ralentir


ralentir
(ra-lan-tir) v. a.
   Rendre plus lent.
   Un mouvement, quelque lent qu'il soit, ne peut-il pas être ralenti de moitié, en sorte qu'il parcoure le même espace dans le double de temps ?, PASC. Pens. part. I, art. 11.
   La nuit a ralenti les heures ; Le sommeil s'étend sur Paris, BÉRANG. Rossignols..
   Terme de manége. Ralentir un cheval, modérer son mouvement.
   Fig. Rendre moins vif, moins actif, moins intense.
   On commence à ralentir l'espérance que l'on avait d'avoir Perpignan si tôt, VOIT. Lett. 130.
   Le sang qu'il a perdu ralentit sa vigueur, CORN. Hor. IV, 2.
   Ce grand feu des Romains en paraît ralenti, CORN. Sophon. I, 1.
   Assez instruit de vos maximes, et bien résolu de les pousser autant que je croirai que Dieu m'y engagera, sans qu'aucune considération humaine puisse arrêter ni ralentir mes poursuites, PASC. Prov. XVII.
   La raison alors dans sa force devrait produire, mais elle est refroidie et ralentie par les années, par la maladie et la douleur, LA BRUY. XI.
   Le souvenir de l'échec qu'il avait reçu ralentit beaucoup son courage, ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. VIII, p. 45.
   L'absence ralentit les liaisons les plus vives, MASS. Avent, Dispos..
   La charité opère partout où elle est.... c'est un feu céleste.... il peut être à la vérité quelquefois couvert et comme ralenti par la multitude de nos faiblesses, MASS. Carême, Fautes légères..
   Un aveu si terrible et si capable de ralentir la fureur de ces juges, est pour le Sauveur une réponse de mort, MASS. Carême, Passion..
   V. n. Devenir plus lent, moins vif.
   Ma mauvaise santé me rend si faible, que j'ai un peu ralenti de mon ardeur pour ces belles-lettres qui m'ont fait une illusion si longue, et qui m'ont souvent consolé dans mes afflictions, VOLT. Lett. d'Argental, 23 sept. 1774.
   Se ralentir, v. réfl. Devenir plus lent.
   Le combat s'était ralenti tout à coup, VAUGEL. Q. C. IV, 16.
   Leur fougue impétueuse [de chevaux ayant le mors aux dents] enfin se ralentit, RAC. Phèdre, V, 6.
   Le cheval élevé pour la course.... pourra faire une lieue en six ou sept minutes, mais bientôt sa vitesse se ralentit, BUFF. Ois. t. I, p. 43.
   Fig. Devenir moins vif, moins vigilant, en parlant des personnes.
   Je ne sais si nous avons aussi remarqué que David s'était un peu ralenti de ce côté-là [du côté de la justice], durant qu'il était occupé de Bethsabée, BOSSUET Polit. IX, III, 5.
   On se ralentit, on se dérange à l'égard de tous les autres exercices, BOURDAL. Pensées, t. III, p. 328.
   Il s'était tellement ralenti sur cette poursuite que...., HAMILT. Gramm. 4.
   Il se dit des choses en un sens analogue.
   À l'arrivée de la reine, la rigueur de la persécution se ralentit, BOSSUET Reine d'Anglet..
   Les sentiments humains perdent par l'habitude, toute leur pointe ; ils se ralentissent, et, n'ayant plus de quoi piquer une âme, ils viennent enfin à s'amortir tout à fait et à s'éteindre, BOURDAL. Pensées, t. II, p. 44.
   Sa passion ne s'est jamais ralentie d'un instant, LAMOTTE Matr. d'Éph. sc. 11.
   Les chaleurs et les malheurs ne font-ils pas un tort horrible au tripot [au théâtre] ?... nos souscriptions [au Commentaire sur Corneille] pourraient bien se ralentir, VOLT. Lett. d'Argental, 9 août 1761.
   Avec ellipse du pronom personnel.
   Il ne songea qu'à profiter de cette première ardeur de la faction, qu'il ne fallait pas laisser ralentir, VOLT. dans le Dict. de BESCHERELLE..
   Pourquoi l'Académie écrit-elle ralentir par une seule l. tandis qu'elle écrit par deux l rallonger ? La bonne règle serait de ne mettre qu'une l là où la prononciation n'en met qu'une.
   XVIe s.
   Si on espioit ses passions de prez, on rallentiroit un peu leur impetuosité, MONT. II, 246.
   Au moins escoute, et ralente tes pas, RONS. 84.
   Re..., et alentir.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ralentir — [ ralɑ̃tir ] v. <conjug. : 2> • v. 1550; de re et alentir I ♦ V. tr. 1 ♦ Rendre plus lent (un mouvement, une progression dans l espace). Ralentir le pas, sa marche. « Il essaya de ralentir son train et de marcher » (Green). Ralentir l… …   Encyclopédie Universelle

  • ralentir — ses pas, id est, retarder, arrester. Ronsard …   Thresor de la langue françoyse

  • ralentir — Ralentir. v. a. Rendre plus lent. Il s y portoit avec grande ardeur, mais cet accident a ralenti son zele. le temps ralentira cette chaleur. Il est aussi n. p. & sign. Devenir plus lent. Ce mouvement s est ralenti. j ay peur que cette ferveur ne… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • RALENTIR — v. tr. Rendre plus lent. Ralentir sa course, sa marche. Ce mouvement s’est ralenti. Il s’emploie aussi figurément. Cet accident ralentira son zèle. L’âge a ralenti son ardeur. J’ai peur que cette ardeur ne se ralentisse avec le temps. RALENTIR… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • RALENTIR — v. a. Rendre plus lent. Ralentir sa course, sa marche. Ralentir sa prononciation. Ralentir le mouvement d un ressort.   Il s emploie aussi figurément. Cet accident a ralenti son zèle. L âge ralentira cette vivacité, cette ardeur.   Il s emploie… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Ralentir — Accélération L accélération désigne couramment une augmentation de la vitesse; en physique, plus précisément en cinématique, l accélération est une grandeur vectorielle qui indique la modification affectant la vitesse d un mouvement en fonction… …   Wikipédia en Français

  • ralentir — ralenti ralentir ; diminuer. voir alentir, flacar, mermar …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • ralentir — ► transitivo Galicismo por hacer más lento [un movimiento] …   Enciclopedia Universal

  • ralentir — vi. /vt. ralanti gv.3 (Albanais.001c), ralêti (001b), ralinti (001a, Giettaz) ; alâ mwin vito <aller moins vite> (001), alâ plyan <aller doucement> (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • relentir — ralentir, relenti, ralenti ralentir ; devenir mou …   Diccionari Personau e Evolutiu