chevalerie


chevalerie
(che-va-le-rie) s. f.
   Institution militaire, propre à la noblesse féodale et consacrée par la religion. Les siècles de la chevalerie.
   Voilà où aboutit une aventure [descente du prince Édouard en Écosse] qui eût réussi dans les temps de la chevalerie, mais qui ne pouvait avoir de succès dans un temps où la discipline militaire, l'artillerie et surtout l'argent décident de tout à la longue, VOLT. Louis XV, 25.
   La chevalerie errante, les chevaliers errants.
   Romans de chevalerie, romans où sont décrits les exploits, les caractères, les moeurs, le aventures, les amours des chevaliers tels que l'imagination les avait idéalisés.
   Faire chevalerie, se disait, dans la langue du moyen âge, des actes de vaillance ou de courtoisie que faisait un chevalier.
   Le corps des chevaliers, la cavalerie noble.
   Rodrigue, à la tête de sa chevalerie, subjugua le royaume de Valence, VOLT. Moeurs, 44.
   Fine fleur de chevalerie, se disait pour l'élite des chevaliers et aussi pour un chevalier accompli.
   Qualité, rang de chevalier.
   Ordre de chevalerie, distinction honorifique instituée par divers souverains. Être décoré de plusieurs ordres de chevalerie.
   Non, d'aucune chevalerie Je n'ai le brevet sur velin, BÉRANG. Vilain..
   Race noble. Cette maison est d'ancienne chevalerie.
   La noblesse. Un roi entouré de sa chevalerie.
   XIe s.
   Donc aurez fait gente chevalerie, Ch. de Rol. XLIII.
   N'i a paien de tel chevalerie, ib. LXXV.
   XIIe s.
   Tant est Rolans pleins de chivalerie [vaillance], Ronc. p. 28.
   [Il] Va demandant pris de chivalerie, ib. p. 58.
   Et là doit-on faire chevalerie, Où on conquiert paradis et honor, QUESNES Romancero, p. 93.
   Si faisons assembler nostre chevalerie, Sax. XXXII.
   XIIIe s.
   À Paris la cité [il y] ot grant chevalerie, Berte, II.
   Je vueil qu'o vous s'en voist [aille] noble chevalerie [nobles chevaliers], ib. LXXII.
   [Roland] Qui fut preus et hardis, pleins de chevalerie, ib. CXLIV.
   Atant se parti li chevaliers dou roi, sans saluer, et passa mer et trouva le roi Richart à Londres à tout grant chevalerie et li dist, Chr. de Rains, p. 59.
   Est-il greignor forsenerie Que d'essaucier chevalerie, Et d'amer gens nobles et cointes Qui robes ont gentes et jointes ?, la Rose, 12132.
   Et li fust ostés li estas de chevalerie, BEAUMANOIR XLV, 29.
   Fié [fief] qui ne deit servise que d'une chevalerie ne se part mie entre suers, Ass. de J. I, 224.
   Avec le conte de Brienne avoit un vaillant clerc qui estoit evesques de Rames, qui maintes beles chevaleries avoit faites en la compaingnie le conte, JOINV. 271.
   Chevalerie amors resanble, Si ont pris compaignie ensemble ; Hardi covient estre ameor [amant], Ausi com le combateor, Ovide, De arte, ms. f° 97, dans LACURNE.
   XIVe s.
   Si comme medecine quert un bien, et chevalerie un autre bien, ORESME Eth. VII, 13.
   XVe s.
   Si s'avisera qu'il la conforteroit [Tournay] tellement et y envoieroit si bonne chevalerie que la cité seroit toute seure et bien conseillie, FROISS. I, I, 126.
   Peu en affiert à moy de mercy, je ne suis que ung seul homme ; la chevalerie qui avec moy estoit, qui les prouesses firent, en doivent avoir l'honneur. Sire chevalier, dit le roy, vous dictes vostre plaisir, mais le bon chef fait la bonne chevalerie, Perceforest, t. II, f° 96.
   XVIe s.
   Loyaux aides sont coutumierement dus pour chevalerie [réception comme chevalier] du seigneur ou de son fils ainé, LOYSEL 605.
   Masistius, general de la chevalerie des Perses, AMYOT Arist. 34.
   Chevalier ; provenç. cavalaria, cavalayria ; espagn. caballeria ; ital. cavalleria.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CHEVALERIE — La chevalerie apparaît au XIe siècle comme une catégorie de la société féodale rassemblant les spécialistes du combat cavalier, devenu le seul réellement efficace. C’est par le rite de la remise des armes, l’adoubement, que le jeune homme ayant… …   Encyclopédie Universelle

  • chevalerie — Chevalerie. s. f. Dignité, honneur, & grade de Chevalier. Ordre de Chevalerie. loix de Chevalerie. On disoit autrefois d un Chevalier extremement accompli, que C estoit fine fleur de Chevalerie. On le dit aujourd huy d un homme de qualité, en… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • chevalerie — Chevalerie, Equestris militia, Ius annulorum aureorum. B. ex Papin. et la dignité de celuy qui est fait chevalier, dont est appelé l Ordre de chevalerie. Et aussi la proüesse, hauts faits d armes et vaillances d un chevalier. En Amadis livre 2.… …   Thresor de la langue françoyse

  • Chevalerie — (franz., spr. schwall rī), Ritterschaft, Rittertum. C. de lecture (lat. milites clerici), im Mittelalter die Doktoren der obern Fakultäten, die dem Adel gleichstanden. Über C. als ritterlicher Minnedienst s. Weib …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Chevalerie — Adoubement de Lancelot, enluminure …   Wikipédia en Français

  • CHEVALERIE — s. f. Le rang, la qualité de chevalier. La chevalerie était le premier degré d honneur dans les armées, et ne s obtenait ordinairement que par de hauts faits d armes. Il reçut l ordre de la chevalerie. Conférer l ordre de la chevalerie à quelqu… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CHEVALERIE — n. f. Institution militaire et religieuse du moyen âge qui imposait à ses membres la bravoure, la loyauté, la protection des faibles et la courtoisie envers les dames. Les temps de la chevalerie. Recevoir, conférer l’ordre de la chevalerie. Des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Chevalerie — Che|va|le|rie die; <aus gleichbed. fr. chevalerie>: 1. Ritterschaft, Rittertum. 2. Ritterlichkeit …   Das große Fremdwörterbuch

  • CHEVALERIE EN ESPAGNE (ROMANS DE) — Au moment où il se propose d’imiter, dans la sierra Morena, la pénitence d’Amadis à la Roche Pauvre, Don Quichotte confie à Sancho Pança: «Amadis fut le nord, l’étoile et le soleil des chevaliers vaillants et amoureux et c’est lui que nous devons …   Encyclopédie Universelle

  • CHEVALERIE (ORDRES DE) — CHEVALERIE ORDRES DE Les chevaliers des premiers âges médiévaux, élevés dans le combat et pour le combat, ne connaissaient guère de limites à leurs impulsions barbares. Les guerres féodales décimaient noblesse et paysannerie, entretenaient le… …   Encyclopédie Universelle