douleur


douleur
(dou-leur) s. f.
   Impression anomale et pénible reçue par une partie vivante et perçue par le cerveau ; souffrance physique. Sentir, éprouver une douleur, de la douleur dans un membre. Une douleur aiguë. La douleur que cause une incision. La douleur est différente suivant les parties qui sont lésées.
   Ne croyez pas que ses excessives et insupportables douleurs aient tant soit peu troublé sa grande âme, BOSSUET Duch. d'Orl..
   La santé que j'appelle et qui fuit mes douleurs, A. CHÉN. Élég. VI.
   C'est son bien dissipé, c'est son fils, c'est sa femme, Ou les douleurs du corps si pesantes à l'âme, A. CHÉN. ib. XXXIII.
   C'est une douleur terrible, mais qui n'a rien de hideux, DIDEROT Salon de 1767, Oeuvres, t. XIV, p. 301, dans POUGENS..
   Au plur. Les souffrances de l'accouchement. Elle est dans les douleurs. Les grandes douleurs ont commencé.
   Ma fille sentit de petites douleurs, SÉV. 5.
   Souffrance qui est à l'âme ce que la souffrance physique est au corps. Navré de douleur.
   Que j'ai de douleur de voir que Dieu vous abandonne !, PASC. Prov. 17.
   Nous ne songeons plus qu'il y ait eu un comte de Guiche au monde : vous vous moquez avec vos longues douleurs, SÉV. Lett. 28 déc. 1673.
   Cette autre sorte de douleur qu'on appelle repentir, BOSSUET Libre arb. 2.
   Il faut dans la douleur que vous vous abaissiez ; Pour me tirer des pleurs il faut que vous pleuriez, BOILEAU Art p. III.
   Il devrait y avoir dans le coeur des sources inépuisables de douleur pour de certaines pertes, LA BRUY. IV.
   Il vit chargé de gloire, accablé de douleurs, RAC. Mithr. V, 4.
   La douleur qui se tait n'en est que plus funeste, RAC. Androm. III, 3.
   De quel nom sa douleur me va-t-elle appeler ?, RAC. ib. II, 5.
   Je te laisse trop voir mes honteuses douleurs, RAC. Phèdre, I, 3.
   Vos amis et les miens.... Viennent de confier leur douleur à Narcisse, RAC. Brit. III, 5.
   La douleur est injuste ; et toutes les raisons Qui ne la flattent point aigrissent ses soupçons, RAC. ib. I, 2.
   Elle aura devant lui fait parler ses douleurs, RAC. Baj. III, 3.
   Dans sa douleur elle se trouvait malheureuse d'être immortelle, FÉN. Tél. I.
   Votre lettre, que la douleur a écrite, pénètre mon coeur, VOLT. Lett. d'Argental, 23 déc. 1774.
   Le jour, sur leur tombeau, j'allais verser des pleurs, Et je veillais la nuit pour sentir mes douleurs, ST-LAMBERT Saisons, hiver..
   Ne le lui proposez pas comme une dissipation ; les grandes douleurs y répugnent ; il faut à leur insu tâcher de les distraire et les tromper pour les guérir, MARMONTEL Mém. I.
   Je nomme en général douleur ou déplaisir toute situation de mon âme qu'elle aime mieux ne pas éprouver qu'éprouver, BONNET Oeuvres mêlées, t. VIII, p. 265, dans POUGENS.
   Le ciel rit à la terre, et la terre fleurit ; Aréthuse serpente et plus pure et plus belle ; Une douleur plus tendre anime Philomèle, A. CHÉN. Élég. XXVI.
   De douleur en douleur je traverse la vie, DUCIS Abufar, III, 2.
   Quelquefois la douleur n'est pas loin de la joie, DUCIS Oscar, I, 2.
   Je ne sais pourquoi dans le trouble de la douleur on est plus capable de superstition que de piété, STAËL Corinne, XVIII, 5.
   Tu fais l'homme, ô douleur, oui, l'homme tout entier, Comme le creuset l'or...., LAMART. Harm. II, 7.
   Fig. et familièrement. Avaler la douleur, boire un coup. Allons, avalez la douleur. C'est une ironie au buveur qui feint de ne vouloir plus boire.
   Fig. Expression de la douleur. Les douleurs de l'élégie. Un chant plein de douleur.
   Le comique, ennemi des soupirs et des pleurs, N'admet point en ses vers de tragiques douleurs, BOILEAU Art p. III.
PROVERBES
   À la Chandeleur, grande douleur, c'est-à-dire grande froidure. Ce dicton, la Chandeleur étant le 2 février, ne paraît pas fondé ; on peut croire qu'il n'a été suggéré que par la consonnance, laquelle a fourni en effet un certain nombre de mots ou de locutions incompréhensibles.
   Pour un plaisir mille douleurs.
   XIe s.
   Ce est de la dulor....Lois de Guil. 12. Deus ! quel dulur que li Franceis nel savent !, Ch. de Rol. LIV.
   Sur piez se dresse, mais il a grant dulur, ib. CLXIII.
   XIIe s.
   Icil feront as Cristiens dolor, Ronc. p. 44.
   Lors [ils] se plaignent sans dolor, Couci, I.
   Onc mais n'avint en France nule si granz dolors, Sax. XXVII.
   Ezechie e David e maint autre plusur, Quant il orent mesfait vers Deu lur creatur, Mult sunt humilié e furent en dolur E repentant es quers [coeurs]...., Th. le mart. 78.
   XIIIe s.
   Se bien ne vous prouvez [si vous ne vous comportez bien], de la dolor [je] morrai, Berte, VII.
   Ne la très grant dolor qu'il en ont demené, ib. CIII.
   XVe s.
   Et envoyerent le corps messire Grignard de Mauny à ses deux freres, qui le reçurent à grand douleur, FROISS. I, I, 99.
   XVIe s.
   Le meilleur remede que je sache pour les douleurs presentes, c'est d'oublier les joies passées, DESPÉR. Cymbal. 157.
   Quant ils ont incisé un membre, ils ne laissent pas la partie dolente en sa douleur et en son tourment, AMYOT Comment discerner le flatt. de l'ami, 63.
   Douleur de teste veult manger, Douleur de ventre veult purger, LEROUX DE LINCY Prov. t. I, p. 215.
   À chacun sa propre douleur semble plus greve et la greigneur [plus grande], LEROUX DE LINCY ib. t. II, p. 226.
   Au departir sont les douleurs, LEROUX DE LINCY ib. p. 232.
   Provenç. et espagn. dolor ; portug. dôr ; ital. dolore ; du latin dolorem.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • DOULEUR — Les mécanismes neurophysiologiques qui provoquent chez l’homme une sensation de douleur ne sont pas encore totalement connus. Deux conceptions s’affrontent depuis longtemps. Pour les uns, la douleur aurait, comme les autres sensations spécifiques …   Encyclopédie Universelle

  • douleur — DOULEUR. s. f. Mal que souffre le corps ou l esprit. Douleur de tête, d estomac. Les douleurs de la goutte, de l enfantement. Douleur vive, aiguë, amere, sensible, cuisante, mortelle, violente. Accablé de douleur. Atteint de douleur. Pénétré de… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • douleur — DOULEUR. s. f. Mal que souffre le corps ou l esprit. Douleur de teste, d estomac. les douleurs de la goutte, de l enfantement. douleur vive, aiguë, amere, sensible, cuisante, mortelle, violente. accablé de douleur. atteint de douleur. penetré de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • douleur — DOULEUR: A toujours un résultat favorable. La véritable est toujours contenue …   Dictionnaire des idées reçues

  • douleur — Douleur, Cherchez Doulent …   Thresor de la langue françoyse

  • Douleur — Cet article concerne la douleur physique. Pour la douleur au sens large, voir Souffrance. Douleur Classification et ressources externes …   Wikipédia en Français

  • DOULEUR — s. f. L effet d un mal qu éprouve, que souffre le corps. Douleur de tête, d estomac. Les douleurs de la goutte, de l enfantement. Douleur rhumatismale. Douleur néphrétique. Douleur vive, aiguë, violente, brûlante, cuisante, déchirante,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DOULEUR — n. f. Impression de souffrance, état pénible produit par un mal physique. Douleur de tête, d’estomac. Les douleurs de l’enfantement. Douleur rhumatismale. Douleur néphrétique. Douleur vive, aiguë, violente, cuisante, déchirante, lancinante.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • douleur — nf., algie ; rhumatisme : déleu (Taninges.027), dèleu (Ballaison.030), dolêr (Table), dolò(r) (Albanais.001b, Annecy | Leschaux, Thônes), doleu(r) (001a, Arvillard.228b | Aix), dôlya (228a), douleur (Saxel.002), doûleuya (Macôt Plagne) ; MÂ… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • douleur — n.f. La douleur, individu pénible, difficile à supporter : Salut, la douleur ! / Comprendre sa douleur, réaliser sa déconvenue : Quand il a fallu payer, j ai compris ma douleur. / Au pl. Rhumastismes …   Dictionnaire du Français argotique et populaire