passé


passé
passé, ée 1.
(pâ-sé, sée) part. passé de passer.
   Traversé. Une rivière passée à la nage.
   Percé.
   Leurs habitants passés au fil de l'épée, BOSSUET Mar -Th..
   Qui a été porté au delà de.... Les morts passés de l'autre côté du Styx par Charon.
   Qu'on a fait cheminer, aller. La main passée sur le dos du chat.
   Une lame de fer ou d'acier passée sur l'aimant en reçoit une certaine mesure de vertu magnétique...., BUFF. Min. t. IX, p. 177.
   Introduit, ajusté. Un anneau passé au doigt. Un habit passé à la hâte.
   C'est Ajax, fils d'Oïlée, le bras gauche passé dans son bouclier, DIDER. Mém. t. III, p. 286, dans POUGENS.
   Terme de coutellerie. à jonction passée, se dit de pièces qui sont fixées à demeure l'une avec l'autre et ne peuvent se démonter.
   Terme de blason. Épées passées en sautoir, épées croisées.
   Queue de lion passée en sautoir, queue de lion fourchue, dont les fourches se croisent.
   Filtré. Une liqueur passée avec beaucoup de soin.
   Qui s'est écoulé, en parlant du temps.
   Trois ans déjà passés, théâtre de la guerre, J'exerce de deux chefs les funestes combats, MALH. IV, 7.
   Ce peu d'heures saintement passées dans les plus rudes épreuves, BOSSUET Duch. d'Orl..
   Huit ans déjà passés, une impie étrangère Du sceptre de David usurpe tous les droits, RAC. Athal. I, 1.
   Qui vient de passer (par ellipse ; on sous-entend dernièrement). Je suis allé à Saint-Cloud la semaine passée.
   Et je sais que de moi tu médis l'an passé, LA FONT. Fabl. I, 10.
10°   Qui a été autrefois et qui n'est plus.
   Et l'ordre du destin qui gêne nos pensées N'est pas toujours écrit dans les choses passées, CORN. Cinna, II, 1.
   Ce sont des feux bientôt passés Que ceux qui ne sont point dans leur cours traversés, LA FONT. Fiancée..
   Voilà cette première race [génération] passée ; nous irons après, mon cher comte, SÉV. 18 mars 1689.
   Voir tant de personnes affligées, songer que la guerre n'est pas encore passée, SÉV. 12 juill. 1690.
   Aurait-elle oublié vos services passés ?, RAC. Andr. I, 4.
   Participe passé, voy. participe.
11°   Qui a perdu sa fraîcheur ; qui est flétri. Des étoffes passées. Une viande passée.
   On voit des poires mûrir, quand d'autres sont passées, FÉN. t. XXI, p. 362.
   Oui, elle est fort passée, mais je pense qu'elle a été assez jolie, MARIVAUX Pays. parv. part. III.
   Madame, faites-moi la grâce de me dire si c'est pour rire que vous appelez cette demoiselle, qui est à l'autre table, votre nièce ; vous êtes aussi jeune qu'elle ; elle a même quelque chose dans le visage de passé que vous n'avez certainement pas, MONTESQ. Lett. pers. 52.
   Un jour le temps jaloux, d'une haleine glacée, Fanera tes couleurs comme une fleur passée Sur ces lits de gazon, LAMART. Méd. II, 24.
12°   Qui a traversé les conditions légales, les formalités voulues. La loi passée à une grande majorité.
   Il m'envoie un pouvoir passé devant notaire, TH. CORN. Baron d'Albikrac, I, 9.
   Être maître passé, être très habile (locution qui provient de passer maître).
   Et je demeurerais tranquille, Moi maîtresse passée en tout enchantement !, GHERARDI Théât. ital. t. I, p. 162 (Arlequin Jason)..
   Et moi, maître passé, quand j'attrape un vieux coq, Je suis au comble de la joie !, LA FONTAINE Fabl. XI, 3.
   On dit dans le même sens : passé maître.
   L'autre [le renard] était passé maître en fait de tromperie, LA FONTAINE ib. III, 5.
13°   Conclu.
   Le public est garant d'une convention passée en sa présence, J. J. ROUSS. Hél. III, 18.
14°   Passé en habitude, devenu habituel.
   La victoire chez vous passée en habitude Met jusque dans ses murs Rome en inquiétude, CORN. Suréna, III, 2.
15°   Apprêté d'une certaine façon, en parlant du cuir, des étoffes, etc. (parce qu'en effet dans ces préparations on passe l'objet par certaines substances, certains instruments).
   La chair de cet animal [le renne] est très bonne à manger ; son poil fait une excellente fourrure, et la peau passée devient un cuir très souple et très durable, BUFF. Quadrup. t. v, p. 249.
16°   Passé, prép. Au delà.
   Passé l'équateur, l'homme n'est ni Anglais, ni Hollandais, ni Français, ni Espagnol, ni Portugais, RAYNAL Hist. phil. IX, 1.
   Après. Passé le mois de juin, le rossignol ne chante plus.
   Ma fille, passé aujourd'hui, je vous promets de ne plus écrire qu'un mot, SÉV. 355.
   Les liqueurs bouillantes acquièrent un degré de chaleur, passé lequel on ne peut les échauffer, VOLT. Feu, II, III, 8.
17°   S. m. Sorte de broderie dans laquelle la soie embrasse autant d'étoffe en dessus qu'en dessous.
————————
passé 2.
(pâ-sé) s. m.
   Ce qui a été fait ou dit autrefois. J'ai oublié tout le passé.
   Il vous trompait vous-même, et son coeur offensé Prétendait tôt ou tard rappeler le passé, RAC. Brit. v, 6.
   Que peut offrir le passé à un pécheur qui, étendu dans le lit de la mort, commence à ne plus compter sur la vie...., MASS. Avent, Mort du péch..
   Le temps passé.
   Quoique vous connaissiez le passé et l'avenir, VOIT. Lett. 80.
   Nous rappelons le passé, pour l'arrêter comme trop prompt, PASC. Pens. III, 5, éd. HAVET..
   Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toujours occupées au passé et à l'avenir, PASC. ib. III, 5.
   Le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin, PASC. ib..
   Le passé ne nous doit point embarrasser, puisque nous n'avons qu'à avoir regret de nos fautes ; mais l'avenir nous doit encore moins toucher, puisqu'il n'est point du tout à notre égard, PASC. Lett. à Mlle Roannez, 7.
   Je ne donne point au passé un si bon air que vous ; au contraire, je m'en fais une amertume, je le regrette, SÉV. 15 sept. 1680.
   Le passé est un abîme sans fond qui engloutit toutes les choses passagères ; et l'avenir est un autre abîme qui nous est impénétrable, NICOLE Ess. de mor. 2e traité, ch. 3.
   Mais plus prompt que l'éclair, le passé nous échappe, RAC. Esth. II, 3.
   À la différence de ces philosophes qui disent qu'on ne jouit que du présent et que le passé n'est rien, il [un vieil officier] ne jouit au contraire que du passé, et n'existe que dans les campagnes qu'il a faites, MONTESQ. Lett. pers. 48.
   Puisse la raison qui s'affaiblit quelquefois dans la vieillesse, me préserver de ce défaut trop ordinaire d'élever le passé aux dépens du présent !, VOLT. Fragm. sur l'hist. XX..
   Le passé est comme la distance : notre vue y décroît et s'y perdrait de même, si l'histoire et la chronologie n'eussent placé des fanaux, des flambeaux aux points les plus obscurs, BUFF. Époq. nat. Oeuv. t. XII, p. 2.
   On ne peut faire un pas dans Rome sans rapprocher le présent du passé et les différents passés entre eux, STAËL Corinne, IV, 5.
   Voyez le monument que Charles a laissé ; Des peuples affranchis respectez la vaillance, Et qu'enfin l'avenir écoute le passé, MASSON Helvét. VI.
   Terme de grammaire. Le passé, l'inflexion du verbe par laquelle on marque un temps passé. Le passé défini. Le passé indéfini.
   Passé 1.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • passe- — ⇒PASSE , élém. de compos. Élém. tiré du verbe passer et entrant dans la constr. d adj. et de nombreux subst. gén. masc. désignant notamment des titres de circulation, des instruments, des espèces végét. A. [Corresp. à passer1 1re section I B] 1.… …   Encyclopédie Universelle

  • passe — 1. (pâ s ) s. f. 1°   Action de passer, en parlant des oiseaux voyageurs qui changent de contrée. Une passe de pigeons ramiers. •   On a vu de jeunes cailles élevées dans des cages presque depuis leur naissance.... éprouver régulièrement deux… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Passe — bezeichnet: Passe (Kleidung), ein glattes Hals oder Schulterteil an Kleidungsstücken Passe (Bogenschießen), das einmalige Schießen und Pfeileholen Passe (Optik), die Formgenauigkeit einer optischen Oberfläche wie beispielsweise einer Linse Île de …   Deutsch Wikipedia

  • passé — Passé, [pass]ée. part. Il a les signif. de son verbe. Il est aussi adj. & signifie, Qui a esté autrefois, & qui n est plus. Le temps passé. au temps passé, du temps passé. se ressouvenir des fautes passées. Il est aussi substantif, & signifie, Le …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Passé — Passe bezeichnet: Passe (Kleidung), ein glattes Hals oder Schulterteil an Kleidungsstücken Passe (Bogenschießen), das einmalige Schießen und Pfeileholen Passe (Optik), die Formgenauigkeit einer optischen Oberfläche wie beispielsweise einer Linse… …   Deutsch Wikipedia

  • passe — [pas] <zu fr. passe, eigtl. »übertrifft« (nach den höheren Zahlen im Gegensatz zu ↑manque), dies zu passer »übertreffen, vorbeigehen«, vgl. ↑passen> von 19 bis 36 (in Bezug auf eine Gewinnmöglichkeit beim Roulette) …   Das große Fremdwörterbuch

  • passe — (adj.) 1775, from Fr. passé (fem. passée) past, faded, pp. of passer to pass (see PASS (Cf. pass) (v.)). Originally of a woman past the period of greatest beauty …   Etymology dictionary

  • passe — passé (izg. pasȇ) prid. <indekl.> DEFINICIJA koji je prošao i više se ne upotrebljava, koji više nema važnosti, komu je vrijeme isteklo, otišlo u naftalin [to je jako passe za današnje vrijeme]; zastario ETIMOLOGIJA fr …   Hrvatski jezični portal

  • Passe — Passe, 1) die Einrichtung zu den Vorpoßstichen am Kopfloch; 2) so v.w. Drehbasse; 3) der Einsatz beim Brelanspiel …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Passe — (franz., spr. paß ), s. Roulette …   Meyers Großes Konversations-Lexikon