couvert


couvert
couvert, erte 1.
(kou-vêr, vèr-t') part. passé de couvrir.
   Garni, muni de quelque chose qui couvre. Maison couverte en tuile.
   Clos et couvert, logé dans une maison qui est bien close et qui a bonne toiture. Le propriétaire doit tenir son locataire clos et couvert.
   Fig. Se tenir clos et couvert, se tenir en lieu de sûreté.
   Terme de marine. Batterie couverte, batterie de bouches à feu renfermée entre deux ponts.
   Ailes couvertes, ailes des insectes qui sont tout à fait cachées sous les élytres.
   Terme de botanique. Fruit couvert, fruit que le calice, persistant autour de l'ovaire, et se fermant vers le sommet, enveloppe en entier.
   Fig. Servir quelqu'un à plats couverts, ne lui confier un secret qu'en partie, et aussi lui rendre de mauvais offices secrètement.
   Vêtu. Il n'était couvert que de simple serge. Un homme bien couvert.
   Mais que veut ce soldat couvert à la romaine ?, MAIR. Sophon. IV, 1.
   Dans ce désordre à mes yeux se présente Un jeune enfant couvert d'une robe éclatante, RAC. Athal. II, 5.
   D'après de Caillières, 1690, dire un homme bien couvert, était une façon de parler du dernier bourgeois.
   Qui a son chapeau sur la tête.
   Le chancelier Guy de Rochefort était assis et couvert, VOLT. Moeurs, 110.
   Terme de musique. Couvert, mot qui indique qu'on doit couvrir d'un drap les timbales afin d'en amortir le son.
   Mots couverts, paroles qui cachent un sens différent de celui qu'elles expriment.
   C'est me conseiller de mourir, en paroles couvertes, SÉV. 219.
   Mots couverts, paroles honnêtes qui en font entendre d'obscènes.
   Allée couverte, allée taillée en berceau.
   Pays couvert, pays très boisé.
   Chargé, plein de. Une table couverte de mets. Pays couvert de bois.
   Ces portiques, ces lieux que vous voyez déserts, De nombreux citoyens seront bientôt couverts, VOLT. Tancr. III, 3.
   L'océan était couvert de ses flottes, RAYNAL Hist. phil. IX, 8.
   Par extension.
   Bientôt nos amis Viendront couverts du sang que je vous ai promis, RAC. Andr. V, 4.
   ....Le héros en prière Demeura tout couvert de feux et de lumière, BOILEAU Lutr. VI.
   Tu gémis et tes yeux de larmes sont couverts, VOLT. Alz. IV, 7.
   Fig. Un discours couvert d'applaudissements.
   Et j'aime mieux voir morts que couverts d'infamie Ceux que vient de m'ôter une main ennemie, CORN. Hor. IV, 2.
   Nous mourrons, je le sais, mais tout couverts de gloire, VOLT. Orphel. IV, 6.
   Protégé, défendu.
   Couverte de toutes parts, la France est capable de tenir la paix avec sûreté dans son sein, mais aussi de porter la guerre partout où il faut, BOSSUET Marie-Thér..
   Marie est couverte de la vertu du Très Haut, BOSSUET IV, Annonc. 1.
   Dans la gloire éternelle, les fautes des saints pénitents, couvertes de ce qu'ils ont fait pour les réparer et de l'éclat infini de la divine miséricorde, ne paraissent plus, BOSSUET Louis de Bourbon..
   Mannheim.... est au confluent du Necker et du Rhin, et couverte d'un côté par un marais, LAFAYETTE Mém. Cour de France, Oeuvres, t. II, p. 371, dans POUGENS..
   Aimé du souverain, de ses rayons couvert, Vous ne servez qu'un maître, et le reste vous sert, VOLT. Brut. II, 2.
   Que l'accusé couvert de votre autorité, Sorte de son palais et parle en liberté, M. J. CHÉN. Tibère, V, 5.
   Terme d'art militaire. Cette porte est couverte par une demi-lune. Chemin couvert, chemin sur le bord extérieur du fossé et où l'assiégé est à l'abri du feu des assiégeants.
   Caché.
   Et lorsque sous mon nom il se livre à sa perte, Tiendrai-je sous le sien ma fortune couverte ?, CORN. Héracl. IV, 1.
   Il tient en ma faveur leur naissance couverte, CORN. ib. V, 3.
   Mais, tenons, s'il se peut, notre douleur couverte, MOL. Mélic. II, 2.
   Tes yeux sur ma conduite incessamment ouverts M'ont sauvé jusqu'ici de mille écueils couverts, RAC. Brit. I, 4.
   Votre empire n'est plein que d'ennemis couverts, RAC. Alex. II, 2.
   Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux, RAC. Andr. II, 2.
   Au milieu d'ennemis couverts ou déclarés, LA BRUY. X..
   Quoi ! vous le soupçonnez d'une haine couverte ?, RAC. Brit. V, 1.
   ....Je ne sais quel ennemi couvert Révélant nos secrets, vous trahit et me perd, RAC. Mithr. IV, 2.
   Jalousies tantôt couvertes, tantôt déclarées, BOSSUET Hist. III, 6.
   Écouta-t-il Jason, quand sa haine couverte L'envoya sur nos bords se livrer à sa perte !, CORN. Médée, II, 2.
   Ce feu, tantôt couvert, tantôt soufflé avec violence, désolait ces beaux climats, VOLT. Scarmentado..
   Terme de musique. Quinte, octave couverte, synonyme de quinte, octave cachée.
   Dissimulé. C'est un homme couvert.
   Se tenir couvert, cacher ses pensées, ses projets.
   Il [Monsieur] se tint couvert au dernier point au sujet des trois ministres, RETZ Mém. liv. III, p. 464, dans POUGENS.
   On dit dans le même sens : clos et couvert.
   Vin couvert, vin d'une couleur rouge foncée.
   Il y pleut [dans l'île des Plaisirs] du vin couvert quand le temps est chargé, et, dans les plus beaux jours, la rosée du matin est toujours du vin blanc, FÉN. XIX, 38.
10°   Drap couvert, drap qui n'a pas été tondu d'assez près.
————————
couvert 2.
(kou-vêr ; le t ne se lie pas ; un couvêr épais ; au pluriel, l's ne se lie pas : des cou-vêr épais ; cependant plusieurs lient : des kou-vêr-z épais) s. m.
   Logis où l'on est couvert des intempéries.
   Qu'en peu de jours il eut au fond de l'ermitage Le vivre et le couvert : que faut-il davantage ?, LA FONT. Fab. VII, 3.
   Des hommes ayant souvent à peine le couvert et la pâture, VOLT. Moeurs, 144.
   On donne le couvert à des passants embarrassés de leur gîte, J. J. ROUSS. Ém. V.
   La solitude a préparé à l'oiseau le vivre et le couvert, CHATEAUB. Génie, I, V, 7.
   À Dieu ne plaise, dit le lévite, que je loge chez un peuple infidèle, et qu'un Cananéen donne le couvert à un ministre du Seigneur, J. J. ROUSS. Lév. d'Éphr. ch. II.
   Terme de blason. Château ou tour avec un comble.
   Terme de fortification. Ouvrage défendu par un autre.
   Glacis qui sert de parapet au grand chemin des rondes.
   Ombrage que donne un massif d'arbres. Ce jeune bois donne un beau couvert.
   Ces boutures de peupliers et des épines qui, après avoir pris racine, ont fait un peu de couvert, BUFFON Exp. sur les végét. 2e mém..
   Sous le couvert, avec une enveloppe qui porte l'adresse d'un tiers.
   Je supplie V. A. R. d'adresser les ordres sous le couvert de M. du Breuil, VOLT. Lett. Prusse, 12.
   On m'a déjà adressé quelques volumes sous le couvert du général Miollis, P. L. COUR. Lett. II, 16.
   Fig. Sous le couvert de l'amitié, en prenant les dehors de l'amitié. Sous le couvert des formes judiciaires, en usant loyalement ou déloyalement des formes qu'imposent les lois.
   À couvert, loc. adv.
   Les troupeaux ne pouvaient trouver d'étables pour être mis à couvert, FÉN. Tél. I.
   Fig.
   Ma fourbe est à couvert, l'autre a tout avoué, MAIR. Soliman, III, 9.
   Il n'est pas de ces rois qui, loin du bruit des armes, Sous des lambris dorés donnent ordre aux alarmes, Et, traçant en repos d'ambitieux projets, Prodiguent à couvert le sang de leurs sujets, CORN. Victoires du roi..
   Mettre à couvert son honneur, LA FONT. Contr..
   Pour savoir, dites-vous, si Jansénius est à couvert, il faut savoir s'il défend la grâce efficace à la manière de Calvin, PASC. Prov. 18.
   Afin de vous mettre par là à couvert du côté des juges, PASC. ib. 13.
   Voilà tout ce qu'on peut souhaiter pour mettre l'honneur à couvert, PASC. ib. 7.
   Cette définition vous met fort à couvert, SÉV. 442.
   Pour mettre la conscience à couvert, BOSSUET Var. 7.
   On mettait à couvert la faiblesse et l'innocence, MASS. Prière, 2.
   Mettre son bien, sa fortune à couvert, les garantir contre les dangers de les perdre, contre des répétitions qui pourraient les compromettre. Voyant ses affaires embarrassées, il a mis la dot de sa femme à couvert.
   On leur permet de mettre une partie de leur bien à couvert, PASC. Prov. 8.
   Mazarin prit ses mesures pour mettre à couvert ses richesses, VOLT. Louis XIV, 6.
   Terme de commerce. Être à couvert, avoir des garanties sûres pour les avances faites à quelqu'un.
   À couvert de, loc. prépos. Dans une situation où l'on est couvert, et défendu contre quelque chose. Être à couvert du canon.
   Une tente où l'on pourra se mettre à couvert de tout, SÉV. 435.
   Vous qui mettez sa tête à couvert de la foudre, CORN. Hor. V, 3.
   C'est attendre l'issue à couvert de l'orage, CORN. Pulch. III, 1.
   La vengeance dont Dieu avait voulu les mettre à couvert, BOSSUET Hist. II, 9.
   Fig.
   Je veux me voir en vous renaître de ma cendre, Et, par vous à couvert des outrages du temps, Commencer à mon âge un règne de cent ans, ROTR. Vencesl. I, 1.
   ....Nous, à couvert de toutes ses poursuites, De ce coup hasardeux ne craindrons point les suites, MOL. l'Étour. III, 7.
   Quand on est faite comme vous, on doit être à couvert de toutes ces sortes de craintes, MOL. Festin de P. II, 2.
   Il entre [dans la rivière], et son cheval le met à couvert des voleurs, mais non de l'onde noire, LA FONT. Fabl. VIII, 23.
   Je me crois à couvert des rhumatismes, SÉV. 282.
   Dans ces refuges où la pudicité est à couvert des tentations du désespoir et de l'indigence, FLÉCH. Panég. II, p. 321.
   Étant seul à couvert des traits de la satire, BOILEAU Sat. IX..
   Votre vertu vous met à couvert du trépas, RAC. Théb. II, 2.
   On y est [dans la vertu] du moins à couvert des dégoûts du monde et des passions, MASS. Car. Dégoûts..
   La vertu la plus entière n'est plus à couvert de la contradiction des langues, MASS. ib. Pet. nombre des Élus..
   Que n'opposez-vous pas pour vous mettre à couvert de ce devoir ?, MASS. ib. Mot. de conv..
   Elle mit à couvert de la contagion le trésor de la grâce, MASS. Av. Conc..
   Pour mettre son héros à couvert de surprise, VOLT. Catil. II, 1.
   Dans un tout autre sens, à couvert de, protégé par. Le régiment était à couvert d'un bois.
   À couvert de sa mauvaise mine, SÉV. 498.
   Il n'a songé qu'à se mettre à couvert de Rome, BOSSUET Lett. quiét. 464.
   À COUVERT, à L'ABRI. À l'abri ajoute une idée de protection qui n'est pas dans la locution à couvert. Celui qui est à couvert est simplement couvert ; celui qui est à l'abri est protégé, défendu, garanti.
   XIIIe s.
   Il deit jurer sur sains que il n'a, ne autre por lui, dou sien à covert ne à descovert, de quei il li puisse fere que plege...., Ass. de J. I, 192.
   Meson en laquele ele doit avoir le covert por son cors garder et garantir, BEAUMANOIR XXX, 100.
   XVIe s.
   S'estant jecté hors du couvert d'un moulin à vent, MONT. I, 49.
   Il ne change, pour hyver et temps qu'il face, le mesme bonnet qu'il porte au couvert, MONT. I, 260.
   Nul moyen de loger à couvert ses blecez, MONT. I, 356.
   Il le fit lever, lui priant de lui donner le couvert pour cette nuit. - Endurez que je demeure ici à couvert, attendant qu'il soit jour, DESPER. Contes. XLIII.
   Un grand couvert [hangar] comme hale de marché, y sera dressé, O. DE SERRES 21.
   Ce que les veneurs en leurs termes appellent couvert, l'opposans à la campagne, PITHOU Coust. de Troyes, p. 535, dans LACURNE.
   Ô combien de biens faits obmis, et de mechancetez se commettent sous le couvert des formes, lesquelles l'on ne sent pas, CHARRON Sagesse, p. 43, dans LACURNE.
   Couvert 1 ; provenç. cubert ; portug. coberta ; ital. coperto.
————————
couvert 3.
(kou-vêr ; le t ne se lie pas ; un couvert élégant ; dites : un kou-vêr élégant ; au pluriel, l's ne se lie pas : des kou-vêr élégants ; cependant plusieurs lient : des kou-vêr-z élégants) s. m.
   Ce dont on couvre une table, nappe, assiettes, cuillers, fourchettes, etc. avant de servir les mets.
   On apporte la nappe et l'on met le couvert, RÉGNIER Sat. X..
   La vieille.... met le couvert, LA FONT. Fauc..
   Sur un tapis de Turquie Le couvert se trouva mis ; Je laisse à penser la vie Que firent ces deux amis, LA FONT. Fabl. I, 9.
   Mais, que vois-je ! de bons amis Que rassemble un couvert bien mis, BÉRANG. Acad. et Cav..
   Grand couvert, repas qu'un monarque fait en public avec un certain cérémonial.
   Mais je vois en pitié le Crésus imbécile Qui jusque dans les champs me transporte la ville ; Avec pompe on le couche, on l'habille, on le sert, Et Mondor au village est à son grand couvert, DELILLE Homme des ch. I.
   Petit couvert, repas sans cérémonie des rois et princes.
   Elles [les princesses] mangèrent à leur petit couvert, VOLT. Babyl. 4.
   L'assiette, la serviette, la cuiller, la fourchette, le couteau et le verre de chaque convive. Mettez un couvert pour Monsieur.
   Il y avait dans un coin cinq ou six couverts où se mettaient tantôt les unes [des princesses] tantôt les autres, mais qui n'étaient tenus par personne, SAINT-SIMON 32, 121.
   Alexandre dressa pour le festin une tente qui contenait cent tables, où par conséquent il pouvait y avoir neuf cents couverts, ROLLIN Hist. anc. Oeuvres, t. VI, p. 191, dans POUGENS.
   On lui apporta un couvert ; il se jeta d'abord sur l'omelette avec tant d'avidité qu'il semblait n'avoir mangé de trois jours, LESAGE Gil Blas, I, 2.
   Avoir toujours son couvert mis chez quelqu'un, être certain qu'on y sera toujours reçu à dîner.
   La cuiller et la fourchette réunies. Une douzaine de couverts d'argent à filet.
   Étui garni d'un couvert et du couteau. Couvert de vermeil. Il porte toujours son couvert en voyage.
   XVe s.
   Messire Gautier de Passac et messire Guillaume de Lignac demourerent avec les chevaliers et les menerent en une belle chambre où on avoit couvert pour disner, FROISS. II, III, 85.
   Madame ma mère vit que l'on servait madame la Dauphine à couvert, et madame la duchesse de Bourgogne point, DE LABORDE Émaux, p. 232.
   Quand madame la duchesse mangeoit là où monsieur le Dauphin estoit, l'on ne la servoit point à couvert, et ne faisoit on pas d'essay devant elle, mais beuvoit en sa coupe sans couvrir, DE LABORDE ib..
   XVIe s.
   Puis furent amenez en la grande sale, qu'ils trouverent si riche parée, et le couvert de quatre longues tables si bien ordonné que...., CARL. V, 12.
   Couvert 1 ; bourguig. couvar. Mettre le couvert se disait ainsi parce que, aux tables des rois et des princes, les plats, hanaps, salières avaient un couvercle, sorte de garantie extérieure contre l'empoisonnement ; de là couvert a pris le sens des assiettes, fourchette, cuiller, couteau, qu'on met devant un convive, et plus particulièrement encore, de la fourchette et de la cuiller.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • couvert — Couvert, [couv]erte. part. Il a les mesmes significations que son verbe. On dit, Couvert de playes, pour dire, Blessé en plusieurs endroits. Et au sens figuré, Couvert de honte, couvert de crimes. Couvert, sign. aussi, Dissimulé, caché. Un homme… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • couvert — COUVERT. subst. mas. La nappe avec les serviettes, couteaux et cuillers, etc. dont on couvre la table et le buffet. Mettre le couvert. Ranger le couvert. f♛/b] Il se prend plus particulièrement pour L assiette, la serviette, etc. qu on sert pour… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Couvert — Nom porté notamment dans l Ille et Vilaine et le Puy de Dôme, également présent en Belgique. Semble une variante de Convert (voir ce nom). De la même façon, le mot convent est devenu couvent. Autre possibilité : toponyme désignant un lieu couvert …   Noms de famille

  • Couvert — ist die Bezeichnung für: Tischgedeck Briefumschlag Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort bezeichneter Begriffe …   Deutsch Wikipedia

  • Couvert — (fr., spr. Kuwähr), 1) Bedeckung; 2) (Couverture), Decke, bes. beim Bett; 3) der Umschlag eines Briefes; davon Couvertiren, ein C. um einen Brief machen; 4) ein Gedeck od. ein Teller mit Messer, Gabel, Löffel u. Serviette …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Couvert — Couvert, Couvertieren, s. Kuvert etc …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Couvert — (frz. Kuwähr), Bedeckung; Briefumschlag; Gedeck für eine Person; couvertiren, einen Brief mit Umschlag versehen; Couverture (Kuwertühr), Decke, Umschlag, Bedeckung …   Herders Conversations-Lexikon

  • couvert — |cuvér| s. m. 1. Conjunto dos objetos necessários à refeição e que são colocados na mesa, geralmente em restaurante. 2. Conjunto dos alimentos servidos nos restaurantes antes do prato escolhido. • Plural: couverts   ‣ Etimologia: palavra francesa …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • couvert — Couvert, m. Tantost est participe, Coopertus, Tantost est nom substantif et signifie ores une contrée pleine d arbres et buissons dont l opposite est ce mot Campagne, qui est rase et descouverte: et ores l appareil de la table du Roy, et des… …   Thresor de la langue françoyse

  • couvert — 1. couvert [ kuvɛr ] n. m. • XIIe « logement, retraite »; p. p. subst. de couvrir I ♦ Ce qui couvre. 1 ♦ (XVIe) Techn. Couverture du toit. Réparer le couvert. 2 ♦ Vieilli Logement …   Encyclopédie Universelle