compagnie


compagnie
(kon-pa-gnie) s. f.
   Réunion de personnes qui ont quelque motif de se trouver ensemble.
   Je vous laisse parmi vos myrtes et vos orangers où vous n'êtes jamais en meilleure compagnie que quand personne n'est avec vous, BALZ. liv. I, lett. 9.
   On se promène ou seule ou en compagnie, SÉV. 582.
   Ses biens aux pauvres départis, Il s'en va seul sans compagnie, LA FONT. Oies..
   En compagnie D'un sien ami, LA FONT. Berc..
   .... Si notre compagnie, Lui dirent-ils, vous pouvait être à gré, Et qu'il vous plût achever cette traite Avecque nous, ce nous serait honneur, LA FONT. Orais..
   Dans la solitude, il [le perroquet] est compagnie ; dans la conversation, il est interlocuteur, BUFF. Perroquet..
   Tenir, faire compagnie à quelqu'un, rester avec lui, l'entretenir.
   Personne ne me tient compagnie, SÉV. 98.
   Le cardinal me tient très bonne compagnie, SÉV. 216.
   Votre aimable idée m'a tenu fidèle compagnie, SÉV. 71.
   Combien le feu tient douce compagnie !, BÉRANG. Feu du prison..
   On le porta en silence dans la chambre où il devait être enfermé ; cette chambre [à la Bastille] était occupée par un vieux solitaire de Port-Royal, qui y languissait depuis deux ans : tenez, lui dit le chef des sbires, voilà de la compagnie que je vous amène, VOLT. Ingénu, 9.
   Dame, demoiselle de compagnie, dame ou demoiselle placée auprès d'une personne pour lui tenir compagnie.
   En bonne compagnie, accompagné de beaucoup de monde.
   Je vais vous y remettre en bonne compagnie, CORN. Nic. III, 1.
   Ou qu'il voit la justice en grande compagnie, Mener tuer un homme avec cérémonie, BOILEAU Sat. VIII.
   Fausser compagnie, se dérober d'une compagnie ou manquer à s'y trouver, quitter les gens.
   Bon ! le voilà qui fausse compagnie, RAC. Plaid. II, 9.
   Jouer à la fausse compagnie, quitter un parti, trahir ceux avec qui on est associé.
   De compagnie, ensemble.
   Prête à mourir de compagnie, LA FONT. Matr..
   Deux grands auteurs rimant de compagnie, RAC. Épig..
   Et mon âme et mon corps marchent de compagnie, MOL. Fem. sav. IV, 2.
   Il nous eût d'un bâton chargés de compagnie, MOL. l'Étour. I, 5.
   Société de personnes se voyant habituellement pour le plaisir de causer, de jouer, etc. Introduire quelqu'un dans une compagnie. Il est très aimable en compagnie. Aimer la compagnie.
   Toute la compagnie arriva en bonne santé, BOSSUET Lett. 132.
   Il pria la compagnie d'y souper, HAMILT. Gramm. 4.
   Nous nous sommes une compagnie, SÉV. 562.
   Mme Tambonneau avait trouvé le moyen de voir la meilleure et la plus importante compagnie de la cour, SAINT-SIMON 46, 31.
   Mais que vois-je ? de bons amis Que rassemble un couvert bien mis ; Asseyez-vous, me dit la compagnie, BÉRANG. Académie et caveau..
   Être en compagnie, avoir du monde.
   Il est en compagnie, MOL. Tart. V, 4.
   On disait autrefois, mais on ne dit plus : Il est compagnie, c'est-à-dire c'est une personne qu'on ne voit que rarement et en cérémonie ; il se croit compagnie, c'est-à-dire ce subalterne se familiarise trop.
   Bonne compagnie, société de gens distingués par leur éducation et leur politesse.
   Il m'a dit qu'il voyait bonne compagnie, SÉV. 515.
   Vous voyez ce que c'est que de voir bonne compagnie, SÉV. 37.
   Il voit que le nom de bonne compagnie n'est pas un vain nom, quoiqu'il soit souvent usurpé, VOLT. Princ. de Babyl. 10.
   Ces croquants-là vous disent plus de sottises dans une brochure de deux pages, que la meilleure compagnie de Paris ne peut dire de choses agréables et instructives dans un souper de quatre heures, VOLT. l'H. aux 40 écus, Souper..
   Nos petits-maîtres et nos petites-maîtresses s'y seraient ennuyés sans doute, ils prétendent être la bonne compagnie ; mais ni M. André ni moi ne soupons jamais avec cette bonne compagnie-là, VOLT. ib..
   J'ai souffert qu'elle ait vu les belles compagnies, MOL. Éc. des maris, I, 2.
   La bonne compagnie chez vous ne déjeune pas, parce qu'elle a trop soupé, VOLT. Lettr. Mme Du Deffant, 24 avril 1769.
   Être de bonne compagnie, être bonne compagnie, avoir de bonnes manières.
   Mon fils est de bonne compagnie, SÉV. 44.
   Que je fusse peuple à la guinguette et bonne compagnie au Palais-Royal, J. J. ROUSS. Ém. IV.
   Être de bonne compagnie, être aimable, agréable.
   Elle est toujours de très bonne compagnie, SÉV. 181.
   En bonne compagnie, avec des gens comme il faut. Et par extension, votre portrait est dans mon cabinet en bonne compagnie.
   Mauvaise compagnie, gens de mauvais ton ou de mauvaises moeurs. Il voit une mauvaise compagnie. Il est en mauvaise compagnie.
   Être de mauvaise compagnie, être mauvaise compagnie, avoir un mauvais ton.
   Être de mauvaise compagnie, être mauvaise compagnie, être triste, maussade.
   Voilà ce qui compose une femme d'assez mauvaise compagnie, SÉV. 252.
   Nous nous vantons de ne nous point ennuyer ; nous sommes si glorieux que nous ne voulons pas nous trouver de mauvaise compagnie, LA ROCHEF. Réflexions, 141.
   Assemblée libre ou sous le patronage de l'État pour la culture des sciences et des lettres. L'Académie française est une compagnie.
   Il les a réunis [les gens de lettres] en une compagnie célèbre, LA BRUY. Disc. à l'Ac. fr..
   Comment oser blâmer les sciences devant une des plus savantes compagnies de l'Europe ?, J. J. ROUSS. Disc. sur les sciences et les arts.
   Compagnie se dit aussi des maisons religieuses et des colléges. La compagnie de Jésus est la société des jésuites. La compagnie de Sorbonne. La compagnie de l'Oratoire.
   Tout notre corps est responsable des livres de chacun de nos pères [jésuites] ; cela est particulier à notre compagnie, PASC. Prov. 9.
   Se dit également de l'ordre des avocats, des anciennes corporations et de celles des officiers ministériels.
   Anciennement, corps établi par autorité du roi pour rendre la justice. Les parlements, les chambres des comptes étaient des compagnies souveraines ou supérieures.
   J'entends dire de quelques particuliers ou de quelques compagnies : tel et tel corps se contestent l'un à l'autre la préséance, LA BRUY. XIV.
   Terme de commerce. Réunion de capitalistes, de négociants.
   Société industrielle formée d'actionnaires. Les compagnies des chemins de fer. Compagnies d'assurances. Les grandes compagnies industrielles.
   Un tel et compagnie (par abréviation Cie), formule de raison commerciale pour un tel et ses associés.
   Compagnie des Indes, association établie par Colbert pour le commerce de l'Inde, avec privilége exclusif.
   La compagnie des Indes, fondée avec des peines extrêmes par le grand Colbert, fut pendant quelques années une des plus grandes ressources du royaume, VOLT. Louis XIV, 39.
   Lalli fut persécuté par plusieurs membres de la compagnie des Indes et sacrifié par le parlement, VOLT. Lett. Tolendal, 28 avril 1773.
   Bâtiments de compagnie, bâtiments armés par une compagnie considérable et privilégiée de négociants.
   En Angleterre, la compagnie des Indes, société commerciale qui, ayant le privilége du commerce de l'Inde, a fini par faire la conquête de ce pays et par en expulser la compagnie française. Compagnie des grandes Indes, réunion de toutes les associations commerciales qui s'étaient formées en Hollande à la fin du XVIe siècle et au commencement du XVIIe.
   Terme d'arithmétique. Règle de compagnie, règle de trois composée qui sert à trouver quelle part peut avoir à la perte ou au gain chacun des marchands à proportion des fonds qu'il a mis.
   Terme de guerre. Troupe de gens de guerre.
   Corps de troupes ou division de corps de troupes commandée par un capitaine. Compagnie de grenadiers. Compagnie de dragons.
   Charge de capitaine. Il a eu permission du roi de vendre sa compagnie. Autrefois en France on avait le droit, comme on l'a encore en Angleterre, de se démettre, pour une somme d'argent, du droit de commander une compagnie.
   Compagnie franche, troupe irrégulière qui ne fait pas partie des cadres de l'armée.
   Compagnies d'ordonnances, c'étaient des compagnies franches de gendarmes, de chevau-légers du roi, de la reine, du Dauphin et de Monsieur ; ces compagnies n'entraient jamais en corps de régiments.
   Compagnies d'ordonnance, compagnies de gens d'armes organisées sous Charles VII.
   Les grandes compagnies, troupes d'aventuriers qui s'étaient formées pendant les longues guerres entre l'Angleterre et la France au XIVe siècle, et qui ravagèrent ce dernier pays.
   Compagnie de Jehu ou de Jésus ou du Soleil, associations royalistes qui se formèrent dans le midi de la France après la chute de Robespierre et qui égorgèrent pendant plus d'un an les adhérents du parti contraire.
   Terme de chasse. Une compagnie de perdrix, une troupe de perdrix.
   Bêtes de compagnie, marcassins, jeunes sangliers qui vont encore en troupes. Ce sanglier a quitté les compagnies, il commence à aller seul.
   Fig. Il est bête de compagnie, se dit d'un homme qui aime la société et qui se laisse facilement mener où l'on veut.
   Terme de fauconnerie. On dit qu'un oiseau est de bonne compagnie quand il n'est pas sujet à s'enfuir.
   Union charnelle de l'homme et de la femme. Vieilli en ce sens.
   Tu feras Que de ta fille il ait la compagnie, LA FONT. Herm..
PROVERBES
   Par compagnie on se fait pendre, c'est-à-dire on fait, en faveur de la compagnie à laquelle on appartient, des choses condamnables.
   Il n'est si bonne compagnie qui ne se sépare.
   Il vaut mieux être seul qu'en mauvaise compagnie.
   1° COMPAGNIE, SOCIÉTÉ, dans le sens d'association. Les sociétés savantes, les compagnies savantes ; la société des jésuites, la compagnie des jésuites : entre ces locutions, il n'est pas possible, dans l'usage, d'apercevoir aucune nuance réelle ; sinon que quand il s'agit des membres rassemblés on dit plutôt compagnie que société : il lut son mémoire devant la compagnie.
   2° BONNE SOCIÉTÉ, BONNE COMPAGNIE., La bonne société c'est la société composée des personnes qui occupent un haut rang dans une ville, dans le monde. à ce sens, bonne compagnie ajoute une idée d'élégance, idée qui n'est pas nécessairement comprise dans bonne société.
   XIe s.
   Vingt mille Francs [ils] ont en lur cumpaignie, Ch. de Rol. XLIII.
   XIIe s.
   Irai sans conpegnie, Ronc. p. 15.
   Tout primerains devant sa conpagnie, ib. p. 58.
   En sa compeigne maint nobile vassal, ib. p. 78.
   Beau sire Diex, grief m'est à consirer [me séparer] Du grant soulas et de la conpaignie [de mon amante], Couci, XXII.
   Il a en sa compaigne Escorfant de Lutise, Sax. XXIII.
   Car bien pert [est évident] que cil a del mesfait compaignie, Ki ne volt contre-ester à l'aperte folie, Th. le mart. 72.
   L'arcevesques i vint Thomas od sa partie, E li reis Loewis od mult grant baronie, E li reis d'Engleterre od riche compaignie...., ib. 113.
   E à un jur avint que Helchana fist sacrefise, e, sulunc la lei, à sei retint partie, partie dunad à sa cumpaignie, Rois, 2.
   Pur quei ne portes cumpaignie à tun ami David, e ne vas od lui ?, ib. 180.
   XIIIe s.
   Lors seroie joians et envoisiés Et à plusieurs de bone compaignie, JEAN DE BRIENNE Romancero, p. 142.
   Il et elle [Thibaut et la reine Blanche] lez à lez La [la France] tiennent de compaignie, HUES DE LA FERTÉ ib. p. 189.
   Il est einsi que nous, pour la plus haute chose qui soit, somes à compaignie à la plus haute gent du monde, VILLEH. XXXIX..
   Nous metrons cinquante galies armées en vostre conduit, par tel convenant que, tant comme nostre compaignie pourra ensemble durer...., VILLEH. XIV.
   Et sont en sa compaigne plus de mille et sept cent, Berte, IX.
   C'est hideus temps à dame qui compaignie n'a, ib. XXV.
   Chascuns lui porte honeur, douceur et compaignie, ib. LX.
   Com je vous ai porté mauvaise compaignie !, ib. XC.
   Parmi le bois [il] s'en va tout seul sans compaignie, ib. CIX.
   Et li livrerent çou que mestiers li fu, deniers, reubes et chevaus et armeures et chevaliers de son linage, pour compaignie tenir et pour l'onneur de lui, Chron. de Rains, 85.
   Par ci trespasse une compaingne, Qui vient parmi ceste champaingne, Ren. 2455.
   Se cil qui tant iert tes amis, En bien amer a son cuer mis, Lors vaudra miex sa compaignie, la Rose, 2714.
   [Il] Fait à son mestre compaignie, ib. 8363.
   Douaires est aquis à la feme si tost comme loiax mariage et compaignie carnele est fete entre li et son mari, BEAUMANOIR XIII, 25.
   Quant uns hons a compaignie à une feme hors de mariage, BEAUMANOIR XVIII, 2.
   Et ces compaignies de quoi noz volons parler, c'est des compaignies qui sont teles que par la compaignie li avoir vienent à partie [partage], quant la compaignie faut, BEAUMANOIR XXI, 1.
   Que nulz n'eust compaingnie à autrui femme ne à autrui fille, se il ne vouloit perdre le poing ou la vie, JOINV. 263.
   Quant aucunz riches homes mangoient avec li, il leur estoit de bone compaingnie, ib. 290.
   Compagnie de un, compagnie de nul ; compagnie de deux, compagnie de Dieu ; compagnie de trois, compagnie de rois ; compagnie de quatre, compagnie de diable, LEROUX DE LINCY Proverb. t. II, p. 276.
   [Esperverie] est ung deduict trop plaisant, tant pour ce qu'on vole souvent, comme pour les beaux vols que ung esprevier fait, et aussi pour la compaignie avec qui on est, Modus, f° XCV, verso.
   XVe s.
   Les aucuns des seigneurs et des chevaliers d'Angleterre demeurerent à Anviers pour lui faire compagnie [au roi], FROISS. I, I, 71.
   Monseigneur, si vous nous voulez faire bonne compagnie à mes compagnons et à moi, je vous rendrai le chastel, FROISS. II, III, 8.
   Si comme ils ordonnerent, ils firent ; et s'en vinrent plus de trois cents d'une compagnie [les habitants d'Ypre venant implorer la clémence du comte de Flandre], FROISS. II, II, 89.
   Si je vous prie que vous y veuilliez regarder et entendre [à protéger une garnison qui a capitulé], et nous faites compagnie d'armes, FROISS. I, I, 242.
   Sans point souffrir soing ou merencolie, Aucunement me tenir compaignie, CH. D'ORL. .
   Banny de bonne compaignie, CH. D'ORL. Bal. 94.
   Allez, allez, soucy, soin et merencolie ; Si jamais plus vous revenez Avesques vostre compaignie, Je prie à Dieu qu'il vous maudie Et le jour que vous reviendrez, CH. D'ORL. Rondel..
   Quand vous estes seule sans compaignie, CH. D'ORL. ib. 12.
   Honoré Collin n'estoit point bien assuré qu'on ne leur jouast à la fausse compagnie, MONSTREL. liv. II, ch. 192.
   Pour lui faire compaignée, se fist escripre et se mit en la prison avec lui, Bouciq. part. I, chap. 15.
   Et le lendemain le mareschal se partit à tout sa compaignée, ib. part. I, ch. 30.
   Des gens d'armes il n'y avoit que le dit Joachin et sa compaignie, COMM. I, 2.
   Quant toute ceste compaignie fut passée que l'on estimoit cent mille chevaulx, COMM. I, 6.
   XVIe s.
   Toute compagnie d'homme et de femme hors mariage est maudite devant Dieu, CALV. Instit 303.
   Le mari et la femme fidele font bien, si pour quelque temps ils s'abstiennent de la compagnie du lict pour vaquer plus librement à jusne et oraison, CALV. ib. 997.
   Vous m'avez laissée en une compaignie tant aisée à vivre que je n'ay encores oui une seule parole que une seur ne deust dire à l'aultre, MARG. L. XCVIII.
   En la compaignie d'un chien, MONT. I, 37.
   Vivre en bonne compaignie, MONT. I, 52.
   Ces compaignies-là [les parlements] sont plus fournies de science que de conscience, MONT. I, 148.
   Je pleurerois ayséement par compagnie, MONT. II, 127.
   Il estoit seul de sa compagnie, et avoit la contenance d'un nouveau venu, DESPER. Contes, L..
   Je ne suis point dolent d'estre privé et separé de ta compagnie, car je me rendray tantost par devers toy, AMYOT Anton. 99.
   Il se leva une grosse compagnie de corbeaux, qui avec grands cris prindrent leur vol vers le bateau, AMYOT Cicéron, 59.
   Quoy qu'il fust gay et recreatif en compagnie, AMYOT Démétr. 3.
   Et prioit Alexandre de luy pardonner ce qu'il ne luy pouvoit faire plus longue compagnie, ains estoit contraint de se partir d'avec lui, AMYOT ib. 49.
   Varius, l'un de ses familiers qui luy tenoit compagnie à boire, AMYOT Anton. 22.
   Les cohortes praetoriennes, qui sont les compagnies coulonnelles, AMYOT ib. 48.
   Petite compagnie, vie alegre et lie, LEROUX DE LINCY Prov. t. II, p. 371.
   Un matin qu'elle avoit compagnie françoise [son galant], BOUCHET Serées, liv. II, p. 124, dans LACURNE.
   Génev. companie ; provenç. companha, companhia, compagnia ; catal. companyia ; espagn. compañia ; portug. companha ; ital. compagnia ; voy. compagnon. L'ancien français a deux formes : compagne et compagnie ; l'une vient du bas-latin compánia, avec l'accent sur pa, et l'autre de companíta, avec l'accent sur ni.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • compagnie — [ kɔ̃paɲi ] n. f. • 1080; lat. pop. °compania 1 ♦ Présence auprès de qqn, fait d être avec qqn. Apprécier, rechercher la compagnie de qqn. ⇒ présence, société. Aimer la compagnie des animaux. ♢ Loc. Aller de compagnie avec. ⇒ accompagner. Voyager …   Encyclopédie Universelle

  • compagnie — COMPAGNIE. s. f. Assemblée de plusieurs personnes qui sont en conversation, ou en quelque espèce de société et de liaison. Bonne compagnie. Mauvaise compagnie. Aimer la compagnie. Recevoir compagnie chez soi. Voir bonne, mauvaise compagnie.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • compagnie — COMPAGNIE. s. f. Societé de deux ou de plusieurs personnes qui sont ensemble. Fidelle, bonne, mauvaise compagnie. tenir compagnie, ou faire compagnie à quelqu un. nous irons là de compagnie. ils estoient de compagnie. vous ne recevrez point de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • compagnie — Compagnie, Consortium. Compagnie et multitude, Agmen. Petite compagnie de conseillers, Curiae infrequentia. B. La Cour en bonne compagnie, La Cour bien assemblée, Curia frequentissima. B. Grande compagnie de juges, Consilium frequens. B.… …   Thresor de la langue françoyse

  • Compagnie — (fr.), 1) eine Gesellschaft; 2) Abtheilung Soldaten, deren Chef (Compagniechef) ein Hauptmann od. bei einigen Cavallerie C en ein Rittmeister ist. An Offizieren sind überdies bei der C. gewöhnlich 1 Ober od. Premierlieutenant u. 1 bis 3 Unter od …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Compagnie — (frz. Kongpanih), Gesellschaft, Genossenschaft; das Mitglied heißt Compagnon (Kompanjong). Bei dem Militär ist C. eine Abtheilung von 100–300 Infanteristen, von einem Hauptmann und 2–3 Lieutenants befehligt …   Herders Conversations-Lexikon

  • Compagnie — ↑ Kompanie …   Das Herkunftswörterbuch

  • COMPAGNIE — s. f. Réunion de plusieurs personnes assemblées pour le plaisir d être ensemble, de converser, de jouer, etc. Une nombreuse compagnie. Compagnie d hommes. Compagnie de femmes. Il fut bien reçu, lui et sa compagnie. Aimer la compagnie. Recevoir… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • COMPAGNIE — n. f. Réunion de plusieurs personnes assemblées pour le plaisir d’être en société. Une nombreuse compagnie. Il fut bien reçu, lui et sa compagnie. Aimer la compagnie. Recevoir compagnie chez soi. Il est très aimable en compagnie. Prov., Il n’y a… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Compagnie — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Une compagnie désigne un groupe de personnes réunies par des affinités ou des intérêts communs, personnels ou professionnels. Par extension, le terme… …   Wikipédia en Français