divinité


divinité
(di-vi-ni-té) s. f.
   Qualité de ce qui est divin.
   Les oracles deviennent galimatias par la mauvaise disposition de l'organe qui les rend ; ils perdent l'opinion de leur première divinité, et n'acquièrent point les grâces de l'éloquence humaine, BALZ. Socr. chrét. Disc. 10.
   Divinité de Jésus-Christ, nature divine par laquelle il est une des personnes de la Trinité et qui avait été niée par les Ariens.
   Arius et ses partisans y furent appelés [au concile] ; on les ouït, on les convainquit, on les condamna ; <, FLÉCH. Hist. de Théod. II, 8.
   Par la métonymie du concret pour l'abstrait, l'être divin lui-même, dieu ou déesse. Les divinités du Styx. Sombres divinités, les dieux infernaux. Divinité favorable. Divinité terrible.
   Avant qu'un culte impie se fût taillé des divinités de bois, MASS. Caréme, Vérité..
   On peut réduire à trois points et à trois questions principales les sentiments des anciens philosophes sur la divinité : 1° si la divinité existe ; 2° quelle est sa nature ; 3° si elle préside au gouvernement du monde et si elle prend soin des affaires du genre humain, ROLLIN Hist. anc. liv. XXIII, ch. III, art. 1.
   [Dans le poëme épique] Chaque vertu devient une divinité, BOILEAU Art p. III.
   Par antonomase, le vrai Dieu.
   Il semble que ce sentiment [de la toute-puissance de Dieu] n'est pas moins gravé dans l'esprit des hommes que celui de leur liberté, puisqu'ils comprennent, dans les voeux qu'ils font et dans les actions de grâces qu'ils rendent à la divinité, plusieurs choses qui ne leur arrivent que par leur liberté ou celle des autres, BOSSUET Libre arb. 3.
   Du séjour bienheureux de la divinité, RAC. Esth. Prol..
   Un envoyé de la divinité Eût semblé moins terrible au peuple épouvanté, DELAV. Vêpres sicil. V, 2.
   Par extension, ce qu'on adore, ou qu'on est censé adorer.
   Je jure donc par vous, ô pitoyable reste, Ma divinité seule après ce coup funeste...., CORN. M. de P. V, 1.
   Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux ; Ces deux divinités n'accordent à nos voeux Que des biens peu certains, des plaisirs peu tranquilles, LA FONT. Phil. et Baucis.
   Une divinité volage [la mode] Nous anime et nous conduit tous, BERNIS. .
   Fig. Femme très belle. C'est une divinité.
   Sachez que je m'impute à trop de lâcheté D'entendre mal parler de ma divinité [la femme que j'adore], MOL. l'Étour. III, 3.
   XIIIe s.
   Ainsinc preeschier le soloient Jadis par Paris la cité Li mestre de divinité [théologie], la Rose, 11496.
   XIVe s.
   Si seront 20 escolier enfant en gramaire et 30 en logique et en philosophie et 20 en theologie ou en divinité, DU CANGE ars..
   Provenç. divinitat ; espagn. divinidad ; ital. divinità ; du latin divinitatem, de divinus, divin. Dans l'ancien français ce mot signifie théologie, d'où l'anglais divinity, qui a ce sens.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • divinité — [ divinite ] n. f. • XIIIe; « théologie » 1119; lat. divinitas 1 ♦ Essence divine, nature de Dieu, de l Être suprême. La divinité du Verbe, de Jésus, dans la religion chrétienne. L homme dans l état de grâce est « rendu comme semblable à Dieu, et …   Encyclopédie Universelle

  • Divinite — Divinité Pour la notion de dieu dans les religions monothéistes abrahamiques, voir Dieu Dieux protecteurs sculptés de part et d autre du pas de la porte (Gyeongju, Nord de la province de Gyeongsang , Corée du Sud) Une Divinité (on …   Wikipédia en Français

  • divinité — DIVINITÉ. sub. f. Essence divine, nature divine. La divinité du Verbe. [b]f♛/b] Il se prend aussi pour Dieu même. Nier la Divinité, ne point reconnoître de Divinité, c est renoncer à toutes les lumières de la raison. [b]f♛/b] Il se prend aussi… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • divinité — Divinité. s. f. Essence divine, nature divine. La divinité de nostre Seigneur Jesus Christ. Nier la divinité. C est nier l existence de Dieu. Il se prend aussi pour les faux Dieux des Payens. Les divinitez des eaux. la divinité du lieu. la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • divinité — Divinité, Diuinitas. Quelque divinité, Quiddam diuinum …   Thresor de la langue françoyse

  • Divinité — Pour la notion de dieu dans les religions monothéistes, voir Dieu Dieux protecteurs sculptés de part et d autre du pas de la porte (Gyeongju, Nord de la province de Gyeongsang, Corée du Sud) Une divinité, une déité ou un dieu est un être… …   Wikipédia en Français

  • DIVINITÉ — s. f. Essence divine, nature divine. La divinité du Verbe.   Il se prend aussi pour Dieu même. Honorer la Divinité. Nier la Divinité, ne point reconnaître la Divinité, c est abjurer toute raison.   Il se dit également Des dieux et des déesses du… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DIVINITÉ — n. f. Essence divine, nature divine. La divinité du Verbe. Il se prend aussi pour Dieu même. Honorer la Divinité. Nier la Divinité, ne point reconnaître la Divinité, c’est abjurer toute raison. Il se dit également des Dieux et des déesses du… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • divinité — nf. divinitâ (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Divinite — Tout bagay ki gen lyen dirèk avèk Bondye, syèl la. Tout bagay ki kapab pote non Bondye menm …   Definisyon 2500 mo Kreyòl