ambroisie


ambroisie
ambroisie et quelquefois ambrosie
(an-broizie ou an-bro-zie) s. f.
   Mets des divinités de l'Olympe. L'ambroisie donnait l'immortalité à ceux qui en goûtaient.
   D'hommes vous faisant dieux vous paissait d'ambroisie, RÉGNIER Sat. v.
   Il répandit une odeur d'ambroisie dont l'Olympe fut parfumé, FÉN. Tél. IX.
   Tout ce que Nélée boit devient nectar, tout ce qu'il mange devient ambroisie, FÉN. XIX, 87.
   Fig. et poétique.
   L'abeille, qui pourtant n'avait vécu qu'un matin, comptait déjà son ambroisie par générations de fleurs, CHATEAUB. Génie, I, IV, 4.
   Que vos heureux destins, les délices du ciel, Coulent toujours trempés d'ambroisie et de miel, A. CHÉN. 92.
   [Elle] Enivre les humains de sa douce ambroisie, GILB. Au prince de Salm..
   Ce fut en vain que Cymodocée pria la Nuit de lui verser l'ambroisie de ses ombres, CHATEAUB. Mart. XXXI.
   Enivrons-nous de poésie ; Elle est un reste d'ambroisie Qu'aux mortels ont laissé les dieux, BÉRANGER Sciences.
   C'est de l'ambroisie, se dit familièrement d'un mets délicieux.
   Ils mangeaient à sa table, avalaient l'ambroisie, RÉGNIER Sat. XIV.
   Terme de botanique. Ambroisie du Mexique ou thé du Mexique, nom d'une plante à odeur forte et agréable, saveur âcre et aromatique, employée en infusion comme tonique et digestive.
   Ambroisie des jardins, un des noms vulgaires du chénopode ambrosioïde.
   La Fontaine a dit ambroise : Et Tiennette est ambroise, Dit son époux, les Troqueurs.
   Terme grec signifiant immortel, dérivé de deux mots : alpha privatif et mortel.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
AMBROISIE. - REM. Ajoutez :
   2. Chez quelques poëtes de l'antiquité, Sapho, Alcman et Anaxandride, l'ambroisie est, au contraire, la boisson des dieux. Il a donc été permis à M. Laurent-Pichat de dire : Les vins de nos coteaux valent bien l'ambroisie.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.