tortiller


tortiller
(tor-ti-llé, ll mouillées, et non tor-ti-yé) v. a.
   Tordre à plusieurs tours une chose facile à plier. Tortiller du papier, des cheveux.
   Comme elle tortillait son tablier avec une petite moue gentille !, GENLIS Théât. d'éduc. Vrai sage, II, 4.
   Terme de corderie. Réunir ensemble plusieurs fils de caret pour en former un toron.
   Terme de manége. Tortiller la croupe, lui faire faire un mouvement prononcé.
   Rouler sur le genou et sur le tablier, du plat de la main, les ficelles du dos des livres, quand elles ont été mises à la colle.
   Former des cierges en manière de vis ou de spirale.
   Terme de construction. Tortiller une mortaise, l'ouvrir avec le laceret ou la tarière.
   Populairement. Manger vite, avaler rondement. En un moment nous avions tortillé ce gigot.
   Fig. Donner diverses tournures à des paroles, à des pensées.
   Lorsque je lui vois tortiller En cent façons une pensée, DUCERCEAU Poésies, Valise du poëte..
   V. n. Familièrement. Tortiller des hanches, marcher en se balançant.
   Rencontrez-vous une de ces jolies personnes qui vont trottant menu, les yeux baissés, coudes en arrière, et tortillant un peu des hanches ?, BEAUMARCH. Mar. de Fig. III, 5.
   Fig. Tourner autour de quelqu'un, employer de petits manéges.
   Enfin, elles ont tant tortillé autour de moi, qu'ayant tâté et trouvé le terrain favorable, elles m'ont avoué qu'elles avaient fait écrire cette lettre par Demonville, SÉV. 435.
   Lorsque vous le sentez [le serpent, le démon] approcher avec de telles insinuations, et qu'il tortille, pour ainsi parler, par derrière et autour de vous, BOSSUET Élévat. sur myst. VIII, 1.
   Chercher des détours, des subterfuges. L'ordre est formel, il n'y a pas à tortiller.
   Si vous étiez un honnête homme, vous ne tortilleriez pas tant pour répondre, COLLÉ Part. de chasse de Henri IV, II, 11.
   Se tortiller, v. réfl. Se tordre, se replier sur soi-même en plusieurs façons. Voyez comme ce serpent se tortille.
   XVe s.
   Une bien petite fourchette d'or, à manche tortillié, pour mengier meures, DE LABORDE Émaux, p. 324.
   XVIe s.
   Ils tortillent leur fil avecques de petites pincettes, deux ou trois tours, puis le coupent assez près, PARÉ VI, 17.
   Tortille ; bourg. toteuilli ; Berry, tortiller, se donner du mouvement sans faire beaucoup de besogne.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.