gent


gent
gent 1.
(jan) s. f.
   Au sing.
   Nation, race, ô combien lors aura de veuves La gent qui porte le turban !, MALH. III, 1.
   Car elle avait appris de la bouche des Parques, Que du haut sang troyen, semence des monarques, Descendrait une gent invincible aux combats, CARD. DUPERRON, Énéide, I.
   De cette gent farouche adoucira les moeurs, SEGRAIS Énéide, v..
   Cet emploi, dans le style noble, tombe en désuétude ; cela est fâcheux.
   Au sing. Le style familier use aujourd'hui de ce mot pour signifier race, espèce.
   Il dit qu'Aenéas et sa gent Ne valait pas beaucoup d'argent, SCARRON Virg. VIII.
   La gent à grègues retroussées [les pages], SCARRON dans LE ROUX, Dict. comique..
   Vive la gent qui fend les airs !, LA FONT. Fabl. II, 5.
   La gent trotte-menu s'en vient chercher sa perte, LA FONT. ib. III, 18.
   Longtemps entre nos coqs le combat se maintint.... La gent qui porte crête au spectacle accourut, LA FONT. ib. VII, 13.
   Ils devraient, ces auteurs, demeurer dans leur grec, Et se contenter du respect De la gent qui porte férule ; D'un savant traducteur on a beau faire choix, C'est les traduire en ridicule Que de les traduire en françois, PERRAULT Parallèle des anciens et des modernes, à la fin de la préface.
   Pour peu qu'ils fussent au fait de ce qui se passe aujourd'hui chez la gent comique, ils y trouveraient bientôt un sens clair, LE SAGE Diable boit. chap. 16.
   Contre la gent hypocrite Voyez son malin courroux, BÉRANG. Ermite..
   Fig. La gent moutonnière, ceux qui suivent l'impulsion donnée par les autres.
   Au plur. Le droit des gens, le droit des nations (ici gens s'écrit toujours sans t) ; dans le droit romain, et par suite dans l'ancien droit français et dans beaucoup de locutions qui en proviennent, il signifie droit naturel, c'est-à-dire les règles de l'équité naturelle qui sont communes à toutes les nations.
   Aujourd'hui, on entend par droit des gens le droit de nation à nation, tant le droit diplomatique positif résultant des traités, que le droit international, ensemble de règles coutumières ou écrites qui règlent les rapports d'une nation avec les étrangers en temps de paix ou même en temps de guerre.
   XIe s.
   Ne n'ai tel gent qui la sue [la sienne] derompe, Ch. de Rol. II.
   S'il ont grant gent [des troupes nombreuses], d'ice, signur, cui chaut ?, ib. CCXLI.
   XIIe s.
   Franc, dit Rolant, bone gent honorée, Ronc. p. 48.
   Par le conseil de fausse gent vilaine, Couci XIV.
   À vous, amans, plus qu'a nule autre gent Est bien raison que ma dolor [je] complaigne, ib. XXII.
   Il departi ses oz [armée] et renvoia sa gent, Sax. XII.
   XIIIe s.
   Et par ce qu'il savent certainement que nule gent n'ont si grant pooir par mer comme vous avés, VILLEH. XII.
   Or vous faites aimer [de] gent letrée et gent laie, Berte, VIII.
   Car gent françoise sont de grant beubancerie, ib. LXXII.
   Mès vers la gent très bien te cele, Et quier autre achoison [occasion] que cele Qui cele part te face aler, la Rose, 2399.
   Si ne croi mie que Dieux l'ost [l'ôte] D'avec les sainz, ainz l'i a mis, Qu'il a toz jors esté amis à sainte Eglise et à gent d'ordre [moines], RUTEB. 42.
   XIVe s.
   Et voion entre les homes que ceulz qui sont d'une gent ou d'un lignage aiment l'un l'autre, ORESME Eth. 229.
   XVe s.
   Avec lui moult belle gent d'armes, FROISS. I, I, 117.
   ... Si très tost que [le héraut des Anglais] approcha, ces Flamands l'enclouirent, et là l'occirent comme folle gent et de petite connoissance, ID. II, II, 207.
   Ha ! qu'est-ce que de vaillante gent ! l'un en vault mille, et mille faillis n'en vaillent un bon, Boucic. II, 20.
   XVIe s.
   Bienheureuse est la gent qui n'est point morte Sans veoir premier vostre ferme unité, MAROT II, 311.
   Celuy qui est terrible, qui transfere les couronnes et royaumes d'une gent [nation] à autre, AMYOT Moral. Épît. p. 4.
   Pour nous assujettir à cette gent payenne, GARNIER Bradam. I.
   Provenç. gent, gen ; espagn. portug. et ital. gente ; du lation gentem, nation, du radical gen, gin qui est dans gignere, engendrer, genitus, engendré ; grec, naître ; irl. gean, engendrer ; sanscrit, jan.
————————
gent, ente 2.
(jan, jan-t') adj.
Terme du style archaïque ou du style badin. Gentil, joli. Une gente demoiselle. Une gente fillette.
   Ces femmes.... Qui gentes en habits et sades en façons, RÉGNIER Sat. IX..
   Mesdemoiselles du Vigean Ont le coeur noble et le corps gent, VOIT. Poésies, Oeuvres, t. II, p. 131, dans POUGENS.
   Que dit-elle de moi cette gente assassine ?, MOL. l'Ét. I, 6.
   XIe s.
   Ancui [nous] aurons un eschec [butin] bel et gent, Ch. de Rol. LXXXIX.
   Je vous durrai [donnerai] moillers [femmes] gentes et belles, ib. CCXLVII.
   XIIe s.
   Biaus sire rois, vous m'avez fait gent don, Ronc. p. 40.
   Après [il] leur dist une gente raison, ib. p. 98.
   Où est belle Aude au gent cors honoré ?, ib. p. 160.
   Et ses biaus bras et son cors bel et gent, Couci, v.
   Il est biaus et je suis gente ; Quant l'uns à l'autre atalente, Pour quoi nous as despartis ?, Dame de Faiel, dans Couci.
   XIIIe s.
   Au manger sist li rois et sa gente mesnie, Berte, II.
   Espousa rois Pepins Berte la belle et gente, ib. X.
   Droit vers Paris [ils] s'en vont, la cité noble et gente, ib. CXXXIV.
   Li chevaliers fu biaus et gens, la Rose, 1256.
   XVe s.
   Et là venit le comte de Flandre à lui [Charles VI] qui lui asseoit sur son poing un faucon pelerin moult gent et moult bel, FROISS. II, II, 164.
   XVIe s.
   Vostre gent corps de moy se part et emble, MAROT I, 341.
   Provenç. gent, au fém. genta ; anc. espagn. gent ; anc. ital. gente (que le Dictionnaire de la Crusca dit venir du provençal). Gent ne représente pas directement gentilis, qui, ayant l'accent sur ti, a donné gentil ; mais on peut admettre que le français et le provençal ont reculé l'accent de gentilis, ont dit gentilis, et ont fait gent ; c'est ainsi que mansuetus a fourni l'espagnol manso. Diez, qui reconnaît cette possibilité, préfère cependant tirer gent de genitus (ce qui est bon lettre pour lettre), signifiant celui qui est né, qui est de bonne naissance, et, par suite, gent, gentil ; cela est appuyé par le féminin provençal genta. Pourtant remarquez que, dans l'historique qui remonte haut, on ne trouve jamais le sens d'engendré et toujours celui de gentil. L'anglais gentle ne peut venir en preuve de l'étymologie par gentilis ; car gentle ou genteel proviennent du français. Cet adjectif avait un comparatif gentior, plus gent, et un adverbe gentement.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gent — Gent …   Deutsch Wikipedia

  • Gent — 〈[ dʒɛ̣nt] m. 6; veraltet〉 Stutzer, Geck [engl., „feiner Herr“; Abk. für Gentleman] * * * Gẹnt: Stadt in Belgien. * * * Gẹnt   [niederländisch xɛnt], französisch Gand [gã], Hauptstadt der Provinz …   Universal-Lexikon

  • Gent — (franz. Gand), Hauptstadt der belg. Provinz Ostflandern, vormals der ganzen Grafschaft Flandern, liegt 5 m ü. M. am Zusammenfluß der Schelde und der Lys und ist mit Antwerpen, Brüssel, Courtrai, Tournai, Ostende, Brügge etc. durch Eisenbahnen,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Gent — Gent, a. [OF. gent, fr. L. genitus born, or (less prob.) fr. gentilis. See {Genteel}.] [1913 Webster] 1. Gentle; noble; of gentle birth. [Obs.] [1913 Webster] All of a knight [who] was fair and gent. Chaucer. [1913 Webster] 2. Neat; pretty; fine; …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Gent — may refer to any of the following:* a shortened form of gentleman * Dutch spelling for the city of Ghent in the Flemish region of Belgium * a model for hyperelastic materials, see Gent (hyperelastic model) * Gent (magazine), a men s magazine *… …   Wikipedia

  • gent — [dʒent] n [Date: 1500 1600; Origin: gentleman] 1.) informal especially BrE a ↑gentleman ▪ a well dressed elderly gent ▪ I ve always prided myself on being a perfect gent. 2.) the gents BrE a public toilet for men Am …   Dictionary of contemporary English

  • Gent [1] — Gent (fr. Gand), 1) Bezirk mit 272,963 Ew. in der belgischen Provinz Ostflandern; 2) Hauptstadt desselben u. der Provinz, ehemalige Hauptstadt der Grafschaft Flandern, an der Schelde, welche hier mit der Lys, Lieve, Moore u.m.a. 26 Inseln bildet …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Gent — Gent, Belgiens wichtiger Handelsplatz und Hauptstadt der Provinz Ostflandern, einst die Residenz der Grafen von Flandern und der mächtigen Herzoge von Burgund. Links am Ufer der Schelde von schiffbaren Canälen und Flüssen durchschnitten, erhebt… …   Damen Conversations Lexikon

  • gent — (del fr. «gent», noble; ant.) adv. Gentilmente …   Enciclopedia Universal

  • Gent — [dʒɛnt] der; s, s <aus engl. gent, Kurzform von gentleman, vgl. ↑Gentleman> (iron.) Geck, feiner Mann …   Das große Fremdwörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.