sceptre


sceptre
(sèp-tr') s. m.
   Bâton de commandement qui était un des signes de l'autorité royale. Dans Homère, les rois portent le sceptre.
   Vivez, le sceptre d'or que vous tend cette main, Pour vous de ma clémence est un gage certain, RAC. Esth. II, 7.
   On nous présenta d'abord à Aceste, qui, tenant son sceptre d'or en main, jugeait les peuples et se préparait à un grand sacrifice, FÉN. Tél. I.
   Particulièrement, bâton court surmonté d'un aigle, d'une fleur, d'une boule ou autre ornement que les consuls et les empereurs romains, les empereurs grecs et les souverains de l'Europe portèrent de la main droite comme symbole de l'autorité suprême.
   Fig.
   Que cette couronne d'épines vous est convenable [Jésus-Christ] ! que ce sceptre fragile est bien dans vos mains !, BOSSUET Sermons, 2, Profession..
   Fig. Depuis le sceptre jusqu'à la houlette, depuis les fonctions des rois jusqu'à celles des bergers.
   Que ne faites-vous point ?... depuis le sceptre jusqu'à la houlette, vous suffisez à tout, SÉV. à Mme de Grignan, mai, 1690.
   Et le sort prend plaisir d'une chaîne secrète D'allier quelquefois le sceptre et la houlette, REGNARD Démocr. III, 1.
   Fig. Le pouvoir souverain, l'autorité monarchique.
   Elle [la justice] seule fait l'ordre ; et les sceptres des rois N'ont que des pompes inutiles, S'ils ne sont appuyés de la force des lois, MALH. VI, 16.
   À l'épreuve d'un sceptre, il n'est point d'amitié, CORN. Héracl. I, 3.
   Venant prendre possession du sceptre de la Grande-Bretagne, BOSSUET Reine d'Anglet..
   La vanité des choses humaines ne se montre que trop d'elle-même sans le secours de ma voix, dans ce sceptre sitôt tombé d'une si royale main et dans une si haute majesté si promptement dissipée, BOSSUET Mar.-Thér..
   Il n'y a que le mot de sceptre que l'usage de notre langue nous pourrait faire prendre pour la seule royauté ; au lieu que, dans la langue sainte, il signifie en général, la puissance, l'autorité, la magistrature ; cet usage du mot sceptre se trouve à toutes les pages de l'Écriture, BOSSUET Hist. II, 2.
   [Les rois fainéants] Laissaient leur sceptre aux mains ou d'un maire ou d'un comte, BOILEAU Lutr. II.
   Fig. Le sceptre et l'encensoir, l'autorité monarchique et l'autorité sacerdotale.
   Le sacerdoce était réuni dans leur personne avec le sceptre ; les monuments des nations les plus anciennes le prouvent, CONDILL. Hist. anc. I, 8.
   Un sceptre de fer, une autorité dure et despotique.
   Qu'aux larmes, au travail le peuple est condamné, Et d'un sceptre de fer veut être gouverné, RAC. Athal. IV, 3.
   Alors Taycosama [au Japon] leva un sceptre de fer, et frappa sur les chrétiens, comme ennemis de l'État, RAYNAL Hist. phil. II, 7.
   Fig.
   Depuis qu'il [Boileau] avait quitté ce sceptre du Parnasse, qui avait été longtemps un sceptre de fer entre ses mains, mais nécessaire au maintien du bon goût, D'ALEMB. Éloges, St-Aulaire..
   Fig. Supériorité, prééminence.
   Bossuet, qui voyait s'élever dans Bourdaloue un successeur digne de lui et formé sur son modèle, remit le sceptre de l'éloquence chrétienne aux mains de l'illustre rival à qui il avait ouvert et tracé cette glorieuse carrière, D'ALEMB. Éloges, Bossuet..
   Le trident de Neptune est le sceptre du monde, LEMIERRE Poésies, Sur le commerce..
   Pour moi, quand le destin m'offrirait à mon choix Le sceptre du génie ou le trône des rois, LAMART. Méd. I, 18.
   Réunion d'étoiles qui font partie de la constellation le Sceptre et la Main de justice, dite aussi le Lézard, située entre Pégase et Céphée.
   XIe s.
   Puis si li tolent [enlèvent] se sceptre e sa curune, Ch. de Rol. CLXXXIII.
   XIIe s.
   La corone d'or e le sceptre que vos nos mandastes, avons receu, Machab. I, 13.
   XIIIe s.
   Atant li rois portant curune E ceptre...., Édouard le conf. V. 4396.
   XIVe s.
   Il [le roi] tient en sa main destre le ceptre roial qui signifie droiture et seigneurie, VIGNAY Eschès moralisés, f° 8, verso..
   XVIe s.
   ....Des rois aux longues mains, qui leurs sceptres estendent De l'une à l'autre mer et après Dieu commandent, RONS. 859.
   Lat. sceptrum, du grec, bâton, sceptre, le même que le grec, bâton, lat. scipio, du grec, s'appuyer, lat. scapus, tronc, all. Schaft, fût ; rac. sanscr. scambh.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
SCEPTRE. - HIST.
   XIIe s. Ajoutez :
   El dei li mist de la main destre Et sa corone et son esceptre, BENOIT DE STE-MORE Roman de Troie, V. 22985.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • SCEPTRE — Depuis l’Antiquité, bergers, rois et dieux portent de longs sceptres qui sont le signe de leur autorité sur le troupeau, sur le peuple ou sur le cosmos. On y place souvent au sommet un emblème destiné à montrer quelle est la source de ce pouvoir …   Encyclopédie Universelle

  • sceptre — SCEPTRE. s. m. Sorte de baston orné, qu il n appartient qu aux Rois de porter, & qui est une des marques de la Royauté. Le sceptre, la couronne. le manteau Royal. le Roy avoit la couronne sur la teste, & le sceptre à la main. Il se prend… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sceptre — is spelt re in BrE and scepter in AmE …   Modern English usage

  • sceptre — Sceptre, vient du Grec {{t=g}}skêptron,{{/t}} comme fait aussi le Latin, Sceptrum, et signifie proprement une javeline ou pertuisane dont les Roys usoyent anciennement et peu avant le regne de Romulus pour diademe et marque de leur royauté, comme …   Thresor de la langue françoyse

  • sceptre — (US scepter) ► NOUN ▪ a staff carried by rulers on ceremonial occasions as a symbol of sovereignty. DERIVATIVES sceptred adjective. ORIGIN Greek sk ptron, from sk ptein lean on …   English terms dictionary

  • sceptre — [sep′tər] n., vt. sceptred, sceptring chiefly Brit. sp. of SCEPTER …   English World dictionary

  • Sceptre — Pour les articles homonymes, voir Sceptre (homonymie). Louis XIV s appuyant sur son sceptre. Un sceptre est le bâton ornemental, ressemblant à une …   Wikipédia en Français

  • Sceptre — A sceptre or scepter is a symbolic ornamental staff held by a ruling monarch, a prominent item of royal regalia. While some sceptres resemble a mace, their use is quite different.AntiquityA rod or staff has long represented authority. The sceptre …   Wikipedia

  • SCEPTRE — s. m. Espèce de bâton de commandement, qui est une des marques de la royauté. Le roi avait la couronne sur la tête et le sceptre à la main. Fig., Depuis le sceptre jusqu à la houlette, Depuis les rois jusqu aux bergers. SCEPTRE, se dit… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SCEPTRE — n. m. Bâton de commandement, qui est une des marques de la royauté. Le roi avait la couronne en tête et le sceptre en main. SCEPTRE se dit figurément du Pouvoir souverain, de la royauté même. Il se dit par analogie, dans le style soutenu, de la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.