confession


confession
(kon-fè-sion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
   Déclaration que l'on fait de ses péchés au prêtre catholique.
   Il disait qu'il ne mourrait jamais sans confession, SÉV. 398.
   Nous ménageons de lui faire faire une bonne confession, SÉV. 48.
   Pour lui faire une confession générale, BOSSUET Lett. rel. 79.
   Qu'elle nous parut au-dessus de ces lâches chrétiens qui s'imaginent avancer leur mort quand ils préparent leur confession !, BOSSUET Duch. d'Orl..
   Billet de confession, attestation par laquelle un prêtre certifie avoir entendu quelqu'un en confession.
   Billet de confession, certificat de croyance à la bulle Unigenitus, donné à un malade pour recevoir les sacrements, lors des querelles suscitées par cette bulle, au milieu du XVIIIe siècle.
   Fig. et familièrement. On lui donnerait le bon Dieu sans confession, se dit des personnes qui, par leurs dehors ou par leur réputation, inspirent une entière confiance.
   Confession auriculaire ou privée, confession qui se fait à l'oreille du prêtre, par opposition à la confession publique qui a été usitée dans la primitive Église.
   Confier quelque chose sous le sceau de la confession, le confier à condition d'un secret absolu.
   S. f. pl. Ouvrages de différents auteurs qui y font l'aveu des erreurs de leur vie. Les Confessions de St Augustin. Les Confessions de J. J. Rousseau.
   Donner à la volupté ce qu'on pense donner à la seule nécessité, comme St Augustin le dit de soi-même dans ses Confessions, PASC. Prov. 4.
   Aveu, déclaration d'un fait. La confession du crime rend la défense impossible. Je le prouverai par votre propre confession.
   En exigeant de moi cette confession, Vous me sollicitez d'une lâche action, ROTROU Bélis. I, 2.
   Par la confession de votre Égyptienne, MOL. l'Étour. V, 14.
   J'étais un peu soulagé de lui avoir fait ma confession, HAMILT. Gramm. 3.
   Il faut bien vous faire ma confession générale, HAMILT. ib. 1.
   Terme de jurisprudence. Aveu de la partie adverse. On ne doit pas diviser la confession, c'est-à-dire on ne doit pas en prendre seulement ce qui convient et rejeter le reste.
   Terme de rhétorique. Figure qui consiste à avouer la faute dont on est accusé.
   Action de confesser Jésus-Christ, de faire profession publique de la foi chrétienne.
   Vous pouvez bien déchirer nos corps.... le spectateur céleste de notre confession nous les rendra plus glorieux et plus éclatants, MASS. Myst. Résurrect..
   Lieu où l'on honore les reliques d'un saint. La confession de saint Pierre, à Rome, est un lieu fort respecté.
   Confession de foi, ou, simplement, confession, liste ou dénombrement et déclaration des articles de la foi de l'Église romaine et des autres églises chrétiennes. Signer une confession.
   Pour dresser de nouvelles confessions de foi, BOSSUET Var. préf..
   Peu de gens sont disposés à signer une confession de foi en blanc ; or ce serait en signer une en blanc que vous rempliriez ensuite de tout ce qu'il vous plairait, PASC. Prov. 17.
   Confession d'Augsbourg, déclaration de la créance des protestants, ainsi dite, parce qu'elle fut présentée dans cette ville à l'empereur Charles-Quint en 1530.
   Terme de liturgie. La prière nommée aussi Confiteor.
   XIIe s.
   De ceste espée qui me pent au giron, Lui ai donné si grant confession...., Ronc. p. 140.
   Confession la belle demanda, ib. p. 175.
   XIVe s.
   Se un prestre scet par confession le crime d'un home, il ne peut tel home punir ne excommenier, ORESME Eth. 162.
   XVIe s.
   Il m'a semblé plus qu'utile de mettre en avant cette confession de foi, CALVIN 331.
   La confession auriculaire, CALVIN Instit. 492.
   Provenç. confessio ; espagn. confesion ; ital. confessione ; du latin confessionem (voy. confesser).
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
CONFESSION. Ajoutez :
   Terme d'architecture. Petite construction destinée dans une église à supporter les châsses.
   Au moyen âge, on plaçait fréquemment la confession derrière le maître-autel, Monit. univ. 12 oct. 1868, p. 1375, 3e col..

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • confession — [ kɔ̃fesjɔ̃ ] n. f. • 980; lat. ecclés. confessio → confesser 1 ♦ Déclaration, aveu de ses péchés que l on fait à un prêtre catholique, dans le sacrement de la pénitence. ⇒ confesse, pénitence. Confession sincère. ⇒ attrition, contrition,… …   Encyclopédie Universelle

  • confession — con·fes·sion n 1: an act of confessing 2: an acknowledgment of a fact or allegation as true or proven; esp: a written or oral statement by an accused party acknowledging the party s guilt (as by admitting commission of a crime) compare admission; …   Law dictionary

  • confession — CONFESSION. s. f. Aveu, déclaration que l on fait de quelque chose. Confession sincère, franche, ingénue. Confession forcée, extorquée. Vous demeurez d accord par votre propre confession que.... Désirez vous une plus ample, une plus entière, plus …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • confession — Confession. s. f. v. Aveu, declaration que l on fait de quelque chose. Confession sincere, franche, ingenuë. confession forcée, extorquée. vous demeurez d accord par vostre propre confession. que desirez vous? une plus ample, une plus entiere,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Confession — Con*fes sion, n. [F. confession, L. confessio.] 1. Acknowledgment; avowal, especially in a matter pertaining to one s self; the admission of a debt, obligation, or crime. [1913 Webster] With a crafty madness keeps aloof, When we would bring him… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Confession — Álbum de estudio de Ill Niño Publicación 8 de octubre 2003 Grabación Water Music Studios en Hoboken Jersey y grabadores de imagen en espejo de Nueva York Género(s) Alternative metal …   Wikipedia Español

  • confession — Confession, Confessio. Une faulse et fainte confession faite par aucun de soy mesme et d autres, qu il dit estre ses complices, Indicium adumbratum. Lesquelles choses par la confession d un chacun, sont deshonestes, Quae ex confesso sunt turpia.… …   Thresor de la langue françoyse

  • Confession — (v. lat. Confessio), 1) (Rechtsw.), Geständniß, s.d.; 2) das Bekenntniß eines Schuldners gegen den Gläubiger vor Gericht od. vor Zeugen, die genannte Summe diesem wirklich schuldig zu sein; 3) Geständniß des sündhaften Zustandes od. einer… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Confession — Confession, Bekenntniß, daher vorzüglich in religiöser Hinsicht, das Glaubensbekenntniß. Man bezeichnet mit diesem Worte gewöhnlich die Urkunde, welche eine religiöse Partei als die Grundlage ihres Glaubens und Lehrens aufstellt, so wie auch… …   Damen Conversations Lexikon

  • confession — late 14c., action of confessing, originally in religion, from O.Fr. confession (10c.), from L. confessionem (nom. confessio) confession, acknowledgement, noun of action from pp. stem of confiteri (see CONFESS (Cf. confess)). In law, from 1570s.… …   Etymology dictionary

  • confession — [kən fesh′ən] n. 1. the act of confessing; acknowledgment; specif., a) an admission of guilt, esp. formally in writing, as by a person charged with a crime b) the confessing of sins to a priest in the sacrament of penance c) a general… …   English World dictionary