privation


privation
(pri-va-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
   Action de priver d'un avantage, d'un bien qu'on avait ou qu'on devait avoir. La privation de la vue. La privation des droits civils.
   À combien de choses n'est-on pas obligé de renoncer ? l'âge amène chaque jour une privation, VOLT. Lett. Chauvelin, 9 oct. 1764.
   Action de se priver volontairement de quelque chose dont on pourrait jouir. Privation volontaire.
   Au pluriel, il se dit de la privation soit volontaire, soit infligée par les circonstances.
   Les petites privations s'endurent sans peine, quand le coeur est mieux traité que le corps, J. J. ROUSS. 9e prom..
   Assez de fortunes ont été amoncelées par l'avarice, en échangeant des privations pour des richesses, MIRABEAU Collection, t. V, p. 411.
   Chacun alla s'emparer d'une maison commode ou d'un palais somptueux [dans Moscou abandonné], pensant y trouver un bien-être acheté par de si longues et de si excessives privations, SÉGUR Hist. de Nap. VIII, 6.
   Vivre de privations, manquer des choses nécessaires.
   Absence de quelque chose qui manque.
   La privation des rudesses me tiendrait bien lieu d'amitié en un besoin, SÉV. 6 nov. 1680.
   Il faut remarquer que la douleur est un mal réel et véritable, et qu'elle n'est pas plus la privation du plaisir que le plaisir n'est la privation de la douleur, MALEBR. Rech. vér. v, 3.
   La privation des peines vaut bien l'usage des plaisirs, BUFF. Quadr. t. II, p. 167.
   Ancien terme de philosophie aristotélique. Aristote remarque qu'un être, avant d'avoir ses qualités actuelles, en avait d'autres qui constituaient un état privatif de l'état présent ; ainsi du plomb fondu se refroidit et passe à l'état solide ; il ne peut le faire sans perdre l'état liquide qu'il avait d'abord ; c'est-à-dire que la privation de la liquidité est la condition absolue de la solidité.
   XIVe s.
   Celle privation [il s'agit de tribuns militaires qu'on priva d'une partie de leur temps de magistrature] ne leur fut pas faite par maniere de punission, BERCHEURE f° 100, verso.
   Ainsi donc privation, forme, Et matiere dont je m'informe, Sont mes principes ordonnez Qui d'en hault me furent donnez, Nat. à l'alch. err. 193.
   XVIe s.
   Nostre bien estre, ce n'est que la privation d'estre mal, MONT. II, 215.
   Provenç. privacio ; espagn. privacion ; ital. privazione ; du lat. privationem, de privare (voy. priver 1).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • PRIVATION — PRIVATI Confondre manque et privation revient à occulter la distinction soulignée par Kant dans l’Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative entre opposition logique et opposition réelle. La connexion logique n’a guère… …   Encyclopédie Universelle

  • privation — Privation. s. f. v. Manque ou perte d un bien, d un avantage qu on devroit avoir. La privation de la veuë. la privation de l oüie. il est dans une privation de toutes choses. Aristote reconnoist trois principes des choses naturelles, la forme, la …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Privation — Pri*va tion (pr[ i]*v[=a] sh[u^]n), n. [L. privatio: cf. F. privation. See {Private}.] 1. The act of depriving, or taking away; hence, the depriving of rank or office; degradation in rank; deprivation. Bacon. [1913 Webster] 2. The state of being… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • privation — Privation, Priuatio, Viduitas. Privation de quelque chose chere, comme quand la femme a perdu son mary, le pere ses enfans, Orbitas. Privation d office, Eiuratio ignominiosa. B …   Thresor de la langue françoyse

  • Privation — Privation, (v. lat.), 1) Beraubung, Absetzung; 2) einseitige Entziehung eines einer Privatperson zustehenden Rechtes, bes. wenn dieselbe als Strafe eintritt; z.B. bei der Emphyteusis (s.d.), wenn der Emphyteuta sein Recht ohne Anzeige an den… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Privation — (lat.), Beraubung, Entziehung; Privatio beneficii, im Kirchenrechte die Entziehung der Pfründe durch den kanonischen Prozeß als Strafe wegen schwerer Vergehen von Geistlichen; privativ, beraubend, ausschließend; Alpha privativum, s. »A« …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Privation — Privatiōn (lat.), Beraubung, Entziehung; privatīv, beraubend, ausschließend …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Privation — Privation, Beraubung; Mangel; privativ, beraubend, entziehend; abgesondert …   Herders Conversations-Lexikon

  • privation — I noun absence, attachment, bad fortune, bad luck, bankruptcy, beggary, bereavement, confiscation, dearth, deprivation, deprivement, destitution, dispossession, dissipation, distress, divestment, egestas, exhaustion, famine, financial straits,… …   Law dictionary

  • privation — mid 14c., action of depriving, from O.Fr. privacion, from L. privationem (nom. privatio) a taking away, noun of action from pp. stem of privare deprive (see PRIVATE (Cf. private)). Meaning want of life s comforts or of some necessity is attested… …   Etymology dictionary

  • privation — 1 *lack, want, dearth, absence, defect Analogous words: negation, nullification, annulling, abrogation (see corresponding verbs at NULLIFY) 2 *poverty, want, destitution, indigence, penury Analogous words: depletion, draining, exhaustion,… …   New Dictionary of Synonyms