impératif


impératif
impératif, ive 1.
(in-pé-ra-tif, ti-v') adj.
   Qui a le commandement.
   Précieuse est la variété qui fait des forts et des faibles, qui met le besoin de protection, la nécessité d'obéir, à côté des aptitudes impératives, DUPONT-WHITE Liberté politique, p. 254.
   Qui ordonne absolument de faire une chose.
   Agénor : Je prétends d'Euphrosine être le seul captif. - Ésope : Moi je veux abaisser ce ton impératif, BOURSAULT les Fables d'Ésope, IV, 4.
   Mandat impératif, mandat par lequel des électeurs, en nommant un député, l'astreignent à voter de telle ou telle façon sur telle ou telle question.
   Terme de pratique. Disposition impérative, disposition qui ordonne absolument de faire une chose.
   S. m. Terme du système de Kant. Impératif moral ou catégorique, sentiment absolu du devoir.
   XVIe s.
   Son parler estoit plein de tres utile et salutaire instruction, mais c'estoit avec une briefveté imperative, austere et nullement addoulcie, AMYOT Phocion, 7.
   Provenç. imperatiu ; espagn. et ital. imperativo ; du lat. imperativus, de imperare, commander (voy. empereur).
————————
impératif 2.
(in-pé-ra-tif) s. m.
Terme de grammaire. Le mode des verbes qui exprime commandement, exhortation, défense. Un verbe à l'impératif.
   D'où vient que quelques grammairiens ont mis l'impératif au nombre des futurs ?, DUCLOS Gramm. P. R. Oeuv. t. IX, p. 154, dans POUGENS.
   Adj. Le mode impératif.
   Proposition impérative, celle dont le verbe est à l'impératif.
   On dit de même : forme impérative ; phrase impérative.
   Lat. modus imperativus, mode impératif (voy. impératif 1).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.