chevaucher


chevaucher
(che-vô-ché) v. n.
   Aller à cheval.
   [Le chevalier] ainsi chevauchant, il mettait à fin toutes ces aventures chantées par nos poëtes, CHATEAUB. Génie, IV, V, 4.
   Terme de manége. Chevaucher court ou long, se servir d'étriers trop courts ou trop longs.
   Chevaler. Voy. chevaler.
   Se dit aussi de l'action du cheval faible et incertain dans ses allures, qui se taille des boulets en marchant.
   Terme de fauconnerie. L'oiseau chevauche, lorsqu'il s'élève par secousses au-dessus du vent.
   Par extension, être à califourchon. Cet enfant chevauche sur un bâton.
   Terme de métier. Se croiser, empiéter l'un sur l'autre. Ces ardoises ne chevauchent pas régulièrement.
   Terme de chirurgie. En parlant des fragments d'un os fracturé, éprouver le chevauchement.
   On dit de même de dents qui se croisent, qu'elles chevauchent.
   Terme d'imprimerie. Être mal aligné. Ces mots, ces lignes chevauchent.
   V. a.
   Michel chevauche un cheval de prise qu'il a choisi entre tous, P. L. COUR. Lett. I, 94.
   ALLER à CHEVAL, CHEVAUCHER. Ces mots veulent dire tous deux faire, à cheval, du chemin ; ce qui les distingue c'est l'emploi qu'on en fait : aller à cheval est la locution vulgaire et de l'emploi journalier ; chevaucher se trouve réservé pour le style relevé et surtout pour les narrations relatives au moyen âge.
   XIe s.
   Guenes chevalchet souz une olive haute, Ch. de Rol. XXVII.
   Tant chevaucherent es veies et chemins, ib. XIII.
   Ne mul ne mule que puissez chevalcher, ib. XXXV.
   Charles chevauche et les valz et les monz, ib. CCLXIX.
   XIIe s.
   Chevauchez, rois, ne soiez atarjans, Ronc. p. 84.
   [Je] ne quesisse jamais en estor chevauchier, Sax. XVI.
   Et li baron chevauchent ambleüre et troton, ib. XXII.
   XIIIe s.
   Après, prisrent congié pour retorner en lor païs, et chevauchierent tant par leur journées que...., VILLEH. XX..
   Et li quens de Flandres, qui la premiere bataille conduisoit, chevaucha, et les autres batailles chascune emprès, VILLEH. LXXI.
   Li marchis Bonifaces de Monferrat chevaucha toute la marine [le long de la mer] droit vers le palais de Bouchede-Lion, VILLEH. CVII.
   Par Ardenne [ils] chevauchent sans nul detriement, Berte, IX.
   Car ce content nostre voisin, Que une asnesse parla jà, Que un prophete chevaucha, Ren. 210.
   Tant se haste et tant s'esploite, Tant chevauche bois et garane, Qu'il est venus à Theroane, Ren. 18215.
   Mais li vaillant homme l'assaillent, Et la chevauchent [la richesse] et porsaillent, Et tant as esperons la batent, Qu'il s'en aesent et esbatent, la Rose, 5238.
   Et s'il a si le cheval chier, Qu'il le gart pour son chevauchier, ib. 10828.
   S'aucuns me preste son ceval por fere mon labor ou por cevaucier, BEAUMANOIR XXXVII, 4.
   Ainsi fut li cuens de Poitiers, Qui toz jors fu boens et entiers, Chevaucha cest siecle terrestre, Et mena paradix en destre, RUTEB. 49.
   Li messager le roi arriverent au port d'Antioche ; et dès Antioche jusqu'à leur grant roi [des Tartares], trouverent bien un an d'aleure, à chevauchier dix lieues le jour, JOINV. 262.
   XIVe s.
   Art de faire frains est dessoubz art de chevaucher, ORESME Eth. II.
   Et Bauduins chevauche, qui fu gais et jolis, Baud. de Seb. VI, 367.
   Les deux pans doivent chevaucher l'ung sur l'autre, quant ilz sont liés, près de demy pié, Modus, f° CXXVI, verso.
   XVe s.
   Il monta à cheval et partit par derriere, et chevaucha tous les bois à couvert, FROISS. I, I, 129.
   Et toudis chevauchoient les François les grands galops devers le pont...., FROISS. I, I, 139.
   Elle chevauchoit ung hobin ardant, COMM. VI, 7.
   XVIe s.
   C'estoit royal honneur de chevaucher un elephant, MONT. I, 366.
   Le courtisan dist qu'avant son temps c'estoit reproche à un gentilhomme d'en chevaucher [des mules], MONT. I, 366.
   Terre chevauchée [où il faut aller à cheval à cause de l'éloignement] est à demi-mangée, LOYSEL 226.
   Les jeunes chevaulx demandent toujours ceulx qui ont accoustumé de les chevaucher, AMYOT Philop. 18.
   Ilz ne feirent que courir et chevaucher tout le païs, n'arrestans en pas un lieu, AMYOT Lucull. 25.
   Ceux qui ont les dents de devant chevauchans les unes sur les autres, PARÉ IV, 2.
   Provenc. cavalcar, cavalguar ; catal. cavalgar ; espagn. cabalgar ; ital. cavalcare ; du bas-latin caballicare, de caballus, cheval (voy. cheval).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chevaucher — [ ʃ(ə)voʃe ] v. <conjug. : 1> • chevalchier 1080; bas lat. caballicare, de caballus; cf. cavaler 1 ♦ V. intr. Vx ou littér. Aller à cheval. 2 ♦ V. tr. (XIIIe) Être à cheval, à califourchon sur. Les sorcières chevauchent des manches à balais …   Encyclopédie Universelle

  • chevaucher — CHEVAUCHER. v. n. Aller à cheval. Il est vieux, et n est guère d usage que dans ces deux phrases, Chevaucher court, chevaucher long, pour dire, Se servir d étriers courts ou longs. [b]f♛/b] On dit figurément, en termes d Imprimerie, que Des… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • chevaucher — Chevaucher. v. n. Aller à cheval. Il est vieux, & n a plus d usage que dans ces deux phrases. Chevaucher court. chevaucher long, pour dire, Se servir d estriers courts ou longs …   Dictionnaire de l'Académie française

  • chevaucher — I. Chevaucher, acut. Est aller à cheval generalement. Il se prend aussi pour aller avec armée de chevaucheurs et pietons, en expedition hostile sur son ennemy, comme, Le Roy chevaucha avec ses gens vers Tholose, Militari hostilique expeditione… …   Thresor de la langue françoyse

  • CHEVAUCHER — v. n. Aller à cheval. Il est vieux, et ne s emploie guère que dans ces deux phrases peu usitées, Chevaucher court, chevaucher long, Se servir d étriers courts ou longs.  Il se dit aussi dans le sens de Chevaler, en termes de Manége. Voyez… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • chevaucher —    Monter sur une femme comme sur une cavale pleine d’ardeur, et la conduire au bonheur à grands coups de cet éperon que nous avons tous au bas du ventre.        Il m’a dit que, lorsqu’il me pouvait tirer à l’écart, il était    si animé à me… …   Dictionnaire Érotique moderne

  • CHEVAUCHER — v. intr. Aller à cheval. Il signifie par extension être à califourchon. Cet enfant chevauche sur un bâton ou, transitivement, chevauche un bâton. Il se dit, par analogie, de Certaines choses disposées de manière qu’elles vont les unes sur les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • chevaucher — vi. KAVALÂ (Albanais, Arvillard, Cordon), shvôshî, ashvalâ, alâ à shvô (Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • chevaucher à l’antique —    Enculer une femme ou un homme, ce qui est, en somme, la plus logique manière de monter à cheval.         Jaquet, ignorant la pratique    D’Hippocrate et de Gallien,    Chevauchait un jour à l’antique    Margot, que chacun connaît bien.… …   Dictionnaire Érotique moderne

  • marc'hekaat — chevaucher …   Dictionnaire Breton-Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.