laid


laid
laid, aide
(lè, lè-d' ; le d se lie dans les cas rares où cet adjectif précède son substantif : un lè-t animal ; Chifflet, même en ce cas, dit que le d ne se prononce pas, Gramm. p. 213. Autrement, il ne se lie pas, prononcez : lè à faire peur ; au pluriel, l's se lie : de lè-z animaux) adj.
   Qui déplaît à la vue, pour quelque défectuosité dans la forme ou la couleur, en parlant du corps et de ses parties. Un visage laid. Elle a les mains laides, la gorge laide. Elle est laide à faire peur. Il est laid comme une chenille.
   M. Arnauld [le célèbre Arnauld] est un petit homme noir et laid, né à Paris, fils d'un savant avocat qui a autrefois plaidé vigoureusement contre les jésuites, GUI PATIN Lettres, t. II, p. 237.
   On ne saurait dire si Ésope eut sujet de remercier la nature, ou bien de se plaindre d'elle ; car, en le douant d'un très bel esprit, elle le fit naître difforme et laid de visage, LA FONT. Vie d'Ésope..
   Mlle d'Arpajon est fiancée aujourd'hui à Versailles avec M. le comte de Rouci ; on veut qu'il ait dit à Mlle d'Arpajon : Mademoiselle, encore que vous soyez laide, je ne laisserai pas de vous bien aimer, SÉV. 7 fév. 1689.
   Guilleragues disait hier que Pellisson abusait de la permission qu'ont les hommes d'être laids, SÉV. 5 janv. 1674.
   Ne trouvez-vous pas qu'elle ressemble à Javotte (c'était une fille qui la servait, et qui en effet me ressemblait, mais en laid) ?, MARIV. Marianne, 5e part..
   Et si c'était un monstre ? - Oh ! tais-toi ; tu m'excèdes ; Les personnes d'esprit sont-elles jamais laides ?, PIRON Métromanie, II, 8.
   J'ai souvent remarqué que, dans les villages où la pauvreté est moins grande que dans les autres villages voisins, les hommes y sont aussi mieux faits et les visages moins laids, BUFF. Hist. nat. homme..
   Quoiqu'il [Cratès] fût laid de visage et bossu, il inspira la passion la plus violente à Hipparchia, soeur du philosophe Métrocle, DIDER. Opin. des anc. phil. (cyniques)..
   Familièrement. Un laid magot, homme extrêmement laid ; une laide guenon, femme extrêmement laide.
   Il se dit aussi des animaux. Un chien fort laid.
   En général, désagréable à voir. Cette maison est laide. Le temps est bien laid aujourd'hui.
   Ils me firent laide grimace, SCARRON Virg. III.
   Un magister, s'empressant d'étouffer Quelque rumeur parmi la populace, D'un coup dans l'oeil se fit apostropher, Dont il tomba faisant laide grimace, J. B. ROUSSEAU Épigr. I, 25.
   Déshonnête, contraire à la bienséance, au devoir. Ce que vous dites là est bien laid. Il est bien laid à vous d'avoir manqué à votre promesse.
   S. m. et f. Celui qui est laid, celle qui est laide.
   Fi ! le laid ! Mlle de Noailles, sans exception, la plus aimable laide du monde, MAINTENON Lett. au duc de Noailles, 22 fév. 1706.
   Si une laide se fait aimer, ce ne peut être qu'éperdument, LA BRUY. IV.
   S. m. Ce qui est laid, par opposition au beau. Des artistes ont préconisé le laid.
   Ce qu'il y a de laid en quelque chose.
   Je vous ai dit le beau de l'aventure, mais voici le laid. Mais le premier [le début du plaidoyer], monsieur, c'est le beau. - C'est le laid, RAC. Plaid. III, 3.
PROVERBE Il n'y a point de belle prison ni de laides amours, il n'y a point de prison qui plaise, ni de femme aimée qui ne plaise.
   XIe s.
   La premiere [eschele, escadron] est des Canelius les laiz, Ch. de Rol. CCXXXV.
   XIIe s.
   Signor, dit l'apostoles, moult est cist hontes [du masculin] lais, Sax. XV.
   Il nous orent jugié à mort laide et vilaine, ib. XXX.
   Prendre mari est chose à remenant ; N'est pas marchés qu'on laist quant [on] se repent ; Tenir l'esteut [il faut le tenir], soit lait ou avenant, Romanc. p. 73.
   Membrer [souvenir] vous doit que laide cruauté Fait qui ocist son lige home demaine, Couci, XIV.
   Signor, seje vous di le voir [vrai], D'un affaire tous certains sui ; Ferés m'en vous lait [du mal] ne anui ?, Le lai d'Ignaurès.
   XIIIe s.
   [Elle] Mout faisoit laide chere [figure] et mout ert [était] emplorée, Berte, XVI.
   Cil jour [il] fit mout lait temps et de froide maniere, ib. XX.
   Si nous semble que des ores en avant nous averiesmes nul lait [honte] dou rendre le castiel, Chr. de Rains, 139.
   Quant aucuns est tenus en prison par lais dis ou por ce qu'il ne veut respondre en cort, BEAUMANOIR XXX, 25.
   Lede estoit et sale et foulée Cele ymage, et megre et chetive, Et aussi vert cum une cive, la Rose, V. 196.
   ... il ne fu onques nulz lais amans Ne laide amie ; ensi en est li dis [le dit], Poésies franç. Vatic. f° 169, dans LACURNE.
   XVIe s.
   Disant qu'il trouvoit cela laid et mal seant à une personne d'honneur, que de tenser ses serviteurs, et quereller avec eulx pour son ventre, AMYOT Caton, 44.
   Quant à sa personne, il n'estoit pas laid de son visage, AMYOT Philop. 3.
   La couleur en est belle, ressemblant au velours orangé ; mais tant plus laide en est la senteur, puante, et qui pis est mal saine, O. DE SERRES 572.
   Le cas sera tenu et reputé pour laid et vilain, Nouv. coust. gén. t. II, p. 13.
   Provenç. laid, laig, lait, lag, lai ; ital. laido ; du germanique ; anglo-sax. ladh, odieux ; anc. haut allem. leid, désagréable ; suéd. led. Laid a donc signifié haïssable, avant de signifier vilain. Le latin laedere, à cause du sens, ne peut entrer en ligne de compte ; laesus n'aurait pu donner les sens que laid a dans l'historique, et que l'étymologie germanique justifie très bien.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • laid — laid …   Dictionnaire des rimes

  • laid — laid, laide [ lɛ, lɛd ] adj. • XVIe; lait « hideux » 1080; frq. °laith;cf. a. all. leid « désagréable » 1 ♦ Qui produit une impression désagréable en heurtant le sens esthétique, ou qui, simplement, s écarte de l idée que l on a de la beauté. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • laid — LAID, Laide. adj. Difforme, qui a quelque defaut remarquable dans les proportions ou dans les couleurs requises pour la beauté. Homme laid. femme laide. il est fort laid, extremement laid. elle est horriblement laide. laide à faire peur. il n y a …   Dictionnaire de l'Académie française

  • LAID (LE) — LAID LE Le concept de laid a un substrat biologique, et toutes les langues semblent avoir un terme, souvent accompagné d’un geste ou d’une moue, pour désigner le mal venu . C’est que l’être humain, organisme (intégron ) se percevant par le détour …   Encyclopédie Universelle

  • laid — past tense and pp. of LAY (Cf. lay) (v.). Laid up injured, sick, originally was a nautical term (1769) describing a ship moored in harbor. Laid off temporarily unemployed is from 1916. Get laid have sex (with someone) attested from 1952, U.S.… …   Etymology dictionary

  • laid up — {adj.} Sick; confined to bed. * /I was laid up for a couple of weeks with an ear infection./ …   Dictionary of American idioms

  • laid up — {adj.} Sick; confined to bed. * /I was laid up for a couple of weeks with an ear infection./ …   Dictionary of American idioms

  • Laid — Laid, imp. & p. p. of {Lay}. [1913 Webster] {Laid paper}, paper marked with parallel lines or water marks, as if ribbed, from parallel wires in the mold. It is called blue laid, cream laid, etc., according to its color. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • laid — Laid, et difforme, Deformis, Horridus, Perhorridus, Foedus, Turpis, Perturpis. Aucunement laid et vilain, Turpiculus. Richement laid et difforme, Ad deformitatem insignis. Il n est pas laid, Non est deforme. Chose laide à voir, Deforme… …   Thresor de la langue françoyse

  • laid — past and past part of lay Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996. laid …   Law dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.