conseil


conseil
(kon-sèll, ll mouillées, et non kon-sey') s. m.
   Opinion exprimée pour engager à faire ou à ne pas faire. Donner un conseil.
   Je ne veux plus écouter tes pernicieux conseils, FÉN. Tél. VII.
   Suivre le conseil flatteur des insensés, FÉN. ib. II.
   Un généreux conseil est un puissant secours, CORN. Héracl. V, 6.
   Je suis homme aussi de conseil, MOL. Sicilien, 13.
   Détourne, roi puissant, détourne tes oreilles De tout conseil barbare et mensonger, RAC. Esth. III, 3.
   Tite Live dit que le premier degré de mérite pour un homme qui commande est de pouvoir par lui-même prendre un bon parti ; que le second est de savoir au moins suivre un bon conseil ; mais que de ne pouvoir faire ni l'un ni l'autre, c'est la marque d'un petit esprit, ROLLIN Traité des Ét. 3e part. ch. 1.
   Également estimable et de ce qu'elle savait trouver les sages conseils et de ce qu'elle savait les recevoir, BOSSUET Duch. d'Orl..
   Prendre conseil de quelqu'un, le consulter.
   Ou demain je ne prends conseil que de moi-même, CORN. Héracl. II, 2.
   Il a pris les conseils de Narbal pour les principales affaires, FÉN. Tél. VIII.
   Mme la duchesse de Bourgogne appela Mme de Nogent à qui elle allait volontiers au conseil, quand elle ne savait plus où elle en était, SAINT-SIMON 139, 39.
   Prendre conseil de quelque chose, se déterminer en considération d'une chose.
   Le meilleur serait de prendre conseil de la raison, PASC. Prov. 9.
   Cet orateur, prenant conseil de la nécessité, résolut de s'aller confiner à Cyzique, DESFONT. Exil de Cicéron..
   Familièrement. Prendre conseil de son bonnet de nuit, prendre le temps de la nuit pour réfléchir.
   Ne prendre conseil que de sa passion, n'écouter qu'elle.
   Je ne prendrai conseil que de mon désespoir, CORN. Poly. III, 2.
   Écouter les conseils de la raison, de la passion, de la vengeance, se laisser conduire par la raison, par la passion, par la vengeance.
   Être de bon conseil, ou être un homme de bon conseil, avoir la prudence nécessaire pour donner de bons avis.
   Terme de religion. Ce qui se conseille, par opposition à ce qui est de précepte, à ce qui se commande.
   Aux autres elles [les retraites] sont de conseil ; mais à ceux-ci elles sont très souvent d'obligation, parce qu'elles leur deviennent un moyen unique pour se sauver, BOURD. Dominicales, IV, Caract. du chrét. 169.
   Les apôtres ne donnent pas la soumission aux puissances comme une chose de simple conseil, BOSSUET Avert. 5.
   Les âmes retirées embrassent certains moyens de pur conseil, MASS. Carême, Tiédeur, 1.
   Les conseils sont donnés pour faciliter les préceptes, FÉN. Éduc. des filles..
   Résolution, parti, dessein.
   Il a de tout conseil son âme dépourvue, MALH. I, 4.
   Et quel sage conseil en mon mal puis-je prendre ?, RÉGNIER Élég. I.
   Hélas ! de quel conseil est capable mon âme ?, CORN. Cinna, IV, 4.
   En ces extrémités quel conseil dois-je prendre ?, CORN. ib. III, 3.
   C'est dans notre destin le seul conseil à prendre, CORN. Rodog. I, 3.
   Quoi ! tous deux ! et sitôt que le conseil est pris, CORN. Cinna, I, 4.
   Le conseil le plus prompt est le plus salutaire, RAC. Baj. I, 2.
   Paul Émile avait près de soixante ans ; mais l'âge, sans rien diminuer de ses forces, n'avait fait que lui ajouter une maturité de conseil et de prudence, ROLLIN Hist. anc. Oeuvres, t. IX, p. 87, dans POUGENS.
   Absolument, résolution habile.
   Il ne laissait rien à la fortune de ce qu'il pouvait lui ôter par conseil et par prévoyance, BOSSUET Reine d'Anglet..
   Plein d'expédients et de conseils dans la mauvaise fortune, HAMILT. Gramm. 5.
   Au pluriel, vues, principes qui dirigent. Il n'y eut dès lors en ses conseils qu'irrésolution et faiblesse.
   Qui veut entendre combien la raison préside dans les conseils de ce prince, n'a qu'à prêter l'oreille quand il lui plaît d'en expliquer les motifs, BOSSUET le Tellier..
   Confonds dans ses conseils une reine cruelle, RAC. Athal. I, 2.
   D'où naît dans ses conseils cette confusion ?, RAC. Athal. III, 3.
   Approche, heureux appui du trône de ton maître, âme de mes conseils...., RAC. Esth. II, 5.
   À ses conseils secrets je fus associé, VOLT. Scythes, I, 3.
   En parlant de la Providence, décrets.
   Ces trois choses unies dans l'ordre des temps, l'étaient encore beaucoup davantage dans l'ordre des conseils de Dieu, BOSSUET Hist. II, 13.
   J'ai travaillé à vous faire voir sans interruption la suite des conseils de Dieu dans la perpétuité de son peuple, BOSSUET ib. II, 8.
   Cette Église, toujours attaquée et jamais vaincue, est un miracle perpétuel, et un témoignage éclatant de l'immutabilité des conseils de Dieu, BOSSUET ib. II, 13.
   Qui est entré dans les conseils de Dieu ?, BOSSUET ib. II, 7.
   Dieu qui rapporte tous ses conseils à la conservation de sa sainte Église, BOSSUET Reine d'Anglet..
   Une pénétration des mystères et des conseils de Dieu, MASS. Carême, Prière..
   J'entrerai avec David dans les puissances du Seigneur ; et j'ai à vous faire voir les merveilles de sa main et de ses conseils ; conseils de juste vengeance sur l'Angleterre ; conseils de miséricorde pour le salut de la reine, mais conseils marqués par le doigt de Dieu, dont l'empreinte est si vive et si manifeste, qu'on ne peut résister à cette lumière, BOSSUET Reine d'Anglet..
   Se dit aussi au singulier. Êtes-vous entré dans le conseil de Dieu ? Dict. de l'Acad.
   La personne dont on prend avis.
   Hazaël en avait fait son conseil et son ami, FÉN. Tél. VI.
   Chercher tant d'éclaircissements et aller à tant de conseils, BOURD. Carême, II, Parf. observat. de la loi, 204.
   Phorbas était du roi le conseil et l'appui, VOLT. Oedipe, I, 3.
   Vous faut-il d'autre conseil que moi quand il s'agit de donner bataille ?, VOLT. Louis XIV, 18.
   Sicinius.... fit approcher Brutus son conseil et son oracle, VERTOT Révol. rom. liv. II, p. 150.
   Avocat chargé de la cause de quelqu'un. Tout accusé a le droit de se choisir un conseil.
   Conseil judiciaire, personne nommée pour assister un prodigue dans certains actes.
   Assemblée qui a à délibérer sur certaines affaires publiques ou privées.
   Ils n'ont pas appelé ma voix à leur conseil, ROTROU Antig. I, 1.
   Oui, tandis que vos rois délibèrent ensemble, Et que tout se prépare au conseil qui s'assemble.... Assemblez le conseil, il en décidera, T. CORN. Essex, II, 3.
   Les vieillards qui formaient le conseil, FÉN. Tél. VIII.
   Manassès, plutôt que de répudier cette étrangère à quoi le conseil de Jérusalem voulut l'obliger, embrassa le schisme des Samaritains, BOSSUET Hist. I, 8.
   Il choisit parmi tout le peuple ce qu'il y avait de meilleur pour former le conseil public qu'il appela le sénat, BOSSUET ib. III, 7.
   La patrie, au milieu des embûches, des traîtres, Remonte en sa mémoire, a recours aux ancêtres, Cherche ce qu'ils feraient en un danger pareil, Et des siècles vieillis assemble le conseil, A. CHÉNIER Poésies diverses, p. 224.
   L'abominable arrêt de ce conseil farouche, VOLT. Alz. V, 4.
   Tenir conseil, se consulter sur ce qu'il convient de faire.
   Monsieur, on tient conseil et le roi vous demande, ROTR. Antig. I, 5.
   Vous tiendrez avec eux votre conseil de famille, SÉV. 339.
   Dieu tient conseil en lui-même, BOSSUET Hist. II, 1.
   Fig.
   La sagesse n'était pas appelée au conseil de ce voyage, SÉV. 233.
   Fig. Il a bientôt assemblé son conseil, c'est-à-dire il a bientôt pris son parti.
   Fig. En langage de marine, on dit, quand il fait calme, que les vents sont au conseil.
   Séance d'un conseil.
   Il allait au conseil dont l'heure qui pressait A tranché ce discours qu'à peine il commençait, CORN. Cid, I, 1.
   Chambre du conseil, chambre où les juges se retirent pour délibérer.
   Grand conseil, petit conseil, nom des assemblées qui gouvernent les cantons suisses.
   Conseil des Anciens, conseil des Cinq-Cents, nom des deux assemblées dans la constitution de 1795, lors de l'établissement du Directoire ; la première, composée de 250 membres, approuvait ou rejetait les propositions de la seconde qui, composée de 500 membres, avait seule le droit de faire les propositions des lois.
   Nom de différents corps chargés de délibérer ou donner leur avis sur des affaires publiques. Conseil exécutif. Conseil d'administration. Conseil de surveillance.
   Conseil général de département, et, absolument, conseil général, assemblée de notables élus par les administrés pour assister l'administration du préfet.
   Conseil d'arrondissement, assemblée de notables auprès du sous-préfet, chargée d'opérer la sous-répartition des impositions entre les communes.
   Conseil de préfecture, sorte de tribunal administratif dans chaque département, présidé par le préfet.
   Conseil municipal, assemblée de notables qui assistent le maire dans l'administration de la commune. Il s'est appelé aussi conseil de ville.
   Conseil supérieur de l'instruction publique, conseil présidé par le ministre, composé d'archevêques, d'évêques, de ministres protestants, d'un rabbin, de conseillers d'État, de membres de la magistrature et de l'Institut, de membres du conseil de l'université, d'inspecteurs généraux, recteurs et professeurs de facultés, et appelé à donner son avis sur différentes affaires.
   Conseil académique, conseil présidé par le recteur, composé d'un inspecteur de l'académie, d'un fonctionnaire de l'enseignement, du préfet ou de son délégué, de l'évêque ou de son délégué, d'un ministre protestant ou rabbin, s'il y a lieu ; du procureur général près la cour d'appel, des membres du conseil général, et chargé, conjointement avec le recteur, d'administrer l'académie.
   Conseil de l'université, conseil qui assiste le ministre de l'instruction publique dans ses fonctions.
   Conseil de guerre, assemblée des officiers généraux d'une armée pour délibérer sur le parti à prendre en des circonstances importantes ou difficiles.
   Conseil de fabrique, assemblée des notables d'une paroisse qui se forme pour délibérer sur les intérêts de la fabrique d'une église.
   Conseil de commerce, assemblée de notables commerçants.
   Conseil de prud'hommes (voy. prud'homme).
   Nom de diverses juridictions.
   Conseil de guerre, tribunal qui exerce la justice militaire.
   Conseil de révision, tribunal militaire auquel on en appelle des arrêts des conseils de guerre.
   Conseil de révision, assemblée annuelle dans chaque département pour prononcer sur les dispenses de service militaire.
   Conseil nautique, conseil établi dans certains ports pour examiner la conduite des officiers de marine qui ont commandé un ou plusieurs bâtiments.
   Conseil des prises, commission extraordinaire établie autrefois en temps de guerre, pour juger les prises de navires capturés sur l'ennemi.
   Conseil de discipline (voy. discipline).
   Terme de droit. Conseil de famille, assemblée de parents, présidée par le juge de paix, pour régler les intérêts des mineurs et des interdits.
   Autrefois, grand conseil, cour souveraine où les conseillers ne servaient que par semestre et qui connaissait des appellations de la prévôté de l'hôtel, des différends entre présidiaux, des matières bénéficiales, des contrariétés d'arrêt.
   Conseil des Dix, tribunal secret à Venise, qui, chargé de veiller à la sûreté de l'État, avait des pouvoirs illimités.
   Le conseil aulique, l'un des tribunaux suprêmes de l'empire d'Allemagne, où se jugeaient les procès des princes.
   Conseil provincial d'Artois, conseil souverain d'Alsace, de Roussillon, juridictions qui tenaient lieu de parlement dans les provinces.
10°   Nom de différents conseils qui siégent ou siégeaient auprès du souverain. Conseil de cabinet, conseil le plus intime du prince.
   Conseil des ministres, ou, absolument, le conseil, la réunion des ministres assemblés pour délibérer sur les affaires de l'État. On dit aussi en ce sens conseil de cabinet.
   Conseil d'État, corps qui a dans ses attributions la charge de préparer les lois, ordonnances et règlements, de résoudre les difficultés en matière administrative et de juger les appels du contentieux administratif.
   Autrefois, conseil d'État se disait du conseil particulier où le roi examinait avec ses ministres les affaires de paix, de guerre, de politique étrangère.
   Conseil d'État se disait aussi d'un corps qui, en assemblée générale, était chargé de prononcer sur les demandes en cassation des arrêts des cours souveraines ; il s'appelait alors conseil des parties et conseil privé.
   Conseil d'en haut, conseil où présidait le roi et où se trouvaient le chancelier, les ministres d'État et autres personnes.
   Conseil de conscience, conseil particulier où étaient le roi, son confesseur et quelques autres et où l'on décidait diverses matières concernant le clergé ou l'état ecclésiastique.
   Le conseil privé, conseil particulier du souverain.
   Autrefois conseil des dépêches, celui où se traitaient devant le roi les affaires de haute administration intérieure.
   Autrefois conseil du roi, assemblée qui connaissait de tout ce qui intéressait l'administration générale du royaume.
   Conseil des princes, des grands seigneurs, des communautés, l'assemblée de leurs intendants, avocats et autres pour régler l'administration de leur maison.
PROVERBES
   La nuit porte conseil, c'est-à-dire il faut réfléchir avant de prendre une résolution.
   Après que la nuit nous aura donné conseil, SÉV. 363.
   À nouvelles affaires, nouveaux conseils, c'est-à-dire il ne faut pas trop prévoir les inconvénients, il faut se décider suivant les cas.
   À parti pris point de conseil, c'est-à-dire les conseils sont inutiles quand la chose est décidée.
   À chose faite, conseil pris, même sens.
   On ne pèche point quand on pèche par conseil, c'est-à-dire il n'y a pas de faute quand on a pris avis de gens honnêtes et habiles.
   Ce conseil-là est bon, mais il n'en faut guère user, se dit d'un avis qu'on ne veut pas suivre.
   XIe s.
   Se [il] soun conseil li donast, Lois de Guill. 12.
   Li reis Marsile ot son conseil finet, Ch. de Rol. V.
   Dès or [il] comence le cunseill que mal prist, ib. XII.
   Vers Charlemagne [je] lui durrai [donnerai] bon conseil, ib. CXCIII.
   Li empereres lui a dist à cunseill, ib. CCLII.
   Bavier et Saisne sont alet à conseill, ib. CCLXXVII.
   XIIe s.
   Beneürez li huem chi ne alat el conseil des feluns, Liber psalm. p. 1.
   Consels d'orguel ne vaut, Ronc. p. 11.
   Iert [sera] tenus mes consois [mon conseil], ib. p. 25.
   Baron, fait-il, conseil vous ai requis, ib. p. 180.
   Par le conseil de fausse gent vilaine, Couci, XIV.
   À tart avez, dame, ce conseil pris, QUESNES Romancero, p. 108.
   À cel consoil s'accordent tel cinq cent chevalier, Sax. XVI.
   Bien a creü li rois conseil de son damage, ib. XXVI.
   La parole est finée, et li consoilz se part, ib. XXIX.
   En l'autre chambre avant sist li reis od ses druz, U [où] ses conseils teneit od les mielz coneüz, Th. le mart. 39.
   XIIIe s.
   Dolente, sans conseil [ne sachant que faire], mar [je] vi onques le jour, Que premier [je] vis d'Ugon l'acointance et l'amour, AUDEF. LE BAST. Romanc. p. 32.
   Adonc pristrent cil de l'ost conseil qu'il porroient faire, VILLEH. LXXIII.
   Fu requis Jofrois li mareschaus de Champaigne que il alast à Andrenoble et qu'il meïst conseil à ce que ceste guerre fust abaissiée, VILLEH. CXIX..
   Sire, font li message, nous voulons que vous aiés vostre conseil, et devant vostre conseil vous dirons le mandement de nos seigneurs...., VILLEH. XI.
   Au palais où il estoient à vonseil, VILLEH. LXV.
   Et il dit que il le fera moult volentiers, et que cis consaus est moult bons, VILLEH. XLII.
   Jà [elle] avoit en son cuer le conseil [de] l'aversier [diable], Berte, XI.
   Constance à ce conseil [délibération] fu mout tost apelée, ib. CXV.
   Mout ot li rois mes peres fol conseil et foubert, ib. XXXIV.
   Sachez, vous en avez mauvais conseil creü, ib. LI.
   À cest conseil [ils] se tiennent, ainsi fu establis, ib. LXXV.
   Mere, se dist la serve, vostre conseil [nous] ferons, ib. LXXVII.
   Li empereres mande ses barons, et leur prie que il li doinsent consel se il sejournera ou chevauchera cest yver, H. DE VALENC. XIII.
   Amors me dist que ge queïsse Ung compaignon, cui ge deïsse Mon conseil tout outréement, la Rose, 3117.
   Et nos devons savoir que tel establissement sunt fet par très grant conseil et por le commun pourfit, BEAUMANOIR XLVIII, 4.
   Il orent conseil de envoier querre la royne de Cypre, JOINV. 203.
   Le roy lessa tous les autres conseulz de ses barons, et se tint au conseil de son frere, JOINV. 219.
   Sire, vous estes perdu se ne metés conseil en vous, JOINV. 240.
   La crestienté dechiet et font entre vos mains, et decherra encore plus se vous n'i metés conseil, JOINV. 290.
   Je vous loe et conseille que vous deffendés à tout vostre conseil juré, que il ne preingnent [reçoivent rien] de ceulz qui auront à besoigner par devant vous, JOINV. 288.
   Le roy rappela tous ses preudommes chevaliers de son conseil, et touz li loerent [conseillèrent] qu'il attendist, JOINV. 227.
   En ce point nous envoia le soudanc son conseil pour parler à nous, JOINV. 242.
   XIVe s.
   Nous conseillons ou faisons conseulx, non pas de la fin ou des fins, mais des choses ordenées à la fin, ORESME Eth. 67.
   Lors fault [manque] bon conseil, quant le grand besoin est, Ménagier, I, 9.
   XVe s.
   Si eut le roi de France plusieurs consaulx par quel costé il pourroit sus courir et combattre ses ennemis, FROISS. I, I, 315.
   XVIe s.
   Nous appellons conseil, un propos deliberé de la volonté, quand le coeur de l'homme est veincu et subjugué par la tentation, CALV. Instit. 310.
   Et a tousjours esté conseil hazardeux de fier à la licence d'une armée, MONT. I, 27.
   Aufidius entrant en la chambre du conseil, MONT. I, 74.
   Les conseilz des femmes y seront ils receus ? luy dict elle, MONT. I, 129.
   Le roy seant en son conseil d'Estat et privé, que l'on appeloit en ce temps là l'estroict conseil, CARL. VI, 35.
   Comme tout le monde se trouvast estonné d'un conseil si hardy et si avantureux...., AMYOT Cimon, 9.
   Conseil de nuit ne fait ennui ; conseil en vin n'a bonne fin, LEROUX DE LINCY Prov. t. II, p. 277.
   Provenç. conselh, cosselh ; catal. consell ; espagn. consejo ; portug. conselho ; ital. consiglio ; du latin consilium, même radical que consulere (voy. consulter). Dans l'ancien français, au singulier, nominatif li consels, conseus ou consaus, au régime le consel ; au pluriel, nominatif li consel, au régime les consels, conseus ou consaus. Palsgrave, p. 57, dit qu'on prononce consei devant une consonne.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
CONSEIL. Ajoutez :
11°   Arbre des conseils, le figuier des pagodes, ficus religiosa, L., BAILLON, Dict. de bot. t. I, p. 247.
   Ajoutez : à propos de ce vers de Philippe Mouskes : Mais or n'iert mais qui me consaut, Chronique, V. 9374, M. de Reiffenberg remarque en note : " On disait encore sous le gouvernement autrichien [en Belgique] les consaux pour les conseils de l'État. "

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • conseil — [ kɔ̃sɛj ] n. m. • 980; lat. consilium « délibération, projet, conseil » I ♦ Ce qui tend à diriger, à inspirer la conduite, les actions. 1 ♦ Opinion donnée à qqn sur ce qu il convient de faire. ⇒ admonition, avertissement, avis, exhortation,… …   Encyclopédie Universelle

  • conseil — CONSEIL. subs. mas. Avis que l on donne à quelqu un sur ce qu il doit faire ou ne pas faire. Bon, sage, prudent conseil. Conseil salutaire. Mauvais, pernicieux, dangereux conseil. Conseil intéressé, désintéressé. Conseil violent. Il est l auteur… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • conseil — Conseil, m. acut. Est l advis et opinion qu on demande ou donne à aucun sur quelque affaire douteuse, Consilium, duquel mot il est prins, Ainsi lon dit, Demander conseil aux Advocats, Iurisperitos consulere, Et donner conseil à quelqu un,… …   Thresor de la langue françoyse

  • conseil — CONSEIL. s. m. Advis que l on donne à quelqu un sur ce qu il doit faire ou ne pas faire. Bon, sage, prudent conseil. mauvais, pernicieux, dangereux conseil. conseil interessé, desinteressé. conseil violent. il est l autheur de ce conseil. donner… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Conseil — is a word derived from French In fiction Conseil, a character in the Jules Verne novel Twenty Thousand Leagues Under the Sea In government the Conseil supérieur de la langue française, an organ which exists in Belgium, France and Québec the… …   Wikipedia

  • conseil — /kɔ̃ sāyˈ/ (French) noun 1. Advice 2. Council conseil d administration noun A board of directors conseil de famille /də fa mē y’/ noun A family consultation conseil d’état /dā ta/ noun A council of state * * * conseil obs. f. counsel …   Useful english dictionary

  • Conseil — Le nom est surtout porté en Normandie et en Bretagne (76, 29). On le rencontre aussi sous les formes Consil, Consille (59). Plutôt qu un surnom donné à un homme de bon conseil, il faut sans doute envisager un ancien nom de baptême (latin… …   Noms de famille

  • Conseil — (fr., spr. Konselj), 1) Rath; 2) Geheimerrath od. Cabinetsconferenz; 3) sonst in Frankreich Name mehrerer hoher Gerichtshöfe …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Conseil — (franz., spr. kongßäj: lat. Consilium), Rat, Ratschlag; Rat (geber); Ratsversammlung; dann soviel wie Geheimer Rat oder Ministerrat (Ministerkonseil); Benennung, welche die Stifter gewisser höherer Grade der Freimaurerei ihren Vereinen gaben, dem …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Conseil — (frz., spr. kongßéj), Rat; Ratsversammlung, bes. Ministerrat; C. d état (spr. detah), Staatsrat; C. général (spr. scheneráll), Generalrat; C. de prud hommes (spr. prüdómm), gewerbliches Schiedsgericht …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Conseil — Conseil, frz., Rath, Conferenz der Minister; früher in Frankreich der Name der höchsten Gerichtshöfe …   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.