presser


presser
(prè-sé) v. a.
   Serrer avec plus ou moins de force.
   S'étant levé de grand matin, il pressa la toison, et remplit une tasse de la rosée qui en sortit, SACI Bible, Juges, VI, 38.
   Il veut parler, l'écorce a sa langue pressée, LA FONT. Phil. et Bauc..
   Et, la faux à la main, parmi vos marécages, Allez couper vos joncs et presser vos laitages, BOILEAU Ép. IV.
   De ses bras innocents [d'un enfant] je me sentis presser, RAC. Athal. I, 2.
   Il [la Métrie] m'a juré qu'en parlant au roi, ces jours passés, de ma prétendue faveur et de la petite jalousie qu'elle excite, le roi lui avait répondu : J'aurai besoin de lui un an, tout au plus ; on presse l'orange, et on en jette l'écorce, VOLT. Lett. Mme Denis, 2 sept. 1751.
   Je vois bien qu'on a pressé l'orange ; il faut penser à sauver l'écorce, VOLT. ib. 18 déc. 1752.
   Fig.
   Pressez-les, tordez-les, ils dégouttent l'orgueil, l'arrogance, la présomption, LA BRUY. VIII.
   On se nourrit des anciens et des habiles modernes ; on les presse, on en tire le plus qu'on peut, on en renfle ses ouvrages, LA BRUY. I.
   Fig. Presser une éponge, tirer de l'argent de quelqu'un.
   Ce serait une éponge à presser au besoin, REGNARD le Joueur, I, 6.
   Fig. Il ne faut pas trop presser cette comparaison, ce bon mot, etc. il ne faut pas en examiner de trop près la justesse.
   Je veux que ce soit là une de ces expressions qu'il ne faut pas trop presser, quoique les paroles des saints soient toujours respectables, MASS. Carême, Pet. nombre des élus..
   Il ne faudrait pas presser cette comparaison ; car le bouton végétal n'est proprement qu'une enveloppe, BONNET 1er mém. reprod. salamandres..
   Fig. Il ne faut pas trop presser cette maxime, il ne faut pas la pousser à la dernière rigueur.
   Julie : être jeune !... Être belle !... oui, c'est un double crime Dont....Clitandre : Non ; il ne faut pas trop presser ma maxime, LANOUE Coquette corr. III, 3.
   Fig. Presser le vrai, le bien, les examiner dans leur essence.
   Prendre le vrai et le bien sur la première apparence, sans les presser, parce qu'ils sont si peu solides, que, quelque peu qu'on serre les mains, ils s'échappent entre les doigts et les laissent vides, PASC. Entret. avec M. de Saci..
   La vertu ! Eh bien ! pressons ce mot jusqu'à ce qu'il se brise, LAMART. Harold, 17.
   Peser sur.
   La moindre force est capable de les séparer [les deux moitiés de la sphère d'Otto de Guericke], lorsque l'air, étant rentré dans la sphère de cuivre, pousse les surfaces concaves et intérieures, autant que l'air de dehors presse les surfaces extérieures et convexes, MALEBR. Rech. vér. VI, II, 9.
   Le sommeil du tombeau pressera ma paupière...., A. CHÉN. Iambes..
   Soumettre à l'action d'une presse. Presser le marc d'huile.
   Fig.
   Il fallut presser cent quintaux de mensonges pour en extraire une once de vérité, VOLT. Fragm. sur l'hist. v..
   Approcher une personne, une chose contre une autre. Il faut presser les rangs. Pressez un peu votre écriture. Il ne faut pas être pressé à table.
   Fig. Serrer, rapprocher, condenser.
   Je ne puis dénier que la règle des vingt-quatre heures presse trop les incidents de cette pièce, CORN. Cid, Exam..
   Je sais bien que Sylla, dont je parle tant dans ce poëme, était mort six ans avant Sertorius ; mais, à le prendre à la rigueur, il est permis de presser les temps pour faire l'unité de jour, CORN. Sertor. Préf..
   Je ne pense pas que dans la comédie le poëte ait cette liberté de presser son action par la nécessité de la réduire dans l'unité de jour, CORN. 2e disc..
   Mon petit colonel [le jeune Grignan] m'a écrit.... il nous parle de la manière dont ses dernières années ont été pressées...., SÉV. 11 déc. 1689.
   Presser ses raisonnements, ses idées, ses expressions, leur donner une forme serrée.
   Presser son style, s'exprimer avec concision.
   Dans la marine anglaise, obliger les équipages des vaisseaux marchands et les bateliers de la Tamise à servir sur les vaisseaux de l'État.
   Fig. Poursuivre sans relâche, attaquer avec ardeur.
   Nous les pressons sur l'eau, nous les pressons sur terre, CORN. Cid, IV, 3.
   Quand, des Parthes vaincus pressant l'adroite fuite, Il tomba dans leurs fers au bout de sa poursuite, CORN. Rodog. I, 1.
   Un seul vit des voleurs, et, se sentant presser, Il mit entre eux et lui cette onde menaçante, LA FONT. Fabl. VIII, 23.
   Oxathrès, frère de Darius, voyant qu'Alexandre pressait vivement ce prince, se jeta devant son chariot avec la cavalerie qu'il commandait, ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. VI, p. 244, dans POUGENS.
   Pendant qu'il [Henri IV] pressait Paris, les moines armés faisaient des processions, le mousquet et le crucifix à la main, VOLT. Moeurs, 174.
   Fig.
   On sait ce qui se passa dans la conversion de Henri IV : quand il pressait ses théologiens, ils lui avouaient qu'avec eux...., BOSSUET 3e avert. 16.
   Le théologien vous pressera et vous dira : Si vous croyez la matière éternelle...., VOLT. Dict. phil. Matière..
   Fig. Exercer une pression, une gêne.
   Un tas d'hommes perdus de dettes et de crimes, Que pressent de mes lois les ordres légitimes, CORN. Cinna, V, 1.
   Le bonheur du roi a fait repasser la Meuse au duc de Lorraine et au prince d'Orange ; M. de Turenne a ses coudées franches ; de sorte que nous ne sommes plus pressés d'aucun endroit, SÉV. 28 juin 1675.
   On en fit autant à Spire, ville appartenant à l'électeur de Trèves, comme évêque de Spire, parce qu'on trouvait qu'elle pressait trop l'Alsace, LAFAYETTE Mém. cour de France, Oeuv. t. III, p. 32, dans POUGENS..
   Tandis que.... Valois pressait l'État du fardeau des subsides, VOLT. Henr. III.
   Absolument.
   L'on devrait bien sentir l'état où l'on s'est mis, qui presse et qui contraint, et qui ôte la liberté, SÉV. 13 mars 1680.
   Fig. Exercer dès réclamations d'argent.
   Je dis une vérité sur le malheur d'avoir des dettes : ceux qui nous pressent sont pressants ; ceux qui ne nous pressent point, le sont encore davantage, SÉV. 591.
   Un généreux ami dont la belle âme et le beau procédé me presseraient plus que tous les sergents du monde, SÉV. 12 oct. 1689.
   Il vaut mieux qu'il les ait perdus [mille écus] contre moi que contre un autre ; du moins je ne le presserai pas, GENLIS Théât. d'éduc. les Faux amis, II, 6.
   Insister auprès de quelqu'un pour.
   Il ne faut pas me presser pour écrire sur l'oraison, BOSSUET Lett. abb. 156.
   Pour savoir mon secret tu me pressais toi-même, RAC. Mithr. IV, 1.
   Calypso n'osa le presser davantage, FÉN. Tél. I.
   J'ai des raisons qui m'obligent à ne vous presser pas davantage sur cela, BRUEYS Muet. IV, 13.
   Presser quelqu'un de, avec un substantif, l'engager instamment à.
   Vous l'avez fait renaître [mon amour] en me pressant d'un choix Qui rompt de vos traités les favorables lois, CORN. Rod. IV, 1.
   Toute la courtoisie enfin dont je vous presse, C'est que je puisse voir votre belle maîtresse, MOL. Éc. des f. IV, 4.
   Vivez, c'est moi qui vous en presse, VOLT. Oedipe, IV, 3.
   Presser de, avec un infinitif.
   Un jour, il m'en souvient, le sénat équitable Vous pressait de souscrire à la mort d'un coupable, RAC. Brit. IV, 3.
   Vous savez que c'est Protésilas qui vous a pressé d'envoyer Philoclès contre les Carpathiens, FÉN. Tél. XIII.
   Dans sa jeunesse [de Thalès] sa mère le pressa de se marier ; elle l'en pressa de nouveau plusieurs années après...., BARTHÉL. Anach. ch. 29.
   Absolument. Faire de vives instances.
   ....un vieillard demande à vous parler ; Il se dit de Corinthe, et presse...., CORN. Oed. v, 2.
   Allez, parlez, pressez ; vous obtiendrez sa grâce, LAMOTTE Inès de Castro, IV, 6.
   Presser quelqu'un de questions, lui faire des interrogations vives et répétées.
   Presser une femme, la courtiser vivement.
   Un magistrat pressait avec vivacité une veuve, VOLT. Babouc..
10°   Recommander avec instance l'accomplissement de.
   Ces personnes bizarres qui se scandalisent quand on presse les devoirs de la religion, SAURIN Disc. de saint Paul à Félix et à Drusille.
   Prêche-t-on en la présence d'une cour effrénée, on pressera la liberté évangélique et les miséricordes divines, SAURIN ib..
11°   Contraindre à une restitution.
   Morstein s'était fort enrichi et avait excité l'envie de ses compatriotes [les Polonais] ; la peur qu'il eut d'être pressé le fit retirer en France, SAINT-SIMON 31, 99.
12°   Il se dit des besoins physiques qui se font sentir impérieusement.
   Le jour même il assiégea la citadelle, où Aristion et ceux qui s'y étaient réfugiés furent bientôt tellement pressés de la soif et de la faim, qu'ils furent contraints de se rendre, ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. x, p. 149, dans POUGENS.
   Il se dit, dans un sens analogue, des passions, des sentiments, etc.
   Suivrai-je contre vous la fureur qui me presse ?, CORN. Galerie, IV, 5.
   Les indignes frayeurs dont je me sens presser..., CORN. Héracl. v, 2.
   L'ambition, qui presse mon courage, CORN. Sert. I, 1.
   À ces dernières paroles de Claudia, je fus si pressée de ma juste douleur.... que je m'évanouis encore, SCARR. Rom. com. II, 14.
   Toutes les pensées qui me pressent le coeur, SÉV. 27 mai, 1675.
   Où peut être Médor ? le désespoir le presse, QUINAULT Rol. II, 11.
   Je laisse Jésus-Christ sur le Thabor, pour arrêter ma vue sur un autre objet qui nous presse plus fortement à la pénitence, BOSSUET Sermons, Impénit. Préambule..
   Le désir qui vous presse pour la religion est un grand bien, BOSSUET Lett. Corn. 52.
   Un désir curieux plus que l'amour me presse, REGNARD Ménechm. II, 7.
   Je sens que Dieu me presse et qu'il m'appelle à lui, LAMART. Joc. I, 41.
13°   Il se dit des dangers, de la mort qui sont imminents. Le danger le presse de toutes parts.
   Déclarons le péril dont son frère est pressé, RAC. Baj. I, 2.
   Non, mon ami, je me sens bien : la mort me presse, il faut nous quitter, J. J. ROUSS. Hél. VI, 11.
   En un sens analogue.
   Alix malade et se sentant presser, LA FONT. Alix..
14°   Obliger à se diligenter.
   Il n'y en a point qui pressent tant les autres que les paresseux, lorsqu'ils ont satisfait leur paresse, afin de paraître diligents, LA ROCHEFOUC. Prem. pens. 110.
   Diantre soit de votre impatience ! vous pressez si fort les personnes, que je me suis donné un grand coup à la tête contre la carne d'un volet, MOL. Mal. imag. I, 2.
   Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse, BOILEAU Art p. I.
   Presser le pas, presser la marche, rendre le pas, la marche plus rapide.
   Terme de manége. Presser un cheval, le faire aller très vite ; l'empêcher de ralentir son allure.
   Comme il pressait extrêmement son cheval dans un chemin creux et fort étroit, SCARR. Rom. com. I, 15.
   On dit qu'on a vu même, en ce désordre affreux, Un dieu qui d'aiguillons pressait leurs flancs poudreux [des chevaux d'Hippolyte], RAC. Phèdre, v, 6.
   S'efforcer de rendre prochain, hâter, accélérer.
   Quel autre a mieux pressé les secours nécessaires ?, CORN. Nicom. IV, 2.
   Et quand tes trahisons pressent leur noir effet, CORN. Toison d'or, III, 3.
   J'attends l'occasion de m'offrir hautement, Et de tous mes souhaits j'en presse le moment, MOL. Mis. IV, III, 1.
   La cicatrice fait une fort bonne mine de vouloir s'avancer ; et, pour la presser encore davantage...., SÉV. 4 fév. 1685.
   Nous pressions notre départ, FÉN. Tél. VI.
   Les assiégeants pressèrent leurs ouvrages avec activité, VOLT. Charles XII, 8.
   Tel que, dans les combats, maître de son courage, Tranquille il arrêtait ou pressait le carnage, ID. Henr. II.
   Je presse la nouvelle édition du Siècle de Louis XIV, VOLT. Lett. d'Argental, 11 juill. 1752.
   Terme de musique. Presser la mesure, rendre le mouvement plus rapide, ou trop rapide.
   On dit de même : presser le mouvement.
   M'interrompant à chaque minute, pour dire : cela est faux, vous pressez le mouvement, GENLIS Ad. et Théod. t. III, p. 426, dans POUGENS.
   Fig. Presser la mesure, suivre une affaire de près, la faire marcher.
15°   Pousser en avant.
   Du ruisseau qui murmure ou du torrent qui gronde Les flots pressent les flots et l'onde pousse l'onde, DELILLE. Parad. perdu, VII.
16°   V. n. Ne souffrir aucun délai, en parlant des choses.
   J'écris à ma soeur Cornuau, dont la lettre presse, BOSSUET Lett. abb. 245.
   Le temps presse ; que faire en ce doute funeste ?, RAC. Bajaz. III, 7.
   Le péril des Juifs presse et veut un prompt secours, RAC. Esth. III, 8.
   Elle [une dame] se fit habiller pour y aller [au bal de l'Opéra], et, en attendant l'heure, elle se mit à lire le nouveau roman [l'Héloïse].... ses gens, voyant qu'elle s'oubliait, vinrent l'avertir qu'il était deux heures ; rien ne presse encore, dit-elle, en lisant toujours, J. J. ROUSS. Conf. XI.
   La douleur presse, elle est aiguë et violente.
   Impersonnellement. Il presse, il est urgent.
   Je vous en donne avis, de peur d'une surprise ; Il presse fort, CORN. Cinna, I, 4.
   Si vous croyez qu'il presse de faire quelque réponse, BOSSUET Proj. de réunion, 2e partie, lett. XI.
17°   Se presser, v. réfl. Se serrer les uns contre les autres. Pressez-vous un peu, il y aura place pour tous.
   Voyez ces nouveaux convertis, avec quel zèle ils vendent leurs biens, et comme ils se pressent autour des apôtres, BOSSUET 2e sermon, Pentecôte, 1.
   Le peuple.... Vole de toutes parts, se presse, l'environne, RAC. Brit. v, 8.
   Être serré l'un contre l'autre, en parlant de choses.
   Les morceaux trop hâtés se pressent dans sa bouche, BOILEAU Lutr. I.
18°   Se hâter.
   Elle a une douceur et une modestie qui me charme ; elle ne se presse jamais de faire voir qu'elle a plus d'esprit que les autres, SÉV. 19 mai 1677.
   Va, fais dire à Mathan qu'il vienne, qu'il se presse, RAC. Athal. II, 3.
   Pourquoi vous pressez-vous de répondre pour lui ?, RAC. Ath. II, 7.
   J'étais historiographe de France, lorsque je commençai le Siècle de Louis XIV ; je dois finir ce que j'ai commencé.... enfin je dois me presser, ayant peu de temps à vivre, VOLT. Lett. Lacombe, 7 août 1767.
   Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer, BEAUMARCH. Barb. de Sév. I, 2.
   Avec ellipse du pronom personnel.
   Ce qui m'a fait presser de vous dire tout ceci, SÉV. le jour des Rois 1687.
19°   Fig. Être serré par la douleur.
   Vos larmes vont couler, et votre coeur se presse : Consumez avec lui toute cette faiblesse, CORN. Hor. II, 4.
   M. de Coulanges que j'adore, parce qu'il me parle de vous : mais vous savez ce qui m'arrive, c'est que je pleure, et mon coeur se presse si étrangement, que je lui fais signe de la main de se taire, et il se tait, SÉV. 105.
20°   Se combattre l'un l'autre avec des arguments serrés.
   On aurait vu ces nouveaux docteurs, qui tous donnaient l'Écriture pour si claire, se presser mutuellement par son autorité, sans jamais pouvoir convenir de rien, BOSSUET Var. IX, 100.
   XIIIe s.
   Quant on presse les roisins, on giete fors l'escorce et les grains, ALEBRANT f° 52.
   Et oblige moi et mes hommes.... à aler presser tous lour geins [gains, récoltes] de lour vignes au pressour desus dit, Bibl. des ch. 6e série, t. III, p. 600.
   Il estoient si pressé des Turs que il ne le pooient suivre, JOINV. 227.
   Je fu moult pressé du roy de France et du roy de Navarre de moy croisier, JOINV. 299.
   XVe s.
   Envoyoit devers le roy le presser de paix ou du moins de treve, COMM. VI, 2.
   Et les pressoit fort qu'ils lui voulussent donner...., COMM. III, 3.
   XVIe s.
   Pressé par Antigonus de sortir parler à luy, MONT. I, 26.
   Presser [quelqu'un] d'objections et demandes, MONT. I, 39.
   L'eau, par force de se presser, ne peult sortir, MONT. I, 41.
   Pour soustenir l'estreinte d'un noeud si pressé et si durable, MONT. I, 210.
   Il fault courir au plus pressé, MONT. III, 10.
   Des vins pressés, trempés, allongés et autres de mesnage. Tels vins pressés ou raqués sont les moins délicats, à cause qu'ils tiennent beaucoup de la substance du marc, O. DE SERRES 219.
   Cheutes, blesseures, bruslures, et plusieurs autres maux pressés et perilleux, qui surviennent inopinement, O. DE SERRES 886.
   Bouillons clairs et non pressés, PARÉ XX, 21.
   Trop presser fait le cheval restif, COTGRAVE .
   Par trop presser l'anguille on la perd, COTGRAVE .
   Les pitoiables meres Pressent à l'estomac leurs enfants esperdus, Quand les tambours françois sont de loin entendus, D'AUB. Tragiques, Misères, édit. LALANNE, p. 38.
   Lat. pressare, fréquentatif de premere, par le supin pressum.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • presser — [ prese ] v. <conjug. : 1> • 1150 « tourmenter »; sens concret 1256; lat. pressare, de pressum, supin de premere I ♦ V. tr. A ♦ (Concret) 1 ♦ Serrer de manière à extraire un liquide. ⇒ exprimer. Presser des raisins (⇒ pressoir) . Presser un …   Encyclopédie Universelle

  • presser — PRESSER. v. a. Serrer, estraindre avec force. Presser du linge pour faire qu il soit mieux plié, qu il soit plus propre. presser les doigts à quelqu un, luy presser les doigts l un contre l autre. ces souliers me pressent trop. presser de la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • presser — Presser, actif. acut. Signifie estraindre quelque chose entre deux, Duobus (verbi gratia) asseribus vtrinque locatis, aliquid interpositum pressare, premere. Aussi vient il de Pressare. Mais en François ne retient la qualité frequentative dudit… …   Thresor de la langue françoyse

  • Presser — ist der Familienname folgender Personen: Beat Presser (* 1952), Schweizer Fotograf Jackie Presser (1926−1988), von 1983 bis 1988 Präsident der International Brotherhood of Teamsters Jacques Presser (1899–1970), niederländischer Historiker Jürgen… …   Deutsch Wikipedia

  • Presser — Press er, n. One who, or that which, presses. [1913 Webster] {Presser bar}, or {Presser wheel} (Knitting machine), a bar or wheel which closes the barbs of the needles to enable the loops of the yarn to pass over them. {Presser foot}, the part of …   The Collaborative International Dictionary of English

  • presser — presser, pressez фр. [прэсэ/] ускорить, ускорьте …   Словарь иностранных музыкальных терминов

  • presser — [pres′ər] n. one that presses; specif., a person whose work is pressing newly made or freshly cleaned clothes …   English World dictionary

  • PRESSER — v. a. Serrer avec plus ou moins de force. Presser un citron, une orange. Presser une éponge. Presser quelqu un dans ses bras, entre ses bras, sur son sein, contre son coeur. Il m a pressé la main. De son genou il pressait celui de cette femme.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PRESSER — v. tr. Serrer avec quelque force. Presser un citron, une orange. Presser une éponge. Presser quelqu’un dans ses bras, entre ses bras, sur son sein, contre son coeur. Fig., Il ne faut pas trop presser cette comparaison, ce bon mot, Il ne faut pas… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • presser — vt. /vi., compresser, comprimer, serrer, triturer, broyer, pressurer ; urger, être urgent ; hâter, accélérer, (le pas) ; attaquer, assaillir, bombarder, (de questions) : PRÈSSÂ (Albanais.001, Annecy.003, Chambéry.025, Compôte Bauges, Cordon.083,… …   Dictionnaire Français-Savoyard