coupable


coupable
(kou-pa-bl') adj.
   Qui a commis un crime, un délit, une faute.
   Quiconque tue est coupable d'homicide, PASC. Prov. 14.
   Pour se rendre coupable devant Dieu, PASC. ib. 4.
   Il n'est point de malheur dont je ne sois coupable, RAC. Brit. V, 6.
   Si je te hais, est-il coupable de ma haine ?, RAC. Andr. III, 8.
   Il serait moins coupable à m'avoir moins aimée, CORN. Sertor. V, 4.
   Ils [les méchants] boiront dans la coupe affreuse, inépuisable, Que tu présenteras, au jour de ta fureur, à toute la race coupable, RAC. Ath. II, 9.
   Hélas ! de vos malheurs innocente ou coupable, RAC. Phèd. III, 1.
   Ils [les grands] se trouveront encore coupables devant vous des désordres publics, MASS. Pet. car. Vices et vertus..
   Pour un fils téméraire et coupable envers vous, VOLT. Sémiramis, III, 5.
   Vous sentez-vous coupable, et pouvez-vous répondre ?, VOLT. Alz. III, 5.
   Non, si je suis aimé, non, tu n'es pas coupable, VOLT. ib. III, 4.
   Lorsqu'un Athénien attente à ses jours, il est coupable envers l'État qu'il prive d'un citoyen, BARTHÉL. Anach. Introd. part. II, sect. 1.
   Ce qui me désespère, s'écriait le jeune Apollodore dans l'égarement de son affliction, c'est que vous mourrez innocent. - Aimeriez-vous mieux, lui répondit Socrate en souriant, que je mourusse coupable ?, BARTHÉL. ib. ch. 67.
   Dans le langage de la galanterie, amant téméraire ou trop impétueux.
   Quelquefois les femmes, sans égard pour le dictionnaire, prennent le mot de coupable en meilleure part que celui d'innocent, CH. DE BERNARD la Chasse aux amants, § 1.
   Terme de dévotion. Se rendre coupable du corps et du sang de Jésus-Christ, recevoir la communion quand on en est indigne.
   Que l'homme sonde son propre coeur, de peur de se rendre coupable du corps et du sang du Sauveur, FÉN. XVIII, 178.
   Le plus grand nombre de ceux qui recevront Jésus-Christ en ces jours saints se rendront coupables du corps et du sang du Seigneur, MASS. Car. Comm. 1.
   Par antiphrase.
   Malheur aux citoyens coupables de vertu !, M. J. CHÉNIER Tibère, I, 1.
   On le dit aussi des choses.
   Trahissant la vertu sur un papier coupable, BOILEAU Art p. IV.
   .... De vos fictions le mélange coupable Même à ses vérités [du christianisme] donne l'air de la fable, BOILEAU ib. III.
   Par de pareils objets [une femme trop décolletée] les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées, MOL. Tart. III, 2.
   Seigneur, le croirez-vous qu'un dessein si coupable...., RAC. Mithr. III, 3.
   J'en ai trop prolongé la coupable durée, RAC. Phèd. I, 3.
   D'une tige coupable il craint un rejeton, RAC. ib. I, 1.
   Et je ne prétends pas que sa coupable audace Une seconde fois lui promette ma place, RAC. Brit. IV, 3.
   Substantivement. Les coupables furent condamnés.
   .... Il n'est point de coupable en repos, BOILEAU Épît. XI.
   Un jour, il m'en souvient, le sénat équitable Vous pressait de souscrire à la mort d'un coupable, RAC. Brit. IV, 3.
   La coupable est punie et vos mains innocentes, CORN. Rodog. V, 5.
   Une coupable aimée est bientôt innocente, MOL. Mis. IV, 2.
   Tout coupable est timide, VOLT. Sémiram. V, 6.
   Coupables, approchez ; De la chaîne des ans les jours de la clémence Sont enfin retranchés, GILBERT le Jug. dernier..
   Souvent dans sa grandeur quand le coupable en paix Semble de crime en crime affermi pour jamais, DELAV. Vêpres sicil. I, 3.
   Familièrement et par plaisanterie, se dit d'une personne qui a fait quelque chose qu'elle désire cacher. Vous cherchez l'auteur de cette espièglerie, voici le coupable, la coupable.
   XIIe s.
   Pur ço que pur lui fu (ço conuïst) ocis [parce que Thomas fut occis pour lui, Henri II, qui le reconnut], Est venuz al martyr culpables e clamis, E se rent e conuist e forfait e chaitis, Th. le mart. 161.
   Qui en un forfait culpables est de toz, Job, 442.
   XIIIe s.
   Li bourgois respondirent que de la mort le bailli lor pesoit et qu'il n'en estoient pas coupable, Chr. de Rains, 227.
   Ainsi [je] sui de sa mort coupable, Bl. et Jeh. 1069.
   Lors se coucha adens à terre, Et trois foiz se rendi copables, Puis se seigna por les deables...., Ren. 10867.
   Tybers s'escuse molement, Que vers lui corpables se sent, ib. 2204.
   Et se li corpables vient por droit avoir, Liv. de just. 113.
   Plusors personnes poent estre coupavles d'un vilain fet, BEAUMANOIR LXI, 43.
   XIVe s.
   Ou cas que il seroit prouvé par tesmoings en forme de droit que il est culpable, ORESME Eth. 162.
   Celui qui est incontinent, il est culpable du proverbe ou quel nous dison en ceste maniere...., ORESME ib. 195.
   XVe s.
   Il en fut trouvé non culpable, et pour ce fut tenus prisonnier sans estre mis à mort, FENIN 1420.
   XVIe s.
   Celui qui hait son frere est coupable de jugement ; qui monstre signe de courroux est coulpable d'estre condamné par tout le consistoire ; quiconque lui dit injure est coulpable de la gehenne du feu, CALVIN Instit. 302.
   Coulpable d'impudicité, CALVIN ib. 304.
   Certes, seigneur, je sens bien que ma faulte Me rend coulpable à ta majesté haulte, DU BELLAY III, 92, recto..
   Les innocens, qui en tels lieux damnables Tiennent souvent la place des coulpables, MAROT I, 254.
   Coupable craint de comparaitre, LEROUX DE LINCY Prov. t. II, p. 278.
   Voilà doncques jusques où je me sens coulpable de ceste premiere partie que je disois estre au vice de la presumption, MONT. III, 67.
   Provenç. colpable ; espagn. culpable ; portug. culpavel ; ital. colpevole ; du latin culpabilis (voy. coulpe).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • coupable — [ kupabl ] adj. et n. • 1667; corpable 1172; lat. culpabilis, rac. culpa → coulpe 1 ♦ Qui a commis une faute, une infraction. ⇒ fautif. (Surtout attribut) Être coupable d un délit (⇒ délinquant) , d un crime (⇒ criminel) . Se rendre coupable d… …   Encyclopédie Universelle

  • coupable — Coupable. adj. de tout genre. Quelques uns y mettent encore une L, mais personne ne la prononce. Qui a commis quelque faute ou quelque crime. Extremement coupable. tout à fait coupable. on l accuse de telle chose, il en est coupable. c est le… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • coupable — COUPABLE. adj. des 2 g. Qui a commis quelque faute ou quelque crime. Extrèmement coupable. On l a accusé de telle chose, il en est coupable. C est le plus coupable de tous. Il est coupable d un tel crime. On l a trouvé, il s est trouvé coupable.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Coupable — Cou pa*ble (k[=oo] p[.a]*b l), a. [F.] Culpable. [Obs.] [1913 Webster] || …   The Collaborative International Dictionary of English

  • COUPABLE — adj. des deux genres Qui a commis quelque faute, quelque crime. On l accuse de ce crime, de cette faute, et il en est coupable. S avouer coupable. Se rendre coupable d une faute. C est le plus coupable de tous. Extrêmement coupable. Elle est… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • COUPABLE — adj. des deux genres Qui a commis quelque faute, quelque crime. S’avouer coupable. Se rendre coupable d’une faute. C’est le plus coupable de tous. L’accusé fut déclaré coupable. être coupable de trahison. être coupable de négligence. Par… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Coupable — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Droit 2 Cinéma 3 Télé …   Wikipédia en Français

  • coupable — cou|pa|ble [ku pa:bl] <fr. ; aus gleichbed. lat. culpabilis> (veraltet) schuldig, strafbar …   Das große Fremdwörterbuch

  • coupable — adj., fautif : KOPÂBLyO (Chambéry | Albanais) / koupâblo (Villards Thônes), A, E ; fôti, fa, e (Saxel), fôtifo, (v)a, e (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Coupable (Album) — Coupable Album par Éric Lapointe Sortie 2 novembre 2004 Genre(s) Rock Format CD Label Diffusion YFB Albums de Éric Lapointe …   Wikipédia en Français