guigner


guigner
(ghi-gné)
   V. n. Fermer à demi les yeux en regardant du coin de l'oeil. Guigner de l'oeil.
   V. a. Regarder sans faire semblant, à la dérobée, guetter.
   J'ai guigné ceci [la cassette d'Harpagon] tout le jour, MOL. l'Av. IV, 6.
   Fig. Former quelque dessein sur quelque personne, sur quelque chose. Guigner une héritière, un héritage.
   Jupin, qui du ciel toujours guigne Quelque femelle en droite ligne, SCARRON Gigant. I.
   XIIIe s.
   Et tant à suen lige [je] me tieng, .... que s'el me guigne sol de l'ueil.... Faire m'estoura son commant, Partonop. ms. de St-Germ. f° 163, dans LACURNE.
   La reïne en guigna cons [le comte] Bertelais, Gerard de Ross. p. 368.
   Si ot [Beauté] le vis clair et alis, Et fu greslete et alignie, Ne fu fardée ne guignie [masquée, déguisée], la Rose, 1008.
   Cous tes manches, tes cheveux pigne, Mais ne te farde, ne ne guigne, ib. 2280.
   XVe s.
   Et quant Madame veit le petit Saintré.... fut tres joyeuse ; lors, en le guignant, fist de son espingle le signal, Jeh. de Saintré, ch. 12.
   XVIe s.
   Il y a mille discours que Plutarque n'a que touchés simplement ; il guigne seulement du doigt par où nous irons s'il nous plaist, MONT. I, 169.
   Comme ils se guignoient [faisaient signe] l'un l'aultre que l'occasion estoit propre à leur besongne, MONT. I, 255.
   Eschever tantost l'un tantost l'aultre des maux qui nous guignent de suitte et assenent ailleurs autour de nous, MONT. IV, 206.
   Il lui dist en latin, en le guignant de la teste : accipe, DESPER. Contes, LXXXVI.
   Picard, guenier, gogner ; génev. gigner ; provenç. guinhar ; cat. guinyar ; esp. guiñar ; ital. ghignare. Origine fort incertaine discutée par Diez : il écarte l'allemand winken, faire signe, à cause que l'n ne peut disparaitre ; puis, trouvant dans le picard guenier et non wenier, et doutant si le gu est ici germanique, il incline pour l'ancien haut-allemand kînan, en latin arridere, sourire. Rien de tout cela n'est concluant, d'autant que, dans l'historique, guigner a aussi le sens de farder.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
   GUIGNER. - HIST. Ajoutez :
   XIIe s.
   D'amours [pour un chevalier] estoit espris li feus El cuer à la biele Guimer ; Vers lui n'osoit del oel gluinier [sic] ; Si l'amoit el plus que son cors, Perceval le Gallois, V. 13470.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • guigner — [ giɲe ] v. tr. <conjug. : 1> • XIIe « faire signe » puis « loucher »; frq. °wingjan « faire signe »; cf. all. winken 1 ♦ Regarder à la dérobée (et généralement avec convoitise). Guigner le jeu du voisin. ⇒ lorgner; fam. loucher (sur),… …   Encyclopédie Universelle

  • guigner — GUIGNER. v. n. Fermer à demi les yeux en regardant du coin de l oeil. Guigner de l oeil. guigner d un oeil. Il est quelquefois actif, & signifie Regarder sans en faire semblant. Guigner le jeu de son voisin. On s en sert aussi fig. pour dire,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • guigner — Guigner, Collimare, Obseruare …   Thresor de la langue françoyse

  • GUIGNER — v. tr. Regarder sans faire semblant. Guigner le jeu de son voisin. Absolument, Guigner de l’oeil, d’un oeil. Figurément, il signifie épier attentivement, convoiter avidement. Guigner l’occasion. C’est un coureur de dot : il n’a pas manqué de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • guigner — vt. msf., guetter ; regarder sans en avoir l air, (au jeu de cache cache...) ; lorgner, regarder // surveiller guigner du coin de l oeil en fermant les paupières à demi, regarder de travers, de biais, en ayant l air de rien, en faisant semblant… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • GUIGNER — v. n. Fermer à demi les yeux, en regardant du coin de l oeil. Guigner de l oeil. Guigner d un oeil.   Il signifie aussi, Lorgner, regarder sans faire semblant. Guigner le jeu de son voisin. Dans ce sens et le suivant, il est actif.  Il signifie,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Guigner — Provenance. Vient du francique wingjan Signifie: faire signe Se fête le 1er juin. Histoire. Missionnaire en Armorique au Vème siècle, Guigner ou Pleuigner se serait fixé à Pluvigner, village dont il est l éponyme, non loin dAuray, dans le… …   Dictionnaire des prénoms français, arabes et bretons

  • guigner —   vb. int.   Argot. Malchance qui atteint la personne victime du mauvais œil , qui est regardé avec une intention malveillante (DFNC). Ici, il faut sans doute comprendre regarder avec envie et curiosité . Du gallo roman *gwinyare, faire signe.… …   Dictionnaire Céline

  • guigner les vits —    Porter souvent ses regards à l’endroit du pantalon où se trahit le mieux le sexe de l’homme et par lequel on sait ainsi ce qu’il pense des femmes présentes.         J’ai des cheveux roux comme des carottes,    Des yeux de faunesse,… …   Dictionnaire Érotique moderne

  • guigne — 1. guigne [ giɲ ] n. f. • guine 1393; lat. médiév. guina; p. ê. a. haut all. wîhsila, cf. all. mod. Weichsel « griotte » ♦ Petite cerise à longue queue, à chair molle, rouge et très sucrée, dont la forme rappelle celle du bigarreau (⇒ guignier).… …   Encyclopédie Universelle