour] tote est de vert carrel de marbre, Fl. et Bl. 1815.
   XVe s.
   Ceux du Quesnoy descliquerent canons et bombardes qui jetoient grands carreaux, FROISS. I, I, 111.
   Jeunes amoureux nouveaulx.... Chevauchent faisant les saulx, Et font saillir des carreaulx De feu, comme de charbon, CH. D'ORL. Rond. 48.
   Et lors qui haioit à Paris aucun homme, il ne falloit que dire : il a esté Ermignac, presentement estoit tué sur le carrel, P. DE FENIN 1418.
   XVIe s.
   Le locataire est contraint à vuider par execution et mise de ses meubles sur les carreaux, LOYSEL 482.
   Luy estant apporté un quarreau, il commanda au plus vieil d'entre eulx qu'il le prist pour se seoir, AMYOT Alex. 98.
   En trois mois les peuples soustenus de gens notables mirent sur le carreau plus de 10 000 personnes, D'AUB. Hist. I, 262.
   Sur le soir, après qu'un Espagnol par les carreaux du pont lui eut passé son espée au travers le petit ventre, D'AUB. ib. II, 468.
   Les refformez passerent le temps à charger leurs pistolets avec cire, liege et carreaux d'acier, D'AUB. ib. III, 49.
   Les harquebusades des barricades furent accompagnées de celles des fenestres, avec une gresle de carreaux [pavés], qu'ils appelent grez, D'AUB. ib. III, 74.
   Il se mit à genoux sur un carreau de veloux noir, D'AUB. ib. III, 91.
   Les pots et carreaux à feu, PARÉ IX, Préf..
   Faut luy mettre entre les deux espaules un oreiller, ou un quarreau assez dur, PARÉ XIII, 8.
   Eau d'orge, en laquelle on aura fait esteindre des carreaux d'acier ou de fer ardens, PARÉ XXIV, 49.
   Ils vous ont mis en figure en une belle feuille de papier, dejà couronné comme un roy de carreau, par anticipation, Sat. Ménipp. 87.
   [Il] Les scia d'un fer bien denté, Les transformant en une hune, En mast, en tillac, en carreaux, RONS. 564.
   À grands esclats fit enlever l'escorce Du tronc du pin sur la terre estendu, En longs carreaux et en poutres fendu, RONS. 599.
   Un seul chesne, un seul orme, un sapin, un cyprés, Qu'un nerveux charpentier tourne en courbes charrues, Ou en carreaux voutez des navires ventrues, RONS. 924.
   La terre sera despartie comme par quarreaux divisés de jardinage, O. DE SERRES 120.
   Les costez de ce grand vuide [l'amphithéâtre à Rome] remplis et environnez, depuis le fond jusques au comble, de soixante ou quatre vingts rengs d'eschelons, aussi de marbre, couverts de carreaux [coussins], MONT. IV, 12.
   Picard, cariau, carieu ; génev. carron, carreau de terre cuite ; wallon, quarai ; provenc. cairel ; anc. catal. quadrel ; espagn. quadrillo ; ital. quadrello ; diminutif de quadrum, un carré (voy. cadre). Dans l'ancien français le nominatif singulier était carals, carels, prononcé carau, careu, et le régime était carel ; c'est le nominatif qui est devenu le mot moderne.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
1. CARREAU. Ajoutez :
18°   
   Carreau ou coussin, nom, suivant les pays, du métier de la dentelle à fuseaux, lequel est une boîte carrée, garnie et rembourrée extérieurement, CH. BLANC l'Art dans la parure, p. 290.
19°   Sorte de tapis.
   Les carreaux dits de Hollande sans envers, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. III, p. 697.
20°   Pierre de taille, granit.
   Il y a une petite cave, dans laquelle cave il y a une auge en carreau, Avranchin, 1er déc. 1872, aux annonces.
21°   Populairement. Monocle qu'on fait tenir en contractant le sourcil, par comparaison avec un carreau de vitre.
————————
carreau 2.
(kâ-rô) s. m.
Terme de médecine. Affection des ganglions mésentériques, avec tuméfaction et dureté du ventre.
   Ainsi dénommé à cause de la dureté du ventre qui est comme un carreau.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • carreau — [ karo ] n. m. • quarrel 1080; lat. pop. °quadrellus, de quadrus « carré » I ♦ 1 ♦ Anciennt Trait d arbalète à fer en losange à quatre pans. 2 ♦ (1160 « pierre ou brique posée de chant ») Cour. Petite plaque (en terre cuite, en pierre, en marbre) …   Encyclopédie Universelle

  • carreau — CARREAU. s. mas. Espèce de pave plat fait de terre cuite, de pierre, de marbre, etc. dont on se sert pour paver le dedans des maisons et des Églises. Petit carreau. Grand carreau. Carreau de terre cuite. Carreau de faïence. Carreau vernissé.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Carreau — Cárreau, (sprich Cárro,) ein unabänderliches Hauptwort, welches nur in der Französischen Karte üblich ist, und die rothen Figuren andeutet, welche ein geschobenes Viereck vorstellen; im gemeinen Leben Caro. Das Carreau As, der Carreau König u.s.f …   Grammatisch-kritisches Wörterbuch der Hochdeutschen Mundart

  • Carreau — Nom de famille surtout porté dans la Sarthe et le Loiret. Son sens est particulièrement difficile à définir, car les solutions sont trop nombreuses : on peut penser au carreau d arbalète (et donc à celui qui le fabriquait ou l utilisait), mais… …   Noms de famille

  • Carreau — (fr., spr. Karroh), 1) Viereck; 2) viereckige Steinplatte; 3) Eckstein; 4) in der französischen Spielkarte die zweite Farbe, deren Zeichen ein rothes Viereck ist …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Carreau — (franz.), s. Karo …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Carreau — (frz., spr. roh), s. Karo …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Carreau — (frz. Carroh), das Viereck, die Raute, verschobenes Quadrat. Auch eine Farbe in den franz. Karten, durch rothe Vierecke bezeichnet (Schell) …   Herders Conversations-Lexikon

  • carreau — Carreau, Cerchez Quarreau …   Thresor de la langue françoyse

  • CARREAU — s. m. Espèce de pavé plat, fait de terre cuite, de pierre, de marbre, etc., dont on se sert pour paver le dedans des maisons, des églises, etc. Petit carreau. Grand carreau. Carreau de terre cuite. Carreau de faïence. Carreau vernissé. Carreau de …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.