rural


rural
rural, ale
(ru-ral', ra-l') adj.
Qui appartient aux champs, à la campagne. Biens ruraux. La vie rurale. Les moeurs rurales.
   Esprits ruraux volontiers sont jaloux, LA FONT. Féronde..
   Doyen rural, curé commis par l'évêque pour avoir inspection sur les curés d'un certain district.
   Code rural, ensemble de règlements concernant les biens de la campagne.
   À la même époque [1749], un jurisconsulte, M. Boucher d'Argis, introduisait un mot nouveau dans le langage législatif, en donnant le titre de code rural à un recueil de maximes et de règlements concernant les biens de campagne, BAYLE-MOUILLARD Projet de code rural, session 1868 du Corps législatif, p. 5.
   XIVe s.
   Un dieu rural appelé Pan, ORESME Thèse de MEUNIER..
   Ainsi comme, entre nous gens ruraulx, disons le jour depuis l'aube du jour jusques à la nuit, Ménagier, I, 1.
   XVe s.
   Molineau, qui n'estoit et n'est pas noble, mais de rural condition, DU CANGE ruralitas..
   XVIe s.
   J'ay veu des courtisans les endurer [les fatigues de la guerre] aussi bien, ou mieux supporter que les plus robustes rurals soldats de l'armée, BRANT. Capit. franç. t. IV, p. 239, dans LACURNE.
   Les deux extremes, des hommes philosophes et des hommes ruraux, MONT. IV, 170.
   Provenç. et espagn. rural ; ital. rurale ; du lat. ruralis, de rus, ruris, la campagne.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
RURAL. Ajoutez :
   Toile rurale, toile qui se fait à la campagne.
   Le phormium fait une concurrence bien dangereuse à la fabrication rurale.... la fabrication des toiles dites rurales, qui se font toutes à la main, Enquête, Traité de comm. avec l'Angleterre, t. V, p. 212.
   S. m. pl. Les ruraux, s'est dit, surtout en 1871, des paysans et des députés qu'on croyait particulièrement nommés par les paysans, et à qui on attribuait des sentiments monarchiques ou conservateurs.
   Ajoutez : Le latin rus se rattache au zend ravah, libre espace, Rev. crit. 23 déc. 1876, p. 403.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.