serrer


serrer
(sê-ré) v. a.
   Étreindre, presser. Serrer un noeud.
   Ouf ! vous me serrez trop, MOL. Tart. III, 3.
   Ce qu'on sent, ce qu'on touche, c'est ce qui échappe continuellement des mains qui le serrent ; plus on serre les choses glissantes, plus elles échappent, BOSSUET Méd. sur l'Év. la Cène, 90e jour..
   Matta lui serra la main [à sa maîtresse], HAMILT. Gramm. 4.
   Cresphonte en expirant me serra dans ses bras, VOLT. Mérope, I, 1.
   On ne serre point ses membres délicats [de l'enfant] avec des liens qui en suspendraient les mouvements, BARTHÉL. Anach. ch. 47.
   Paul, les yeux enflammés de colère, criait, serrait les poings, frappait du pied, ne sachant à qui s'en prendre, BERN. DE ST-P. Paul et Virg..
   Absolument.
   Et votre don de l'assemblée ? madame, il est accordé à huit cent mille francs ; voilà qui est fort bien ; notre pressoir est bon, il n'y a qu'à serrer, SÉV. 331.
   Ces animaux mordent quand on s'y expose, sans cependant serrer beaucoup, BUFF. Quadrup. t. IX, p. 23.
   Serrer le cou, étrangler.
   Et qu'un heureux sultan, dans le sein du loisir, Ait le droit de serrer le cou de son vizir, VOLT. Ép. 98.
   Autrefois, serrer les pouces à un accusé, le soumettre à une torture où les pouces étaient violemment serrés pour le forcer à faire des aveux.
   Fig. Serrer les pouces à quelqu'un, exercer sur lui une contrainte morale, lui faire avouer ce qu'il veut taire.
   Fig. et familièrement. Serrer le bouton à quelqu'un, le presser vivement sur quelque chose.
   À Valère de près j'ai serré le bouton, REGNARD le Joueur, IV, 9.
   Fig. Serrer la bourse, rendre économe, empêcher de dépenser de l'argent.
   M. de Montmartel me mande que c'est une opération de finance fort difficile [le commentaire sur Corneille, pour Mlle Corneille].... voilà ce que c'est que d'être battu dans les quatre parties du monde ; cela serre les coeurs et les bourses, VOLT. Lett. d'Argental, 28 août 1761.
   Fig. Serrer les noeuds de l'amitié, rendre l'amitié plus intime entre deux personnes.
   Dès nos plus jeunes ans.... L'amour serra les noeuds par le sang commencés, RAC. Bajaz. I, 4.
   M. de Beauvilliers tenait au Dauphin [duc de Bourgogne] par tous les liens les plus forts qui peuvent former et serrer les unions les plus étroites, SAINT-SIMON 326, 17.
   Dans le langage poétique, serrer les noeuds de l'hymen, épouser.
   Si le don de ma main peut contenter vos voeux, Je pourrai me résoudre à serrer de tels noeuds, MOL. Mis. V, 7.
   Fig. Serrer le coeur, causer une vive douleur.
   Il me serre toujours le coeur, quand il me demande si je ne sais point de nouvelles, SÉV. 401.
   Je sens une main qui me serre le coeur, SÉV. 25 mai 1680.
   Le monde est rempli de misères qui serrent le coeur, VAUVENARGUES. la Simplicité..
   Que la fièvre le serre, se dit par imprécation d'un homme de qui on a à se plaindre.
   Que la fièvre te serre, chien de vilain, à tous les diables !, MOL. l'Avare, II, 6.
   Que la fièvre quartaine puisse serrer bien fort le bourreau de tailleur, MOL. Bourg. gent. II, 7.
   Joindre près à près, mettre près à près. Vous nous avez trop serrés.
   Serrer les dents, presser les deux mâchoires l'une contre l'autre.
   Familièrement, en parlant des animaux, serrer la queue, mettre la queue entre les jambes, ce qui est un signe de peur, de désappointement.
   Il lui fallut à jeun retourner au logis.... Serrant la queue et portant bas l'oreille, LA FONT. Fabl. I, 18.
   Serrer son écriture, rapprocher les lettres ou les lignes les unes des autres. Votre écriture est trop lâche, serrez-la davantage.
   Terme d'art militaire. Serrer les rangs, les rapprocher. Serrez vos rangs : marche.
   Fig.
   Mon Dieu ! que vous me dites bien sur la mort de M. de la Rochefoucauld et de tous les autres : on serre les files, il n'y paraît plus, SÉV. à Mme de Grignan, 5 juin 1680.
   On avait serré les rangs, et la génération des enfants croissait pour remplacer celle des pères, STAËL Corinne, I, 7.
   Absolument. Serrez, serrez les rangs.
   Celui qui a dit qu'à la cour comme à l'armée, quand on voit tomber à droite et à gauche, on crie : serre, et on avance, n'a eu que trop raison, VOLT. Lett. Mme Denis, 3 mars 1752.
   Serrez, se dit aussi à des troupes qui marchent et qu'on veut faire avancer plus diligemment
   Serrer sur, marcher à la suite d'une troupe en s'en tenant fort près.
   Ce n'est que vers trois heures qu'il [le 4e corps] a commencé à marcher ; il a constamment serré sur le 3e corps, LE GÉNÉRAL GÉRARD Quelques documents..
   Serrer sur, se dit aussi avec le même sens en terme de marine. Chaque vaisseau doit serrer sur son matelot d'avant, pour empêcher l'ennemi de couper la ligne.
   Terme du jeu de trictrac. Serrer son jeu, ne pas l'étendre, couvrir autant qu'on le peut toutes ses dames.
   Serrer trop son jeu, s'ôter à soi-même ses meilleures chances, pour ne laisser aucune dame à battre.
   Terme d'escrime. Serrer la mesure, serrer la botte, presser vivement son adversaire.
   Fig. Serrer la mesure, serrer la botte, presser son adversaire dans la dispute.
   Terme d'équitation. Serrer l'éperon à un cheval, lui donner de l'éperon.
   Serrer la volte, s'approcher du centre de la volte.
   Serrer la demi-volte, faire revenir le cheval avec justesse sur le terrain où il commence la demi-volte.
   Serrer la botte, serrer les jambes pour presser un cheval d'avancer.
   Rendre étroit.
   Les deux mers, venant à serrer la terre des deux côtés, font une langue, VAUGEL. Q. C. III, 1.
   Serrer une place, la gêner, en couper les communications.
   La dernière sortie n'a pas été faite du côté où est la redoute, mais d'un autre côté qui serrait la ville de plus près, PELLISSON Lett. hist. t. II, p. 162.
   Tes ennemis [de toi, Jérusalem] t'environneront de tranchées, et t'enfermeront, et te serreront de toutes parts, BOSSUET Hist. II, 8.
   Mahomet II commença par serrer la ville [Constantinople] du côté de l'Europe et du côté de l'Asie, VOLT. Moeurs, 91.
   Il [Dion] serrait la citadelle de si près, que la garnison, faute de vivres, n'observait plus aucune discipline, BARTHÉL. Anach. ch. LX.
   Chargé de m'emparer d'une hauteur voisine, Qui voit le camp romain, le serre et le domine, SAURIN Spartac. IV, 1.
   Serrer de près une ville, en presser le siége.
   Pousser, presser.
   Notre armée est retournée au camp de Bischen, qui était celui où M. de Turenne était si bien fortifié, et dont il était sorti pour serrer les ennemis contre la montagne et les combattre, PELLISSON Lett. hist. t. II, p. 389.
   Le marquis de la Fare, capitaine des gardes du régent, se présente entre la porte et le maréchal [Villeroy], l'arrête, lui demande son épée ; Leblanc lui remit l'ordre du roi ; et, dans le même instant, le comte d'Artagnan, commandant des mousquetaires gris, le serre du côté opposé à la Fare, DUCLOS Oeuvr. t. VI, p. 147.
   Son second cri [du goëland] qu'il ne jetait que quand on le poursuivait ou qu'on le serrait de près, ce qui par conséquent était une expression de crainte ou de colère, BUFF. Ois. t. XVI, p. 191.
   Serrer de près une femme, lui faire une cour assidue.
   Serrait de près sa servante aux yeux doux, BOILEAU Épigr. III.
10°   Fig. Être pressant dans une discussion.
   Voici un témoignage pour les protestants qui les serrera de plus près ; ce sera celui de Bucer, BOSSUET Var. V, 14.
   Le maraud m'embarrassait ! en disputant il prend son avantage, il vous serre, vous enveloppe, BEAUMARCH. Mar. de Figaro, III, 8.
11°   Passer très près de.... Serrer la muraille.
   Et s'écrie écumant de rage : Serre, serre donc le rivage, SCARR. Virg. V.
   Le courant nous portait malgré nous de ce côté, et nous obligeait de serrer la rive, CHATEAUBR. Amér. 6e partie..
   Terme de marine. Serrer la terre, s'approcher de la terre.
   Nous avons serré la terre de Feu d'assez près pour apercevoir, avec nos lunettes, des sauvages qui attisaient de grands feux, seule manière qu'ils avaient d'exprimer leurs désirs de voir relâcher les vaisseaux, LA PÉROUSE Voy. t. II, p. 50, dans POUGENS.
   Serrer le vent, s'approcher beaucoup de la direction du vent.
   Je crus devoir attendre une circonstance plus favorable, et serrer le vent qui battait en côte, LA PÉROUSE ib. t. II, p. 137.
   Serrer de la voile, gouverner aussi près du vent que possible.
   Serrer un bâtiment, s'en approcher.
   Serrer la ligne, tenir très près les uns des autres les vaisseaux qui forment une ligne de combat.
12°   Fig. Serrer son style, en retrancher tout ce qui est inutile, écrire avec concision.
   Serrer un sujet, le traiter sans digression.
   Serrez, serrez, réduisez votre évaluation qui est trop forte, rabattez-en.
   On parla beaucoup de Thèbes aux cent portes et du million de soldats qui sortait par ces portes.... Serrez, serrez, disait M. André ; je soupçonne, depuis que je me suis mis à lire, que le même génie qui a écrit Gargantua écrivait autrefois toutes les histoires, VOLT. l'Homme aux 40 écus, d'un bon souper.
13°   Mettre une chose en un lieu où elle ne court aucun risque. Serrer des hardes. Serrer sa bourse, son argent.
   Serrer quelque chose sous la clef Laurent, serrez ma haire avec ma discipline, MOL. Tart. III, 2.
   Serrer les foins, les blés, les mettre à couvert dans le grenier, dans la grange.
14°   Terme de marine. Serrer une voile, la plier et l'attacher avec des cordelettes.
15°   Se serrer, v. réfl. Exercer sur soi-même une étreinte, une constriction. Se serrer avec une ceinture.
   Absolument. Se serrer, porter un corset trop étroit, des vêtements trop étroits. Cette jeune fille s'abîme la santé à force de se serrer.
16°   Se joindre près à près, se mettre près à près. Se serrer les uns contre les autres.
   Serrez-vous contre moi, MAIRET Soliman, V, 5.
   Labérius [après avoir joué dans les mimes par l'ordre de César] alla pour prendre sa place parmi les chevaliers, qui se serrèrent de telle sorte qu'il n'en trouva point, ROLLIN Hist. anc. liv. XXV, ch. I, 2, § 2.
   Et d'un cri de menace, Défiant les Romains, qui se serrent, font face, SAURIN Spartacus, I, 4.
   Les rangs éclaircis par la mort, par la fuite, se sont serrés et restent fermes, CHARRAS Waterloo, 12.
   Se serrer contre le mur, se mettre tout contre.
17°   Se serrer, se dit de l'action du cheval qui s'étrécit, ne s'étend pas assez d'une main à l'autre, et ne prend pas assez de terrain.
18°   Devenir serré, clos. Cette bourse se serre avec des cordons.
   Fig. Le coeur se serre, on est saisi d'affliction.
   XIIe s.
   E mult [des assiégés] li crient grant merci, Qu'il les secore e ne lor faille ; Kar grant sofraite [manque] unt de vitaille ; Mandent cum l'om les a serrez, Clos e assis [assiégés] e estopez, BENOÎT V. 32517.
   [Il] N'ot ne entent, tant a ploré, E si par a le cuer serré, Que c'est merveilles qu'il ne muert, BENOÎT V. 12533.
   [Un haubert] Fort et espais et serré et entier, Ronc. p. 49.
   Li cuers li faut, s'a la bouche serée, ib. p. 117.
   [Elle] Ferma les huis et serra durement, ib. p. 172.
   XIIIe s.
   Elle aura, dist li rois, bateüre prochaine, Puis la ferai serrer ens en la tour hautaine, AUDEFR. LE BAST. Romancero, le bast. p. 14.
   Li premier est travail d'aquerre [les richesses] ; Li second qui le cuer lor serre, C'est paor qu'en nes tole ou emble, la Rose, 5214.
   XIVe s.
   S'en eu [j'eus d'ivresse] si serrée la teste, Que riens ne veoie, n'ooie, J. DE CONDÉ t. III, p. 19.
   XVe s.
   Les ennemis se tenoient moult serrés, leurs lances retaillées de cinq pieds par devant eux, FROISS. I, I, 328.
   N'a home nul qui ait esté restraint [à qui on ait fait des retranchements], Fors Eustace, qui de ce se complaint, à qui on a vingt jours serré le ventre, Sans croix avoir. .., E. DESCH. Poésies mss. f° 210.
   Entre les deux maisons y avoit une grande granche, en laquelle il serra trois cens hommes d'armes, COMM. II, 11.
   Que la fievre quartaine serre Celluy qui vous a mis icy, VILLON Archer de Bagnolet..
   Un jour advint que le preux Nabel s'en alloit esbatre aux champs, armé et monté, la lance au poing et l'escu au col, auprès d'un grant mont qu'estoit serré [voisin] du tref [de la tente] de Luces, Perceforest, t. III, f° 102.
   La responce amoureuse fut si grande qu'elle leur serra la bouche, ib. t. VI, f° 107.
   Si fut tenu conseil serré [secret], Vigiles de Charles VII, p. 105, dans LACURNE.
   Cette escarmouche dura tant qu'il fut nuict serrée et obscure, Hist de la Puc. d'Orl. p. 527, dans LACURNE.
   XVIe s.
   Le pere estoit si serrant [avare], qu'il lui sembloit que ce qu'il tenoit en une main, l'autre lui deroboit, MARG. Nouv. XLIV.
   Empaqueter et serrer soigneusement quelque chose, MONT. I, 110.
   Un parler court et serré, MONT. I, 191.
   Tant le coeur luy serroit de condamner un homme à mort, MONT. II, 1.
   En ce fait, il faut considerer deux sortes de païs, l'un plein et l'autre serré, LANOUE 424.
   Il s'approcha à quatre lieues près du camp, logeant assez serré ; d'où il commençoit à nous molester grandement, ID. 634.
   .... Et partit-on pour serrer [assiéger] Poictiers, LANOUE 680.
   Le pont levis fut haussé et la porte serrée, avecques peu de perte, LANOUE 601.
   Le roy de Navare fut adverti par un intime du duc de Guise qu'on le vouloit serrer [emprisonner], D'AUB. Hist. I, 102.
   Purgez vostre conseil, où il ne se delibere rien de si serré que le duc d'Albe ne le sache aussitôt, D'AUB. ib. II, 14.
   Ce vieux capitaine serre la main à son homme, D'AUB. ib. II, 272.
   Ils s'embrasserent par plusieurs fois bien serré, CARLOIX I, 21.
   Quant à Pirithous, il le feit incontinent desfaire par son chien, et feit serrer Theseus en estroite prison, AMYOT Thés. 39.
   Y eut des tonnoires horribles, qui feirent fouyr le menu peuple, et l'escarterent çà et là ; mais les senateurs se serrerent ensemble, AMYOT Rom. 44.
   Fabius, qui cognoissoit le païs, luy serra le pas par où il pouvoit sortir de ceste vallée, avec 4000 hommes de pied qu'il y ordonna, AMYOT Fab. 15.
   Il le mordit si serré qu'il sembloit qu'il luy voulut manger la main, AMYOT Alc. 3.
   Il s'endormit si serré, qu'à peine se peut il esveiller pour le bruit de la roupte et fuitte de ses gens, AMYOT Sylla, 60.
   Son stile est partout serré, et n'y a rien qui ne presse et qui ne poigne à bon escient, AMYOT Cicéron et Démosth. 2.
   On les met dans des boëtes bien serrées [fermées], O. DE SERRES 684.
   Il n'y a rien sur la terre qu'en temps et lieu ne se serre, GÉNIN Récréat. t. II, p. 241.
   Wallon, seré ; bourg. sarrai ; Berry, sarrer ; picard, sérer, fermer, tout sérant, tout près ; provenç. sarrar, serrar ; espagn. et portug. cerrar ; ital. serrare ; du lat. serare, de sera, barre. La double rr dans serre, serrer, serrare, etc. est fautive ; il n'en faut qu'une ; cette erreur vient de ce que les peuples romans ont confondu sera, serrure, avec serra, scie. En Normandie, serrer signifie cueillir, récolter : serrer des pois. Malherbe remarque qu'en Provence serrer a la signification de fermer : Serrer n'a pas la signification de fermer en France, mais en Provence et autres tels lieux où l'on dit : serrer les yeux, serrer la porte, serrer la fenêtre, pour clore, Comm. sur Desportes, t. IV, p. 382.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
SERRER. - HIST.
   XIIIe s. Ajoutez :
   Le [la] maison Jehan de Lens.... qui siet en vies markiet, serant de le maison Gerart [touchant à la maison de Gerart], Charte du Vermandois, dans Bibl. de l'École des ch. 1874, XXXV, p. 451.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • serrer — [ sere ] v. tr. <conjug. : 1> • 1160; lat. pop. °serrare, altér. bas lat. serare, de sera « barre, verrou » 1 ♦ Vx Fermer. ♢ (mil. XIIIe) Mod. Région. Mettre à l abri ou en lieu sûr. ⇒ 1. ranger, remiser. Un grenier où « on serrait en hiver …   Encyclopédie Universelle

  • serrer — SERRER. v. a. Estreindre, presser. Serrer la main à quelqu un. luy serrer les doigts. des souliers qui serrent les pieds. serrer les poulces à quelqu un sous le chien d un pistolet. ce cordon là est trop lasche, il le faut serrer davantage.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • serrer — Serrer, Arcere, Arctare, Premere, Apprimere, Comprimere, Pressare, Astringere, Constringere, Extringere, Interstringere, Obstringere, Praestringere, Stringere, {{t=g}}séridzéin,{{/t}} id est, firmare et constringere. Serrer quelque lien, Lorum… …   Thresor de la langue françoyse

  • Serrer le cœur — ● Serrer le cœur causer de la peine, du chagrin …   Encyclopédie Universelle

  • SERRER — v. a. Étreindre, presser. Serrer la main à quelqu un. Serrer les doigts à quelqu un. Je l ai serré dans mes bras, contre mon coeur. Des souliers qui serrent les pieds. Ce cordon est trop lâche, il faut le serrer davantage. Serrer un noeud. Se… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • serrer — vt. ; étreindre ; coincer ; presser (des fruits) ; (Saxel) éprouver, peiner, faire souffrir ; souquer : SARÂ (Aix 017, Albanais 001, Albertville 021, Annecy 003, Arvillard 228, Balme Sillingy 020, Billième, Giettaz, Montagny Bozel 026, Peisey 187 …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SERRER — v. tr. étreindre, presser. Serrer la main à quelqu’un. Je l’ai serré dans mes bras, contre mon coeur. Ces souliers sont trop étroits : ils me serrent. Absolument, Vous serrez trop fort. Ne serrez pas. Fig., Serrer les pouces à quelqu’un, Le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • serrer — v.t. Serrer la vis à quelqu un, le traiter avec sévérité. / Serrer la pince, serrer la main. / Serrer les fesses, craindre, se tenir sur ses gardes. / Se serrer la ceinture, être privé, ne pas manger. / Arrêter : Être serré par les keufs …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • serrer — (v. 1) Présent : serre, serres, serre, serrons, serrez, serrent; Futur : serrerai, serreras, serrera, serrerons, serrerez, serreront; Passé : serrai, serras, serra, serrâmes, serrâtes, serrèrent; Imparfait : serrais, serrais, serrait, serrions,… …   French Morphology and Phonetics

  • serrer — Emprisonner …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot