supplément


supplément
(su-plé-man) s. m.
   Ce qu'on donne pour suppléer. On lui a donné tant en argent pour supplément de partage.
   Ce qu'on donne en sus. Supplément de solde.
   Le supplément d'un livre, ce qui est ajouté à un livre pour suppléer ce qui manquait. Il a publié un supplément à son ouvrage. Le Supplément de Tite-Live par Freinshemius.
   On nomme ainsi, dans les grammaires élémentaires, une partie moins importante que celle qui est d'abord apprise, et où l'on a réuni quelques notions omises à dessein dans celle-ci.
   Le supplément d'un journal, feuille ou feuillet que l'on ajoute quelquefois à un journal, lorsque ce qu'on veut publier en dépasse l'étendue ordinaire.
   Dans les théâtres, dans les chemins de fer, prendre un supplément, échanger le billet qu'on avait acheté contre un autre d'une place supérieure, en payant le surplus du prix.
   Bureau de supplément ou des suppléments, le bureau où l'on fait cet échange.
   Supplément se dit dans les restaurants à prix fixe, quand on prend plus de plats que le nombre indiqué.
   Terme de marine. En supplément, se dit des personnes embarquées en sus du nombre prescrit.
   Ce qui supplée à. Ils [les biens ecclésiastiques] ne vous sont donnés que comme les suppléments de votre indigence, MASS., Confér. Usage des reven. ecclésiast. L'art n'allait point encore au delà de ces suppléments [cheveux et dents postiches], Hist. des Vestales dans DESFONTAINES.
   Au peu d'esprit que le bonhomme avait, L'esprit d'autrui par supplément servait, VOLT. le Pauvre Diable..
   Fig. Les préjugés sont le supplément de la raison, FONT., Dial Straton, Raphaël d'Urbin.
   On fait de l'orgueil le supplément, si j'ose parler ainsi, du mérite, et on ne sait pas que le mérite n'a rien qui lui ressemble moins que l'orgueil, MASS. Pet. carême, Humanité des grands..
   Roquelaure n'eut ni le courage de tirer raison d'un tel affront, ni le supplément de prendre prétexte du lieu [l'appartement du roi] pour en porter sa plainte au roi, SAINT-SIMON 27, 54.
   L'estime des autres est un supplément à l'opinion peu favorable que nous avons de nous-mêmes, c'est un roseau dont l'amour-propre cherche à s'étayer, D'ALEMB. Oeuvr. t. III, p. 31.
   Terme de géométrie. Le supplément d'un angle, ce qu'il faut ajouter à un angle pour former deux angles droits.
   Adjectivement. Angle supplément d'un autre. Angles suppléments.
   Terme de grammaire. Ce qu'il faut ajouter pour suppléer les mots qui manquent dans une ellipse.
   XIVe s.
   Ces chapitres sont suppleement et perfections des trois derniers, ORESME Thèse de MEUNIER..
   XVIe s.
   [Quand saint Paul a dit] qu'il suppleoit en son corps ce qui defailloit des passions de Christ, il ne raporte point ce defaut de supplement à la vertu de la redemption...., CALV. Instit. 525.
   Prov. suplement ; espagn. suplemento ; ital. supplimento ; du lat. supplementum, de supplere, suppléer.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.