contrarier


contrarier
(kon-tra-ri-é), je contrariais, nous contrariions ; que je contrarie, que nous contrariions, v. a.
   Dire, vouloir, faire le contraire de. Il me contrarie toujours. Contrarier une opinion, la contredire.
   Il en vient jusque-là que de se méconnaître, De contrarier tout et de faire le maître, MOL. Tart. I, 1.
   Absolument. Il aime à contrarier.
   Faire obstacle. Les conjonctures contrarièrent nos projets. Un mouvement qui en contrarie un autre. Contrarier une interprétation.
   Et lui du même temps, par une erreur extrême, Pour nous contrarier est contraire à lui-même, TRISTAN M. de Chrispe, III, 3.
   On voyait ce médecin toujours suivre la nature, l'aider quelquefois et ne la contrarier jamais, CONDORCET Bourdelin..
   Familièrement. Causer du dépit. Je n'ai pas réussi, cela me contrarie.
   Se contrarier, v. réfl. Se causer réciproquement de la contrariété. Ils prenaient plaisir à se contrarier.
   Se contrarier, éprouver de la contrariété. Cet homme est susceptible, il se contrarie facilement.
   Être en contradiction.
   Vous dites des choses qui se contrarient, DESC. Rép. 2.
   Se faire obstacle. Ces mouvements se contrarient.
   XIe s.
   Li archevesques les ot [ouit] contrarier, Ch. de Rol. CXXX.
   Pour Deu [je] vous prie, ne vous cuntraliez, DESC. ib..
   XIIe s.
   [Il] Oit [entend] Olivier qui si le contralie, Ronc. p. 82.
   Li arcivesque les ouit contrarier, ib. p. 83.
   Pas [il] nel salue, ainz l'a contralié, ib. p. 186.
   Carles, tort en a Bueves qui si vous contralie, Sax. XX.
   Li quens Raoul ot moult le cuer irié Por les borgois qui l'ont contraloié, Raoul de C. 59.
   XIIIe s.
   Et li remanans demourroient ici et garderoient le castiel, et contralieroient les François et lor feroient despendre les deniers le roi, Ch. de Rains, p. 66.
   S'il sunt esleu deus arbitre, ou quatre, ou six ou plus, mais qu'il soient per, et se le [la] moitié des persones se contrarient de l'opinion as autres à rendre lor dit, il est de nule valor, BEAUMANOIR XLI, 5.
   XIVe s.
   Les gens ont en haine ceulz qui contrarient à leur mouvement et à leur volentés, ORESME Eth. 327.
   Quant un homme nuist et fait peine hors la loy à aucun qui ne li contrarioit pas ou nuisoit, il fait injuste, ORESME ib. 167.
   Li chastelains estoit dessus la tour antie, Et voit le roi Henri qui ainsi contralie, Guesclin. 14484.
   Non pourquant se commenche moult fort à courrechier, Et li sergans se painne de lui contralier, Baud. de Seb. VII, 417.
   XVe s.
   Il sentoit encore plusieurs villes et chasteaux qui contrarioient grandement le pays, FROISS. II, II, 1.
   D'Arras, Noyon et des païs divers Vont les princes pour lui contrarier [s'opposer à lui], E. DESCHAMPS Conseils des François..
   XVIe s.
   Il faut dire que l'Escriture se contrarie, ou que Dieu regarde les merites de ceux qu'il elit, CALVIN Instit. 766.
   Les promesses de salut ne contrarient nullement à la predestination des reprouvez, CALVIN ib. 788.
   Nous ne pourrons autrement discerner entre les conciles qui se contrarient l'un à l'autre, CALVIN ib. 939.
   Celui qui ne se soucie de lui [Dieu] contrarier, mal-aisement se pourra-il accorder avec les hommes, LANOUE 42.
   Il le feit bannir comme contrariant au bien et à l'authorité du peuple, AMYOT Péric. 18.
   Ilz luy persuaderent que, chassant de la ville ceulx qui luy voudroient contrarier, il meist...., AMYOT Pélop. 10.
   Berry, contralier ; provenç. et espagn. contrariar ; ital. contrariare ; du latin contrarius, contraire. Contralier se trouve, dans l'ancien français, concurremment avec contrarier ; est-ce le même mot, avec changement de l'r en l ? ou bien faut-il voir, dans contralier, un autre mot dérivé de contra alium ? contraloier n'est qu'une autre forme du même mot, comme loier pour lier, proier pour prier.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
CONTRARIER. Ajoutez :
   Deux cheminées sont dites se contrarier, quand on ne peut allumer du feu en même temps dans toutes les deux.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • contrarier — [ kɔ̃trarje ] v. tr. <conjug. : 7> • v. 1100 intr. « se quereller »; lat. contrariare 1 ♦ Avoir une action contraire, aller contre, s opposer à (qqch.). ⇒ barrer, combattre, contrecarrer, déranger, 1. entraver, gêner, freiner, nuire (à).… …   Encyclopédie Universelle

  • contrarier — CONTRARIER. v. a. Dire ou faire le contraire de ce que les autres disent ou font. Il me contrarie toujours. C est un homme qui ne veut point être contrarié. Vous vous contrariez vous même. Cela se contrarie. f♛/b] Il se met quelquefois absolument …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • contrarier — Contrarier. v. act. Contredire. Vous contrariez tout ce qu on dit. il me contrarie tousjours. c est un homme qui ne veut point estre contrarié. vous vous contrariez vous mesme. cela se contrarie. Il se met quelquefois absolument. Vous ne faites… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • contrarier — à aucun, Aduersari alicui …   Thresor de la langue françoyse

  • contrarier — vt. , s opposer à, contrer ; ennuyer, inquiéter, faire du souci ; troubler, perturber, angoisser : kontra î (Balme Sillingy), kontralê î (Thônes 004), KONTRARYÎ (Albanais 001, Annecy, Mésigny), kontrè î (Leschaux), kontrèlèyî (Villards Thônes),… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • CONTRARIER — v. tr. Empêcher d’agir, d’aboutir. Il me contrarie dans tous mes desseins, dans tout ce que je veux entreprendre. Un mouvement qui en contrarie un autre. Contrarier la nature. Par extension, il signifie Chagriner, causer du dépit par des actions… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • CONTRARIER — v. a. Dire ou faire le contraire de ce que les autres disent ou font. Il me contrarie toujours. C est un homme qui ne veut point être contrarié.   Il peut s employer avec le pronom personnel. Vous vous contrariez vous même. Cela se contrarie.  … …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Contrarier un gaucher — ● Contrarier un gaucher forcer un gaucher à écrire de la main droite …   Encyclopédie Universelle

  • se contrarier — ● se contrarier verbe pronominal Aller à l encontre l une de l autre, en parlant de choses : Forces qui se contrarient. Se causer réciproquement du mécontentement : Frères qui se contrarient sans cesse. Se couper, s opposer, alterner, en parlant… …   Encyclopédie Universelle

  • contrariant — contrariant, iante [ kɔ̃trarjɑ̃, jɑ̃t ] adj. • 1361; de contrarier 1 ♦ Qui est porté à contrarier. Homme contrariant. Il n est pas contrariant ! Un esprit contrariant. 2 ♦ (1787) (choses) Qui contrarie. Comme c est contrariant ! ⇒ agaçant,… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.