méchanceté


méchanceté
(mé-chan-se-té) s. f.
   Vice de ce qui est médiocre, sans qualité.
   On avait beau leur répondre que la méchanceté même des vers marquait qu'ils partaient d'un dieu qui avait un noble mépris pour les règles, ou pour la beauté du style...., FONTEN. Oracl. II, 6.
   Penchant à être méchant, à faire du mal.
   Ne comptez-vous pour rien le plaisir que l'on a à connaître tous les matins la méchanceté des gens, couverte du nom de zèle, et tous les soirs leurs sottises déguisées en pénétration ?, RETZ Mém. liv. IV, t. III, p. 173, dans POUGENS.
   Comme la méchanceté est timide, elle se condamne par son propre témoignage, SACI Bible, Sagesse, XVII, 10.
   La méchanceté qu'on emploie à diffamer un homme prouve que ce n'est point pour sa méchanceté qu'il est diffamé, J. J. ROUSS. 3e dialogue.
   La méchanceté se trouve aujourd'hui l'âme de certaines sociétés, DUCLOS Consid. moeurs, ch. 8.
   Familièrement. Il se dit de l'opiniâtreté des enfants. La méchanceté de cette petite fille.
   Action méchante.
   Si vous avez ouvert les lettres, c'est une grande méchanceté que de m'en faire tant la guerre, VOIT. Lett. 24.
   Et de tant de pays nomme quelque contrée Dont tes méchancetés te permettent l'entrée, CORN. Médée, II, 2.
   Je me renferme à comprendre qu'on vous fait des méchancetés ; je ne puis les deviner, et ne vois point d'où elles peuvent venir, SÉV. 138.
   J'aime à rapporter vos propres termes ; c'est ma plus grande méchanceté, J. J. ROUSS. Lett. à l'archev. de Par..
   Je n'ai jamais fait dans ma vie qu'une méchanceté, disait un jour Rulhière à Chamfort. - Quand finira-t-elle, lui répliqua Chamfort ?, SAINTE-BEUVE Art. sur Chamfort..
   Parole dite dans l'intention de nuire, d'offenser.
   Il y a bien plus de gens qui se connaissent en méchancetés qu'il n'y en a qui se connaissent en style, VOLT. Lett. Damilaville, 29 août 1762.
   Tant que Fréron amusera les oisifs par ses méchancetés hebdomadaires, on négligera les autres ouvrages périodiques qui ne seront qu'utiles et raisonnables, VOLT. Lett. d'Argental, 11 mars 1764.
   Croyez qu'il n'y a pas de plate méchanceté, pas d'horreurs, pas de conte absurde qu'on ne fasse adopter aux oisifs d'une grande ville en s'y prenant bien, BEAUMARCH. Barb. de Sév. II, 8.
   XIVe s.
   Et des meschans ne vient fors que meschancetez, Guesclin. 20783.
   XVIe s.
   À la fin, comme toutes mechancetez se decouvrent, DES PÉRIERS. Contes, XXXI.
   Universellement mal voulu de tous gens de bien et d'honneur pour sa meschanceté et sa vie desordonnée, AMYOT Philop. 31.
   Ces meschancetez insignes, MONT. IV, 80.
   L'ancien franç. meschance (voy. méchant) a donné meschanceté ; meschant avait donné dans le XVIe siècle meschantise.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • méchanceté — [ meʃɑ̃ste ] n. f. • 1380; de l a. fr. mescheance I ♦ Vx Caractère de ce qui est méchant (I), médiocre. II ♦ (1596; de méchant, II) Mod. 1 ♦ Caractère, comportement d une personne méchante. ⇒ cruauté, dureté, malignité, malveillance. C est de la… …   Encyclopédie Universelle

  • MÉCHANCETÉ — s. f. Penchant à faire du mal. La méchanceté de son caractère. Cet homme est plein de méchanceté. Il l a fait par méchanceté, par pure méchanceté. Une action pleine de méchanceté.   Il se dit, familièrement, de L opiniâtreté des enfants. Voyez la …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MÉCHANCETÉ — n. f. Penchant à faire du mal. La méchanceté de son caractère. Cet homme est plein de méchanceté. Il l’a fait par méchanceté, par pure méchanceté. Une action pleine de méchanceté. Il se dit familièrement de l’Opiniâtreté des enfants. Voyez la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • méchanceté — nf. => Malice …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Méchanceté —    см. Злобность …   Философский словарь Спонвиля

  • malice — [ malis ] n. f. • déb. XIIe; lat. malitia « méchanceté » 1 ♦ Vx ou littér. Aptitude et inclination à faire le mal, à nuire par des voies détournées. ⇒ malignité, méchanceté. « La meilleure [femme] est toujours en malice féconde » (Molière). Mod.… …   Encyclopédie Universelle

  • noirceur — [ nwarsɶr ] n. f. • 1487; nerçor 1160; de noir 1 ♦ Littér. Couleur, caractère de ce qui est noir. Noirceur de l encre. « chez Ribera, un ton clair éclate subitement sur la noirceur lugubre » (Taine). 2 ♦ Vx Mélancolie, tristesse. ♢ Mod. et littér …   Encyclopédie Universelle

  • François Flahault — François Flahault[1] est un philosophe et anthropologue français qui travaille au Centre de recherches sur les arts et le langage comme directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • diabolique — [ djabɔlik ] adj. • XIIIe; « inspiré par le diable » v. 1180; lat. ecclés. diabolicus, gr. diabolikos 1 ♦ Qui tient du diable. Pouvoir diabolique. ⇒ démoniaque. Subst. « Les Diaboliques », nouvelles de Barbey d Aurevilly. 2 ♦ Qui rappelle les… …   Encyclopédie Universelle

  • espiègle — [ ɛspjɛgl ] adj. • 1690; ulespiegle h. 1559; all. Eulenspiegel, néerl. Uilenspiegel, personnage bouffon d un roman ♦ Vif et malicieux, sans méchanceté (enfant). ⇒ coquin, malin, turbulent. Enfant espiègle. ⇒ démon, polisson. N. Un, une petit(e)… …   Encyclopédie Universelle