racler


racler
(ra-klé ; plusieurs prononcent râ-klé, et de même dans les mots qui tiennent à racler) v. a.
   Enlever avec un instrument quelques parties de la superficie d'un corps.
   Çà, que je racle un peu de tous côtés Votre cuvier, et puis que je l'arrose, LA FONT. Cuvier..
   Ce riche métal [l'or] est si commun dans la contrée [de Bambouk en Afrique], qu'on en peut ramasser presque indifféremment partout, en raclant seulement la superficie d'une terre argileuse, légère et mêlée de sable, RAYNAL Hist. phil. XI, 16.
   On racla les vieux parchemins généralement dans la Grèce pendant les onzième, douzième, treizième et quatorzième siècles, MONGEZ Inst. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 471.
   Fig. et famil. Ce vin racle le gosier, il est dur et âpre.
   Fig. Cela racle les boyaux, se dit de tout breuvage médicinal ou autre, qui donne des tranchées.
   Racler une mesure de grain, passer la racloire sur une mesure, pour faire tomber ce qui s'élève au-dessus du bord.
   Fig. et familièrement, racler le boyau, mal jouer d'un instrument à cordes.
   Racler un instrument, même sens.
   Il racle de temps en temps une guitare, en chantant des romances de sa composition, LESAGE Diable boit. 3.
   Un petit Français... habit vert-pomme, raclait un violon de poche, CHATEAUBR. Itin. part. 7.
   Absolument.
   Mes symphonistes raclaient à percer le tympan, J. J. ROUSS. Conf. IV.
   On dit de même par dénigrement : racler un air.
   Deux méchantes voix dont l'une chantait le dessus et l'autre raclait une basse, SCARR. Rom. com. I, 15.
   Ma muse épique.... Sur un vieux luth qu'il faut monter toujours S'en va raclant quelque air mélancolique, VOLT. Poésies mél. 35.
   Par assimilation, en parlant du style, avoir un langage dur, raboteux, peu agréable.
   Phébus, voyant sa mine constipée [d'un abbé qui récite ses vers], Dit : quelle est donc cette muse éclopée Qui vient ici racler du violon En manteau court ?, J. B. ROUSS. Épigr. en rondeau..
   Ô Chapelain, toi dont le violon De discordante et gothique mémoire, Sous un archet maudit par Apollon, D'un ton si dur a raclé son histoire [de la Pucelle], VOLT. Puc. I.
   Racler les bois, éclaircir les bois taillis qu'on ne veut couper qu'à onze ou quinze ans.
   XIVe s.
   Et soit [l'ongle] raclé de voirre [verre], B. DE GORDON Traduction, I, 27.
   XVe s.
   Oncques nul ne vint au devant, Sinon deux malostrus racletz [tondus], Ancien théâtre français, t. II, p. 298.
   Il fut rez, chef, barbe et sourcil, Comme ung navet qu'on racle et pelle, VILLON Gr. testam. Rond..
   XVIe s.
   Les gens y fourmillent, ainsi qu'ils faisoyent dans la comté de Flandres, avant que ces derniers orages eussent raclé ses habitans, ses richesses et ses superbes bourgs, LANOUE 356.
   Les superstitions sont raclées du monde, afin que la pure religion y florisse, CALV. Instit. 29.
   Les gresles et tempestes raclent tout ce qu'elles rencontrent, CALV. ib. 137.
   C'est un point raclé [la chose est faite], COTGRAVE .
   Et n'est gueres homme qui ne se trouble à ce bruit aigre et poignant que font les limes en raclant, MONT. II, 367.
   Catal. rasclar ; ital. raschiare ; d'un latin fictif rasiculare, qui provient d'un diminutif du lat. rasus, rasé.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • racler — [ rakle ] v. tr. <conjug. : 1> • XIVe; a. provenç. rasclar, lat. pop. °ras(i)culare, class. rasus, p. p. pass. de radere « racler, raser » 1 ♦ Frotter rudement (une surface) avec qqch. de dur ou de tranchant, de manière à égaliser ou à… …   Encyclopédie Universelle

  • racler — RACLER. v. a. Ratisser, enlever, emporter avec quelque chose de rude ou de trenchant quelques petites parties de dessus la superficie d un corps. Racler des peaux, du parchemin. racler de l yvoire, de la corne de cerf. racler les ongles. racler… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • racler — Racler, Radere, Abradere, Corradere, Deradere, Eradere, Interradere, Praeradere. Racler quelque chose par dessus, Distringere, Superradere. Racler tout entour, Circunradere. Oster et racler une lettre d un mot, Exterere literam. Qui racle ou raye …   Thresor de la langue françoyse

  • RACLER — v. a. Ratisser, enlever, emporter, avec quelque chose de rude ou de tranchant, quelques parties de la superficie d un corps. Racler des peaux, du parchemin. Racler de l ivoire, de la corne de cerf. Racler les ongles. Racler le canon d une arme à… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RACLER — v. tr. Gratter, frotter la surface d’un corps avec quelque chose de dur ou de tranchant, de manière à en enlever quelques parties. Racler des peaux, du parchemin. Racler de l’ivoire, de la corne de cerf. Racler des allées. Racler une mesure de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • racler — vt. , gratter, (des carottes, ses jambes...) ; écharner (une peau) ; grasseyer, parler gras ; frôler (un mur) ; écailler (du poisson) ; enlever (les soies du porc) ; nettoyer ; RÂTLy (Saxel | Samoëns.010), RÂKLy (Chambéry, Cordon.083b, Montagny …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Racler le gosier, la gorge — ● Racler le gosier, la gorge en parlant d une boisson forte, produire une sensation d âpreté quand on l avale …   Encyclopédie Universelle

  • se racler — ● se racler verbe pronominal Se racler la gorge, débarrasser l arrière gorge des mucosités qui gênent en toussant fort volontairement. ● se racler (expressions) verbe pronominal Se racler la gorge, débarrasser l arrière gorge des mucosités qui… …   Encyclopédie Universelle

  • Se racler la gorge — ● Se racler la gorge débarrasser l arrière gorge des mucosités qui gênent en toussant fort volontairement …   Encyclopédie Universelle

  • rakañ — racler …   Dictionnaire Breton-Français