ranimer


ranimer
(ra-ni-mé) v. a.
   Rendre à la vie.
   La voix du Dieu vivant a ranimé ta cendre, RAC. Athal. IV, 6.
   .... Par nos regrets les ranimerons-nous ?, DUCIS Rom. IV, 1.
   Par extension, redonner de la vigueur, du mouvement.
   Par tes conseils flatteurs tu m'as su ranimer, RAC. Phèdre, III, 1.
   L'esprit qui règne dans la lettre de Bruxelles du 25 de novembre, ranimerait le pauvre hibou [Voltaire], si quelque chose pouvait le ranimer, VOLT. Lett. Prince de Ligne, 13 déc. 1776.
   Et moi, quand le midi de ses feux bienfaisants Ranime par degrés mes membres languissants...., LAMART. Médit. I, 24.
   Réveiller les sens, tirer de la langueur.
   Sa vue a ranimé mes esprits abattus, RAC. Athal. II, 5.
   Dieu, ranime mes sens trop faibles pour ma joie !, VOLT. Zaïre, II, 3.
   Fig.
   Il est bien plus aisé de modérer les excès de piété que de ranimer sa langueur et sa paresse, MASS. Carême, Mort..
   Redonner du courage.
   M. de Montausier ranima les citoyens par sa présence [en une peste], les excitant à s'aider mutuellement par des offices réciproques, FLÉCH. Duc de Mont..
   Donner plus d'activité, en parlant de choses intellectuelles et morales. La conversation tombait, il la ranima.
   N'importe, en l'attendant, préparons sa victoire ; Dans l'esprit d'un rival ranimons sa mémoire, CORN. Tite et Bérén. I, 3.
   Renouvelons-le dans nous, ce désir si salutaire ; ne cessons point de le réveiller, de le ranimer par la fréquente méditation de l'importance infinie du salut, BOURDAL. Pensées, t. I, p. 52.
   Je voudrais vous marquer ce zèle avec lequel Mme d'Aiguillon ranimait la charité en un siècle où elle est non seulement refroidie, mais presque éteinte, FLÉCH. Aiguillon..
   Mais ne craignez-vous point que.... Je ne ranime encor ma satirique audace ?, BOILEAU Épigr. XXXV.
   Pour exercer leur vertu, ou ranimer leur vigilance, MASS. Carême, Lazare..
   Il n'a remarqué de votre rêve que ce qui ranimait ses douleurs, J. J. ROUSS. Hél. V, 10.
   Ranimer à, exciter à.
   Mais craignez avec moi que ce choix ne ranime Cette haine mourante à quelque nouveau crime, CORN. Rod. III, 4.
   Donner plus de force, plus d'éclat, en parlant d'objets physiques. Ranimer le feu qui s'éteignait. L'arrivée de troupes fraîches ranima le combat. Ranimer les couleurs d'un tableau. La joie a ranimé son teint. Une pluie douce ranime les plantes.
   Se ranimer, v. réfl. Revenir à la vie.
   Ces ossements se rejoindraient et se ranimeraient pour me dire : Pourquoi viens-tu mentir pour moi qui ne mentis jamais pour personne ?, FLÉCH. Duc de Montaus..
   Les morts se ranimant à la voix d'Élisée, RAC. Athal. I, 1.
   Fig. Reprendre de nouvelles forces, une nouvelle activité.
   Aussitôt Télémaque, dont les forces étaient épuisées, commence à se ranimer, FÉN. Tél. XVI.
   Je sentirai mon coeur encor se ranimer, VOLT. Tancr. I, 1.
   Il se ranime à parler de son ancien temps, de ses amours, de ses campagnes, des combats où il s'est trouvé, du courage de ses compatriotes, J. J. ROUSS. Hél. V, 2.
   Je ne sais par quel hasard une superstition de mon enfance s'est ranimée dans mon coeur, STAËL Corinne, XI, 1.
   Re..., et animer.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ranimer — [ ranime ] v. tr. <conjug. : 1> • 1564; de re et animer 1 ♦ Vx Rendre à la vie (un mort). ⇒ ressusciter. ♢ Par métaph. Faire renaître, revivre. Ranimer le passé. « Cherchons à ranimer cette belle ombre effacée » (R. Rolland). 2 ♦ (1677)… …   Encyclopédie Universelle

  • ranimer — Ranimer. v. act. Remettre la vie dans un corps. Dieu seul peut ranimer les morts …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ranimer — Ranimer, Rursus animare, Animum reddere. revivre …   Thresor de la langue françoyse

  • RANIMER — v. a. Rendre la vie, redonner la vie. Dieu seul peut ranimer les morts.   Il signifie, par extension, Redonner de la vigueur et du mouvement à une partie qui est comme morte. Ranimer un bras paralytique par des frictions, par des drogues… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RANIMER — v. tr. Rendre la vie, redonner la vie. Les soins qui lui furent prodigués ne purent le ranimer. Il signifie, par extension, redonner de la vigueur et du mouvement à une partie qui est comme morte. On est parvenu à ranimer son bras qui semblait… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ranimer — vt. (qq.) : fâre rveni <faire revenir> (Arvillard), fére rèmnyi (à lui /// à lyai) <faire revenir (à lui /// à elle)> (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Ranimer la flamme — ● Ranimer la flamme redonner vie à une tradition héroïque …   Encyclopédie Universelle

  • se ranimer — ● se ranimer verbe pronominal Revenir à soi, reprendre conscience : Se ranimer après une syncope. Retrouver une activité normale, l aspect qui la manifeste : Ses yeux se raniment. Reprendre une activité nouvelle : Le volcan s est ranimé. ● se… …   Encyclopédie Universelle

  • bevaat — ranimer …   Dictionnaire Breton-Français

  • réanimer — [ reanime ] v. tr. <conjug. : 1> • XVI e; éliminé par ranimer; repris mil. XIXe sous l infl. de réanimation; de re et animer ♦ Procéder à la réanimation de (⇒ ranimer). Fig. Faire revivre. La France « doit réanimer ses régions en déclin »… …   Encyclopédie Universelle