coutume


coutume
(kou-tu-m') s. f.
   Manière à laquelle la plupart se conforment. Cela est passé en coutume.
   Cette vieille coutume en ces lieux établie, CORN. Cid, IV, 5.
   La coutume ne doit être suivie que parce qu'elle est coutume, et non parce qu'elle soit raisonnable, PASC. Vrai bien, 9.
   Aigris par la nécessité, emportés par les coutumes, MASS. Car. Prière, I.
   Les coutumes d'un peuple esclave sont une partie de sa servitude ; celles d'un peuple libre sont une partie de sa liberté, MONTESQ. Esp. XIX, 27.
   Si ce n'est pas la religion, ce sont les coutumes qu'on y vénère au lieu des lois, MONTESQ. ib. II, 4.
   La coutume, la loi plia mes premiers ans à la religion des heureux Musulmans, VOLT. Zaïre, I, 1.
   Ces raisons ne furent jamais senties dans une cour où la coutume était la loi suprême, RAYNAL Hist. phil. VIII, 29.
   La coutume a sur les hommes une force qui n'a nullement besoin d'être appuyée de la raison, FONTEN. Oracles, I, 7.
   Terme de jurisprudence féodale. Législation introduite par l'usage seul en certaines provinces, par opposition à droit écrit. La coutume de Normandie, de Bretagne.
   Le roi Pepin ordonna que partout où il n'y aurait point de loi, on suivrait la coutume, mais que la coutume ne serait pas préférée à la loi, MONTESQ. Esp. XXVIII, 13.
   Bientôt les coutumes détruisirent les lois, MONTESQ. ib. 12.
   Recueil de droit coutumier particulier à un pays.
   La coutume porte que.... Sans cesse feuilletant les lois et la coutume, BOILEAU Lutr. V.
   Cet avocat qui vient enseigner la coutume de Paris à St-Pétersbourg, VOLT. Lett. à Cath. 143.
   Faire une coutume générale de toutes les coutumes particulières serait une chose inconsidérée, même dans ce temps-ci où les princes ne trouvent partout que de l'obéissance, MONTESQ. Esp. XXVIII, 37.
   Il s'est dit de certains péages et impôts. Payer la coutume.
   Terme de pêche. Poissons de coutume, redevance qu'on donne avant la vente au propriétaire du bateau ou au maître pêcheur.
   Manière ordinaire d'agir, de se comporter, de parler, etc.
   Si c'est par instinct de nature Ou par coutume de m'aimer, CORN. Héracl. V, 1.
   Sa coutume l'emporte et non pas la raison, CORN. Cinna, II, 1.
   Contre sa coutume il ne peut me déplaire, CORN. Hor. I, 3.
   Je n'en ferai pas ma coutume, SÉV. 24.
   Vous savez sa coutume, et sous quelles tendresses Sa haine sait cacher ses trompeuses adresses, RAC. Mithr. I, 5.
   Le sénat aima mieux armer, contre sa coutume, 8000 esclaves que...., BOSSUET Hist. III, 6.
   Et tout ce qu'en semblable cas On est en coutume de dire, LA FONT. Fiancée..
   Avoir la coutume, faire comme chose déterminée par une coutume.
   Les Anglais ont la coutume de finir presque tous les actes par une comparaison, VOLT. Lett. à M. Maffei en tête de Mérope..
   Avoir coutume, faire d'ordinaire.
   Les gens qui ont coutume d'exagérer perdent bientôt toute créance, L'ABBÉ RÉGNIER dans BOUHOURS, Nouv. rem..
   Une dame de la première qualité se défit de tous les vains ornements dont elle avait coutume de se parer, BOUHOURS Nouv. rem..
   De coutume, loc. adv. À l'ordinaire. Il en use comme de coutume. Il se porte mieux que de coutume.
   Et qu'étant loin de moi, quelque ombre d'amertume Vous fit trouver les jours plus longs que de coutume, RAC. Théb. II, 1.
   Avoir de coutume, locution vieillie pour avoir coutume.
   Pour vous ôter l'envie de nous faire courir toutes les nuits comme vous aviez de coutume, MOL. Scapin, II, 5.
   Plus librement que je n'ai de coutume, DESC. Ép..
   Fig. En parlant des choses. Ce pommier a coutume de donner du fruit. Cette cheminée a coutume de fumer.
PROVERBES
   C'est la coutume de Lorris, les battus payent l'amende, se dit quand un homme qui a sujet de se plaindre est encore condamné.
   Une fois n'est pas coutume.
   1° COUTUME, HABITUDE. Coutume est objectif, c'est-à-dire indique une manière d'être générale à laquelle nous nous conformons. Au contraire, habitude est subjectif, c'est-à-dire indique une manière d'être qui nous est personnelle et qui détermine nos actions. L'habitude devient un besoin ; mais la coutume ne le devient jamais. Cependant on dira également : j'ai la coutume ou j'ai l'habitude de prendre du café, avec cette nuance cependant que avoir la coutume exprime seulement le fait que je prends ordinairement du café, tandis que avoir l'habitude exprime qu'un certain besoin s'y joint.
   2° J'AI COUTUME, J'AI LA COUTUME. J'ai coutume de fumer, veut dire je fume d'ordinaire ; j'ai la coutume de fumer, veut dire que cela est entré dans mes coutumes. C'est cette nuance délicate il est vrai mais réelle qui fait que avoir coutume peut se dire des choses, tandis que avoir la coutume ne peut pas s'en dire. La rivière a coutume de déborder à cette époque de l'année ; mais elle n'en a pas la coutume.
   XIe s.
   Ço'st la custume en...., Lois de Guill. 4.
   Sa coustume est qu'il parole à leisir, Ch. de Rol. X.
   XIIe s.
   Il vous a de chevage la costume requise, Sax. XXIII.
   Custume n'est pas dreiz, bien le poez veeir ; Kar chascuns riches hum, qui ne volt nul cremeir [craindre], Alieve sur sa gent custume à sun voleir, Th. le mart. 92.
   XIIIe s.
   [Il y] Avoit une coustume ens au Tyois païs, Berte, V.
   Mainte male coustume [impôt] i ot ele establie, ib. LX.
   Dessur les marcheans [elle] fist coustume [impôt] asseïr, ib. LXIII.
   Chascun jour [il] l'avoit [cela] à coustume, Lai d'Ignaur.
   Ceste floiche ot fiere coustume, Douçor i ot et amertume, la Rose, 1883.
   Nous disons qu'il soit mis en trois pures defautes, toz sans les jors qu'il puet contremander et essonier par coustume, BEAUMANOIR 48.
   La difference qui est entre coustume et uzage, si est que toutes coustumes font à tenir, BEAUMANOIR XXIV, 3.
   Loys rois dit que costume doit valoir loi ; quant aucune doutance est de la loi, ele doit avoir l'autorité des choses qui toz jors sunt jugies, Liv. de just. 7.
   XIVe s.
   Des choses justes, aucunes en y a qui semblent estre justes seulement par loy ou par coustumes et non pas par nature, ORESME Eth. 111.
   Ainsi comme au pays est de coustume, DU CANGE avantagium..
   Oÿe la complainte qui nous a esté faite par la coustume [corps de métier] des tisserans, DU CANGE consuetudo..
   Cognoistre et determiner sommierement selon la coustume de la mer, DU CANGE ib..
   XVe s.
   Un usage est en Angleterre, et aussi est-il en plusieurs pays, que les nobles ont grands franchises sur leur hommes et les tiennent en servage ; c'est à dire que ils doivent de droit et par coustume labourer, FROISS. II, II, 106.
   Ils avoient et ont de coustume encores d'aller...., COMM. II, 3.
   Coustume rend maistre et devient nature, Roman du Jouvencel, f° 80, dans LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 488.
   XVIe s.
   La force de la coustume [habitude], MONT. I, 105.
   Ce que disent quelques coutumes : quand argent faut, finaison nulle, LOYSEL 592.
   Entre enfans, n'y a qu'un droit d'ainesse.... Toutefois, s'il y a diverses successions, coutumes ou bailliages, il prendra droit d'ainesse en chacune d'icelles, LOYSEL 631.
   Une fois n'est pas coutume [ne suffit pas pour prouver la coutume], LOYSEL 780.
   Il sortit de son logis, et s'en alla sur la place promener avec ses amis comme il avoit de coustume, AMYOT Aratus, 7.
   Us et coustumes, AMYOT Numa, 20.
   Coustume est ce qui a esté gardé d'ancienneté, Anc. coust. de Normandie, f° 21, dans LACURNE.
   Qui croiroit combien est grande et imperieuse l'authorité de la coustume, qui la dit estre une autre nature, ne l'a pas assez exprimé ; car elle fait plus que nature, elle combat nature, CHARRON Sagesse, p. 336, dans LACURNE.
   Gasteau et mauvaise coustume se doivent rompre, COTGRAVE .
   Le loup alla à Rome, et y laissa de son poil, mais rien de ses coustumes, COTGRAVE .
   Les bonnes coustumes sont à garder, et les mauvaises à laisser, LEROUX DE LINCY t. II, p. 332.
   Berry, cotume, couteume ; provenç. costum, s. m. et costuma, cosdumna, s. f. ; espagn. costumbre, s. f.{{}}; portug. costume, s. m.{{}}; ital. costume, s. m. et costuma, s. f.{{}}; bas-lat. coustuma, dans un texte du commencement du VIIIe siècle. Il y a des distinctions à faire dans ces mots romans. Diez fait remarquer que les masculins ne peuvent venir directement de consuetudinem, et qu'il faut supposer que le suffixe s'est transformé en umen : consuetumen. Quant aux féminins en e : coutume et costumbre, ils viennent de consuetudinem, comme amertume, de amaritudinem. Enfin les féminins en a répondent à un pluriel neutre consuetumina (<

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • coutume — [ kutym ] n. f. • custume fin XIe→ costume; lat. pop. °cosetudine, class. consuetudo, inis « habitude » ♦ Façon d agir établie par l usage. ⇒ habitude, mœurs, tradition, usage. 1 ♦ Dans une collectivité, Manière à laquelle la plupart se… …   Encyclopédie Universelle

  • coutume — COUTUME. sub. f. Habitude contractée dans les moeurs, dans les manières, dans les discours, dans les actions. Bonne coutume. Mauvaise coutume. Sotte coutume. Vilaine coutume. Prendre, quitter une coutume. Se défaire d une coutume. Il a la… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Coutume — (fr., spr. Kutüm), 1) Herkommen u. Gewohnheiten; 2) Gewohnheitsrechte im älteren Frankreich, die sich aus den Gebräuchen (Usages) gebildet u. entwickelt hatten. Sie waren theils Coutumes écrites, von den Fürsten u. Herren in ältester Zeit… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Coutume —   [ku tym, französisch] die, / s,    1) allgemein: Sitte, Brauch.    2) Recht: das französische Gewohnheitsrecht, das bis zur Einführung des Code civil (1804) galt. Vor der Revolution von 1789 war Frankreich in die pays de droit écrit (besonders… …   Universal-Lexikon

  • Coutume — er fransk for skik og brug eller sædvane. Se også kutyme …   Danske encyklopædi

  • Coutume — La coutume est un « usage juridique oral, consacré par le temps et accepté par la population d un territoire déterminé »[1]. La coutume est une des sources du droit. Sommaire 1 Éléments de la coutume 2 La coutume en droit français …   Wikipédia en Français

  • COUTUME — s. f. Habitude contractée dans les moeurs, dans les manières, dans les discours, dans les actions. Bonne coutume. Mauvaise coutume. Sotte coutume. Vilaine coutume. Prendre, quitter une coutume. Se défaire d une coutume. Il a la mauvaise coutume… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • COUTUME — n. f. Façon d’agir établie par l’usage, habitude contractée par un individu dans ses manières, dans ses discours, dans ses actions. Il a coutume d’agir ainsi. J’ai coutume de venir à telle époque. On dit plutôt HABITUDE quand il s’agit d’un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Coutume — Coutumes are legal customs of France. During the Middle Ages and early modern period the French kings and their vassals constantly asserted the importance and, in effect, primacy of customary law, especially in the lands north and west of Paris.… …   Wikipedia

  • coutume — nf. kouteuma (Arvillard), kuteuma (Albertville, Saxel.002), kutmà (Combe Si.) ; tradichon <tradition> (Albanais.001) ; moûda <mode> (001,002). A1) coutume, habitude : abituda nf. (001). Fra. Plus que de coutume : mé ke louz ôtro zheu… …   Dictionnaire Français-Savoyard