amitié


amitié
(a-mi-tié ; de trois syllabes) s. f.
   Sentiment qui affectionne, attache une personne à une autre. Les liens d'une étroite amitié. Mon amitié pour vous. Rompre l'amitié. Retirer à quelqu'un son amitié. Bien placer son amitié. Une haute amitié.
   Les grandes amitiés vont jusque-là, PASC. édit. Cousin..
   La grande amitié que vous avez faite avec tout l'hôtel de Rambouillet, VOIT. Lett. 130.
   Oui, monsieur veut faire amitié avec vous et lier ensemble un petit commerce de visites et de divertissements, MOL. le Mar. forcé, 12.
   L'amitié qu'il avait eue avec le roi Philippe, VAUG. Q. C. 346.
   Mais enfin l'amitié n'est pas de même rang, Et n'a point les effets de l'amour ni du sang, CORN. Hor. III, 5.
   Qu'aisément l'amitié jusqu'à l'amour nous mène !, CORN. Héracl. III, 1.
   L'amitié d'un grand homme est un bienfait des dieux, VOLT. Oedipe, I, 1.
   Le capitaine prit amitié pour moi, MOL. l'Av. V, 5.
   Leur tuante amitié de tous côtés m'arrête, MOL. Amph. III, 1.
   Quoi ! vous avez Nestor dans l'Hespérie, et vous n'avez pas su l'engager dans vos intérêts ! Nestor dont vous aviez l'amitié, FÉN. Tél. X..
   Télémaque que Narbal prit en amitié, FÉN. ib. VIII.
   Si je ne vous aimais que d'amitié, j'avoue que je ne vous aimerais pas tant qu'elle, VOIT. Lett. 23.
   J'ai cru qu'il était impossible qu'une personne qui fait naître de l'amitié en tous ceux qui la voient, n'en eût point en elle, VOIT. ib. 25.
   Veut-il un prêtre qui s'insinue dans l'esprit des grands, qui aime mieux gagner leurs amitiés que leurs âmes ?, FLÉCH. Panég. I, p. 343.
   Par bonne amitié, de bonne amitié, à bonne intention.
   Quoi que ce soit qui apprenne aux hommes à persécuter leurs semblables, par bonne amitié...., DIDER. Ess. sur la vertu..
   Affection profonde, tendresse, amour.
   Ta douleur, Dupérier, sera donc éternelle ; Et les tristes discours Que te met en l'esprit l'amitié paternelle, L'augmenteront toujours, MALH. à Dupér..
   Je voue à votre fils une amitié de père, RAC. Andr. V, 3.
   Ô Dieux ! tant de respects, une amitié si tendre, Que de raisons pour moi si vous pouviez m'entendre !, RAC. Andr. II, 2.
   Rarement l'amitié désarme sa colère, RAC. Mithr. 5.
   Je ne murmure pas qu'une amitié commune Se range du parti que flatte la fortune, RAC. Brit. III, 7.
   C'est une obligation de la nature que les hommes fassent les avances pour gagner l'amitié des dames, PASC. édit. Cousin..
   Vous me gâtez si fort par l'amitié que vous avez pour moi, que je ne puis plus être contente de toutes les amitiés que je vois dans les familles, SÉV. 345.
   Qui te porte amitié, c'est à lui que tu nuis, MAL. I, 4.
   La liaison, l'union des amis.
   Les unions et les amitiés humaines, MASS. Car. Offenses..
   L'illusion des amitiés de la terre qui s'en vont avec les années et les intérêts, BOSSUET Anne de Gonz..
   Sensible aux amitiés raisonnables, FLÉCH. Panég. t. II, p. 495.
   Renonçant aux sentiments les plus naturels des amitiés et des bienséances humaines, FLÉCH. ib. I, p. 365.
   Objet de l'affection.
   On voudrait être l'amitié et, pour ainsi dire, l'idole de tout le monde, FLÉCH. Serm. I, 244.
   Accord, relations entre nations. Il y a paix et amitié entre les deux puissances.
   Ma funeste amitié pèse à tous mes amis [alliés], RAC. Mithr. III, 1.
   Bienveillance. Ce ministre a de l'amitié pour vous.
   Ménélas me reçut avec amitié, FÉN. Tél. I.
   Faire amitié à quelqu'un, lui témoigner de la bienveillance.
   Bon office, service de bienveillance, don.
   Pleine de trahison, sans âme et sans pitié, Capable de tout faire, hormis une amitié, VOIT. Poésies.
   La vieille Juisy donna presque tout ce qu'elle avoit à la duchesse de Noailles, et fit une amitié de 40 000 livres au cardinal d'Estrées, SAINT-SIMON 117, 25.
   Faire l'amitié de, terme de politesse amicale, avoir la bonté de, la complaisance. Faites-moi l'amitié de m'écrire.
   Affection de certains animaux pour les hommes. Le chien a de l'amitié pour son maître.
   Fig. Attraction, sympathie. Il y a de l'amitié entre le fer et l'aimant.
10°   S. f. plur. Paroles obligeantes, caresses. Il m'a fait beaucoup d'amitiés, les plus tendres amitiés.
   Mme de Puy du Fou qui vous fait mille amitiés, SÉV. 15.
   Elle vous dit mille amitiés, SÉV. 19.
   Il vient de nous quitter en nous faisant mille sortes d'amitiés, SÉV. 217.
PROVERBE Les petits présents entretiennent l'amitié.
   Faire amitié à quelqu'un, c'est lui témoigner de l'affection, de la bienveillance. Faire des amitiés à quelqu'un, c'est lui faire bon accueil, avoir pour lui des prévenances, lui dire des paroles obligeantes. Faire amitié avec quelqu'un, c'est se lier avec lui par le sentiment de l'amitié.
   AMITIÉ, AFFECTION, ATTACHEMENT. L'amitié a un sens plus étendu : elle suppose réciprocité, et, d'ordinaire, une certaine égalité entre ceux qui s'aiment. L'affection ne suppose ni réciprocité, ni égalité ; elle exprime l'ensemble des sentiments bienveillants que nous ressentons pour une personne, même pour une chose. L'attachement est un sentiment plus vague, sinon plus faible que l'affection ; il consiste à tenir d'une manière quelconque aux personnes ou aux choses, à n'y être point indifférent.
   XIe s.
   Deüz services et mout granz amistez, Ch. de Rol. III.
   Par amistié, Bel sire, [je] la vous don, ib. XLVII.
   XIIe s.
   Par amistié vous en faiz ci le don, Ronc. p. 29.
   E pur ço que li reis l'aveit tant eshaucié, Emustré li aveit sovent grant amistié, Th. le Mart. 37.
   XIIIe s.
   Car encor cuidoit-elle que ce fust amisté, Berte, XV.
   XIVe s.
   Premierement c'est raison, pour ce que amisté est une vertu, ORESME Eth. 228.
   XVe s.
   Longis, ceste lance tenez ; En vostre main la porterez, Et ses compaignons aiderez : Je vous en pry par amitié, la Pass. de N. S. J. C.
   Et envoya tantost par certains messages ces lettres et ces amitiés devers le duc et la duchesse, FROISS. II, III, 38.
   XVIe s.
   Comme s'il n'eust eu d'autres bornes pour limiter son amitié ou inimitié, que le droit et la justice seulement, AMYOT Brut. et Dion, 5.
   Mesurant ses amitiés ou inimitiés à la mesure du bien et de l'utilité publique, AMYOT Aratus, 12.
   Il ne faut point trencher en deux une amitié ; Un est nombre parfait, imparfait le deuxiesme, RONS. 254.
   Pour amitié garder, faut paroys entreposer, GÉNIN Récréat. II, p. 247.
   Picard, amikié ; Berry, amiquié ; provenç. amistatz ; catal. amistat ; espagn. amistad ; ital. amistà ; d'une forme non latine, amicitas, de amicus (voy. ami). Amicitia aurait donné amiesse.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
AMITIÉ. - REM. Ajoutez :
   2. Amitiés est employé au pluriel à propos du sentiment même, lorsque ce sentiment a pour objet des personnes différentes.
   Adieu, mon cher cousin, adieu, ma chère nièce : conservez-nous vos amitiés, et nous vous répondons des nôtres, SÉV. Lett. à Bussy, 10 mars 1687.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • amitié — [ amitje ] n. f. • amistié 1080; lat. pop. °amicitatem, accus. de °amicitas, class. amicitia 1 ♦ Sentiment réciproque d affection ou de sympathie qui ne se fonde ni sur les liens du sang ni sur l attrait sexuel; relations qui en résultent. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • Amitie — Amitié Pour les articles homonymes, voir Ami (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • amitié — AMITIÉ. s. f. Affection que l on a pour quelqu un, et qui d ordinaire est mutuelle. Ils vivent dans une grande amitié. Ancienne amitié. Etroite amitié. Ferme, constante amitié. Grande amitié. Bonne amitié. Amitié réciproque. Amitié sainte, sacrée …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • amitié — Amitié. s.f. Affection mutuelle, reciproque entre deux personnes à peu prés d égale condition. Ils sont dans une grande amitié. Il se dit aussi quelquefois, quoyque l affection ne soit pas reciproque. Il n a jamais eu d amitié pour moy qui en ay… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • amitié — Amitié, Amicitia, Coniunctio, Consuetudo, Necessitudo, Amitié est la bien venuë par tout, Amicitia nullo loco excluditur. Amitié variable, Desultoria amicitia. Hoc est, identidem euarians, non constans, B. Amitié qui ne varie point, Firma… …   Thresor de la langue françoyse

  • Amitié — (fr.), Freundschaft …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Amitié — Pour les articles homonymes, voir Ami (homonymie). Au bord du ruisseau, peinture de …   Wikipédia en Français

  • AMITIÉ — s. f. Affection que l on a pour quelqu un, et qui d ordinaire est mutuelle. Ancienne amitié. Étroite amitié. Ferme, constante amitié. Grande amitié. Bonne amitié. Amitié réciproque. Amitié sainte, sacrée, inviolable, véritable, tendre, sincère,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AMITIÉ — n. f. Lien d’affection qui unit une personne à une autre. étroite amitié. Ferme, constante amitié. Amitié réciproque. Amitié sainte, sacrée, tendre, sincère, cordiale. Amitié apparente. Amitié trompeuse, intéressée. Les liens de l’amitié. Les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • AMITIÉ —     On a parlé depuis longtemps du temple de l Amitié, et l on sait qu il a été peu fréquenté.     En vieux langage on voit sur la façade     Les noms sacrés d Oreste et de Pylade,     Le médaillon du bon Pirithoüs,     Du sage Achate et du… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire