lécher


lécher
(lé-ché. La syllabe lé prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : je lèche, excepté au futur et au conditionnel : je lécherai, je lécherais) v. a.
   Passer la langue sur quelque chose. Lécher un plat.
   En ce lieu où les chiens ont léché le sang de Naboth [injustement lapidé comme criminel et blasphémateur], ils lécheront ton sang, BOSSUET Polit. VIII, 2, 4.
   Les lions venaient le flatter et lécher ses pieds, FÉN. Tél. II.
   Outre les cérémonies qui leur étaient communes avec les Grecs, ils avaient encore ceci de particulier, que les deux parties qui contractaient se faisaient des incisions aux bras et léchaient mutuellement leur sang, ROLLIN Hist. anc. Oeuvr. t. VIII, p. 102, dans POUGENS.
   Il [Virgile] avait coutume de se comparer à l'ours, qui, de grossiers et difformes que sont ses petits en naissant, ne vient à bout de les rendre supportables qu'à force de les lécher, ROLLIN ib. liv. XXVII, ch. I, art. 2, § 2.
   Le chien meurt en léchant le maître qu'il chérit, VOLT. Disc. 4.
   Il [le duc de Russie] conduisait le tribut à pied devant l'ambassadeur tartare, se prosternait à ses pieds, lui présentait du lait à boire ; et, s'il en tombait sur le cou du cheval de l'ambassadeur, le prince était obligé de le lécher, VOLT. Moeurs, 119.
   Familièrement. On s'en lèche les doigts, c'est à s'en lécher les doigts, se dit de quelque chose excellent à manger.
   Fig. Il n'a qu'à s'en lécher les barbes, se dit de celui qu'on sèvre de quelque avantage auquel il prétendait ; image sans doute empruntée au chat.
   Fig. Lécher l'ours, consumer beaucoup de temps à quelque chose.
   Que le juge se hâte ; N'a-t-il point assez léché l'ours ?, LA FONT. Fabl. I, 21.
   Fig. Lécher la poussière, s'humilier extrêmement.
   On a regardé en face l'idole devant laquelle on avait léché la poussière, VOLT. Dial. XXIV, 14.
   Absolument.
   Il [le cheval] tire quelquefois la langue pour lécher, mais moins fréquemment que le boeuf, qui lèche beaucoup plus que le cheval, et qui cependant est moins sensible aux caresses, BUFF. Quadrup. t. I, p. 125.
   Les plombiers disent que les flammes lèchent bien la chaudière lorsqu'elles l'enveloppent.
   Par extension.
   Des langues de feu livides et mouvantes léchaient la voûte du ciel, CHATEAUB. Natch. liv. II.
   Fig. Terme de peinture. Finir son ouvrage avec un soin extrême et minutieux. Ce peintre lèche trop ses ouvrages.
   Il se dit des ouvrages d'esprit, dans un sens analogue. Il ne faut pas lécher ses écrits au point de les énerver.
   Se lécher, v. réfl. Passer sa langue sur soi.
   Les taureaux, les vaches et les boeufs sont fort sujets à se lécher, surtout dans les temps qu'ils sont en plein repos, BUFF. Quadrup. t. I, p. 217.
   A lèche-doigts ou doigt, loc. adv. En se léchant les doigts de quelque chose, par le plaisir qu'on y trouve.
   [Il] s'en donne à coeur-joie et à lèche-doigt, STE-BEUVE Nouveaux lundis, t. I, p. 54, Veuillot..
   Particulièrement. En petites quantités, de manière qu'on puisse seulement s'en lécher les doigts, en parlant de choses qui se mangent. Ce plat est bon, mais il n'y en a qu'à lèche-doigts.
   Fig.
   Depuis son mariage, le duc de Noailles la voyait [Mme de Maintenon] quand il voulait, son père avec ménagement, sa mère fort à lèche-doigt, SAINT-SIMON 414, 192.
   Les critiques vous servent de la coloquinte à pleines corbeilles et sans mélange, pour le miel vous ne l'aurez qu'à lèche-doigt, Lett. d'un Savoyard, dans DESFONTAINES.
   Populairement et bassement. Un lèche-cul, un vil flatteur, un homme trop soumis.
   XIIe s.
   Devant lui carrunt [tomberont] li Ethiopien, e li enemi de lui la terre lecherunt, Liber psalm. p. 94.
   Pur co [ce], à cel lieu que chiens lechierent le sang Naboth, il lecherunt le tuen, Rois, p. 332.
   XIIIe s.
   Mès à tel morsel itel leche, Chaz [le chat] set bien quels barbes il leche, Ren. 8577.
   Faulse vielle.... Qui me cuida par ses doctrines Faire leschier miel sor espines...., ib. 13194.
   XVe s.
   Haa, Blanor, dit le chevalier, la pucelle qui a feinct d'estre vostre dame par amours, nous a deceu tous deux ; car, s'elle fust telle comme elle disoit, bien nous eust franchement delivrez ; mais, comme il me semble, elle nous a faict lescher miel sur espines, Perceforest, t. VI, f° 24.
   XVIe s.
   Ces corps solides et polis venants à se leicher et frotter l'un à l'aultre en roulant, MONT. I, 106.
   Leicher seulement un subject et l'efflorer, MONT. I, 376.
   Et [le flot] la lichant [la terre], se joue à l'entour du rivage, RONS. 663.
   Et tous les poissons lubriques, comme anguilles, congres, lamproies, ainsi nommées vulgairement parce qu'elles lichent les pierres, Traité de l'entretennement de santé de Prosper Calonius, traduit en 1553, dans JAUBERT.
   Il prolonge nostre languissante vie d'un peu de panade qu'il nous donne à leche-doigts, Sat. Ménippée, Harangue de M. d'Aubrai.
   Je vous en veux à vous, bastards ou degeneres, Lasches coeurs, qui lechez le sang frais de vos peres Sur les pieds des tueurs, D'AUB. Tragiques, 7.
   Berry, licher, lèche-doigt, la moindre parcelle : il a mangé toute sa soupe et n'en a pas laissé lèche-doigt ; picard, léker ; bourguig. lochai ; wallon, lèchî ; provenç. lecar, lechar ; ital. leccare ; du germanique : anc. h. allem. lecchôn ; anglo-sax. liccian ; angl. to lick ; allem. lecken ; comparez le celtique (<
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
   LÉCHER. Ajoutez :
PROVERBE Il n'est pas gras de lécher les murs, c'est-à-dire s'il est gras, c'est qu'il se nourrit bien.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • lécher — [ leʃe ] v. tr. <conjug. : 6> • déb. XIIe; frq. °lekkon 1 ♦ Passer la langue sur (qqch.). Chien qui lèche un plat, la main de son maître (⇒ caresser) . Lécher une glace. ⇒ sucer (cf. aussi Licher). Se lécher les babines. ⇒ se pourlécher.… …   Encyclopédie Universelle

  • Lecher — ist der Familienname folgender Personen: Doris Lecher (* 1962), schweizer Autorin Ernst Lecher (1856–1926), österreichischer Physiker Helene Lecher geb. von Rosthorn (1865–1929), österreichische Philanthropin, Gattin von Ernst Lecher Konrad… …   Deutsch Wikipedia

  • Lecher — Lech er, n. [OE. lechur, lechour, OF. lecheor, lecheur, gormand, glutton, libertine, parasite, fr. lechier to lick, F. l[ e]cher; of Teutonic origin. See {Lick}.] A man given to lewdness; one addicted, in an excessive degree, to the indulgence of …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Lecher — Lech er, v. i. [imp. & p. p. {Lechered}; p. pr. & vb. n. {Lechering}.] To practice lewdness. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Lecher — Lecher, Otto, österreich. Politiker, geb. 6. Jan. 1860 in Wien, Sohn des 1904 verstorbenen ehemaligen Herausgebers der »Presse«, Zacharias Konrad L., studierte daselbst die Rechte, ward 1889 Sekretär der Brünner Handelskammer. 1897 von der Stadt… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • lecher — (n.) man given to excessive sexual indulgence, late 12c., from O.Fr. lecheor (Mod.Fr. lécheur) one living a life of debauchery, especially one given to sexual indulgence, lit. licker, agent noun from lechier to lick, to live in debauchery or… …   Etymology dictionary

  • lecher — Lecher, ou Leicher, voyez Licher …   Thresor de la langue françoyse

  • lecher — ► NOUN ▪ a lecherous man. DERIVATIVES lechery noun …   English terms dictionary

  • lecher — [lech′ər] n. [ME lechoure < OFr lecheur < lechier, to live a debauched life, lit., lick < Frank * lekkon, akin to Ger lecken, to LICK] a man who indulges in lechery; lewd, grossly sensual man …   English World dictionary

  • LÉCHER — v. a. Passer la langue sur quelque chose. Lécher un plat. Lécher la sauce qui reste sur une assiette. Quand les chats ont mangé quelque chose qu ils trouvent bon, ils se lèchent les barbes, ils s en lèchent les barbes. Les chiens guérissent leurs …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)