train


train
(trin) s. m.
   En parlant des chevaux et des bêtes de voiture, allure. Le train de ce cheval est doux.
   Ce que cette femme lui dit de ces gens de cheval qui avaient passé par son hameau, lui donna courage de passer outre, et lui fit hâter le train de sa bête, SCARR. Rom. com. II, 1.
   Il est plus difficile de réduire à un train modéré un cheval jeune et vigoureux.... que de le laisser aller à bride abattue, GENLIS Maison rust. t. I, p. 177, dans POUGENS.
   Ce cheval n'a point de train, il n'a point d'allure réglée.
   Train rompu, celui qui est composé de deux allures.
   À fond de train, se dit d'un cheval qu'on pousse aussi vite qu'il peut aller.
   Aller bon train, aller fort vite à pied, à cheval, ou en voiture.
   J'espère vous tenir compagnie, quelque train que vous alliez, HAMILT. Gramm. 5.
   On dit dans le même sens : Ce cocher mène bon train.
   Aller son petit train, aller doucement, sans se presser.
   À une lieue et demie de la ville, comme le brancard allait son petit train, dans un chemin creux, SCARR. Rom. com. I, 14.
   Fig.
   Je ne parle point, ô hommes ! de vos légèretés, de vos folies et de vos caprices, qui vous mettent au-dessous de la taupe et de la tortue qui vont sagement leur petit train, et qui suivent, sans varier, l'instinct de leur nature, LA BRUY. XII.
   Un train de sénateur, un marcher lent et grave.
   Il laisse la tortue Aller son train de sénateur, LA FONT. Fabl. VI, 10.
   Fig.
   C'est le train que Chamillart mena un homme [pour qui le roi avait déclaré qu'il ne ferait jamais rien], SAINT-SIMON 129, 179.
   Au train dont nous allons, nous ne tarderons pas à les dépasser, nous allons si vite que nous ne tarderons pas à les dépasser.
   En un sens contraire, au train dont nous allons, nous n'arriverons jamais.
   Fig. Au train dont il va, il aura bientôt fini son travail, ou au train dont il y va, il aura bientôt fini, il avance si vite dans sa besogne qu'elle sera bientôt finie.
   En un sens contraire, au train dont il va, dont il y va, il n'aura pas fini de s tôt.
   Fig. Au train dont nous y allons, à la manière dont nous nous conduisons.
   C'est que du train dont nous y allons, on effleure tout et l'on n'approfondit rien, DIDER. Mém. Rêve d'Alembert.
   Aller un train de poste, aller fort vite.
   Fig.
   Mon ami, du train dont vous rêvez, savez-vous qu'un seul de vos rêves suffirait pour une galerie entière ?, DIDER. Salon de 1765, Oeuv. t. XIII, p. 285, dans POUGENS.
   Fig. Mener quelqu'un grand train, lui faire faire vite quelque chose.
   Quel train vous nous meniez, morbleu !, BÉRANG. Bedeau..
   Fig. et familièrement. Mener quelqu'un bon train, le faire aller bon train, beau train, grand train, ne le point ménager.
   De nous planter en France une nouvelle inquisition qui nous mènerait beau train, PASC. Prov. XIX..
   Vous le menâtes beau train de la manière dont vous l'aviez pris, SÉV. 55.
   Je vous assure que mes amis et moi, nous les mènerons [les pasteurs de Genève] beau train ; ils boiront le calice jusqu'à la lie, VOLT. Lett. d'Alembert, 3 janv 1757.
   Tout d'un train, sans retard.
   Tout d'un train il marcha vers la ville des Oxidraques, VAUGEL. Q. C. 516.
   Il est à propos que je tâche ici tout d'un train de l'expliquer, DESC. Dioptr. 2.
   Je veux qu'il [le jeune Grignan] aille vous voir au mois de novembre ; et, comme il aura dix-huit ans, il faudrait tout d'un train songer à le marier, SÉV. 17 juill. 1689.
   Grand train, pris adverbialement, vite.
   Car le bon temps revient grand train Où les rois chantaient au lutrin, BÉRANG. Concordat..
   Terme de turf. Vitesse déployée par le peloton des chevaux concurrents.
   Marche en général, mouvement.
   Du reste, en quoi répond au sort toujours divers Ce train toujours égal dont marche l'univers ?, LA FONT. Fabl. II, 13.
   Si les animaux vont toujours un même train comme les eaux et comme les arbres, c'est folie de leur donner un principe dont on ne voit parmi eux aucun effet, BOSSUET Connaiss. v, 8.
   Le nombre des souffrants est infini ; la nature se moque des individus ; pourvu que la grande machine de l'univers aille son train, les cirons qui l'habitent ne lui importent guère, VOLT. Lett. Mme du Deffant, 8 févr. 1768.
   Me voici à Reims ; mais mon coeur, qui va un autre train que moi, est avec vous, VOLT. Lett. d'Argental, 5 oct. 1749.
   Fig. Aller son train, continuer.
   Quant aux communions, allez votre train, BOSSUET Lett. Corn. 130.
   Il se dit des choses dans le même sens.
   L'affaire de la Brinvilliers va toujours son train, SÉV. 292.
   Le temps est très beau ; mon voyage ira son train, SÉV. 9 déc. 1671.
   Cette maladie allait beau train, si elle n'avait été arrêtée par les miracles ordinaires du quinquina, SÉV. 1er déc. 1690.
   Votre santé va son train, la mienne décline, MAINTENON Lett. au duc de Noailles. t. v, p. 31, dans POUGENS..
   Au dehors les plaisirs, les jeux,... les excès mêmes de la bonne chère vont toujours leur train, MASS. Carême, Mot. de conv..
   L'ordre que la nature a voulu établir dans l'univers va toujours son train, FONTEN. Dial. 6, Morts anc. et mod..
   Corneille va son train [j'en continue le commentaire] ; ah ! le pauvre homme ! qu'il me fait trouver Racine divin !, VOLT. Lett. d'Argental, 21 févr. 1763.
   Les loyers étaient arriérés, et les dettes allaient leur train, J. J. ROUSS. Confess VI.
   Et la coquetterie ira toujours son train, je gage ?, COLLIN D'HARLEVILLE Malice pour malice, I, 2.
   Être en train, mettre en train, être en action, en mouvement. Quand il est en train, rien ne lui coûte. On a de la peine à le mettre en train.
   Puisque vous êtes en train, vous connaîtrez par là les sentiments que votre famille a pour vous, MOL. Mal. imag. II, 19.
   Le bon père était si en train, qu'on lui eût fait tort de l'arrêter, de sorte qu'il poursuivit ainsi...., PASC. Prov. VII.
   J'en avais tantôt commencé un [compliment à M. de Vivonne] ; ma plume n'était pas en train, j'ai tout planté là, SÉV. 26 mars 1680.
   Quand une fois l'imagination est en train, malheur à l'esprit qu'elle gouverne, MARIV. Marianne, 1re part..
   Qu'il nous vienne un gai refrain, Et voilà le monde en train, BÉRANG. Bon Franç..
   Être en train, un peu en train, avoir un léger commencement d'ivresse.
   Être en train de, être disposé à. Être en train de jouer, de courir.
   Je suis tellement en train de suer, que je sue toujours, SÉV. 289.
   Je vous ai souhaité un lot à la loterie [une loterie tirée chez Mme de Montespan].... cela.... vous aurait remis en train d'être moins malheureux, SÉV. à Bussy, 3 avril 1681.
   Et moi, crois-tu que je ne sois pas très riche et en train de le devenir davantage ?, PICARD Manie de briller, III, 4.
   Il n'est pas en train de rire, il n'est pas disposé à rire.
   Il est en train de se ruiner, il mène une vie propre à le ruiner.
   Mettre en train, exciter.
   Je fus, selon son conseil, trouver un bon casuiste de la Société.... je n'eus pas de peine à le mettre en train, PASC. Prov. v..
   Il aime à causer ; et, quand on me met en train, je ne fais pas trop mal aussi, SÉV. 351.
   Il était le premier à nous mettre en train [de railler] sur son siége, HAMILT. Gramm. 8.
   Particulièrement. Mettre en train, exciter à la joie, au plaisir.
   Le valet de Verville de temps en temps buvait un coup avec eux, pour les mettre en train, SCARR. Rom. com. II, 12.
   Lubin est d'une figure Qui met tout le monde en train, FAVART Annette et Lubin, 1.
   Tous les gens gais ont le don merveilleux De mettre en train tous les gens sérieux, VOLT. Droit du seign. II, 6.
   Fillettes, flûte et tambourin, Mettez les vendangeurs en train, BÉRANG. Vendang..
   Se remettre en train, se remettre à une partie de jeu, de table, de plaisir.
   on se remit en train, LA FONT. Rém..
   Mettre une affaire en train, la commencer, la faire commencer.
   Je souhaite fort de pouvoir remettre en train mon commerce de la poste, SÉV. 20 avr. 1672.
   Après avoir mis la partie en train, la rompre serait à moi de mauvaise grâce, J. J. ROUSS. Corresp. du Peyrou, t. III, p. 348, dans POUGENS.
   Mettre une affaire en bon train, en avancer le succès.
   On dit dans le même sens : L'affaire est en bon train.
   Voilà l'affaire en bon train, MOL. Fourber. I, 7.
   La trahison était en beau train, HAMILT. Gram. 4.
   L'affaire des Calas a été rapportée ; elle est en très bon train ; je réponds du succès, VOLT. Lett. d'Argence, 2 mars 1763.
   Il est en bon train, il est sur la voie du rétablissement.
   Je le laisse en bon train [le chevalier de Grignan] ; les eaux lui font beaucoup de bien, SÉV. 22 sept. 1677.
   Se mettre dans le train de, s'habituer à.
   S'il [le jeune Grignan] a pris de la hardiesse.... et qu'il se soit mis dans le train de parler, il ne lui manque plus rien, SÉV. 10 juill. 1689.
   Je serais désolé qu'elle [Mme Denis] se mît dans le train de donner au public des pièces médiocres, VOLT. Lett. d'Argental, 5 oct. 1749.
   Partie de devant ou de derrière des chevaux, des boeufs et autres quadrupèdes. Ce cheval a le train de devant faible.
   Dans le cerf, le train de derrière est plus haut que celui de devant ; dans l'élan, au contraire, le train de devant est plus haut, BUFF. Quadrup. t. XIII, p. 145.
   On dit aussi avant-train et arrière-train en parlant du cheval.
   Terme de boucherie. Train des côtes, dans le boeuf, Pa vache et le taureau, la partie de l'animal qui contient les côtes et entre-côtes, à partir de la troisième pièce de l'aloyau jusqu'à l'épaule.
   Terme de charron. Ce qui porte le corps d'un carrosse, d'un chariot. Faire mettre un train neuf à une voiture.
   Terme d'imprimerie. Train de la presse, la partie de la presse sur laquelle on pose la forme, et qui avance sous la platine et s'en retire par le moyen de la manivelle.
   Mise en train, action de tout disposer pour le tirage d'une forme.
   Train de devant, tout ce qui roule sur les bandes. Train de derrière, train qui reçoit celui de devant avec toutes ses pièces, quand ce dernier fait son passage sous la platine.uite de valets, de chevaux, de mulets, etc.
   Don Erancisque ne manqua pas de se rendre le lendemain a Douai... son train était grand ; il avait trente chevaux de main, les plus beaux du monde, PELLISSON Lett. hist. t. I, p. 24.
   Grosse maison, grand train, nombre de gens, LA FONT. Belph..
   Tout son train [de Turenne mort] était arrivé.... tous ces pauvres gens étaient fondus en larmes, SÉV. 28 août 1675.
   Elle [Mme de Montespan] est dans une calèche à six chevaux, avec la petite de Thianges ; elle a un carrosse derrière, attelé de la même sorte, avec six filles, elle a deux fourgons, six mulets, et dix ou douze cavaliers à cheval, sans ses officiers : son train est de quarante-cinq personnes, SÉV. 15 mai 1676.
   Il y a trois jours que cette femme [Mme de la Hamelinière] est plantée ici avec tout son monde.... voilà le train qui m'est venu, et qui s'en ira quand il plaira à Dieu, SÉV. 21 juin 1680.
   Anne de Boulen était logée chez Henri VIII avec le train d'une reine, et François Ier lui fit les mêmes présents et lui rendit les mêmes honneurs que si elle l'eût été, LA FAY. Princ. Clèves, Oeuv. t. II, p. 103, dans POUGENS.
   J'aurais cinquante mille livres de rente, que je n'aurais pas le train de grande dame, ni un lit galonné d'or comme Mme de la Fayette, ni un valet de chambre comme Mme de Coulanges, MAINTENON Lett. à M. d'Aubigné, 28 fév. 1678.
   Et pourquoi cette épargne enfin ? l'ignores-tu ? Afin qu'un héritier bien nourri, bien vêtu, Profitant d'un trésor en tes mains inutile, De son train quelque jour embarrasse la ville, BOILEAU Sat. VIII.
   Comme elles [les dames de la cour] regorgent de train, de splendeur et de dignités, elles se délassent volontiers avec la philosophie ou la vertu, LA BRUY. VII.
   Réglez vos tables, vos parures, vos jeux, vos trains, vos édifices sur le pied de l'Évangile, MASS. Carême, Aumône..
   ....Ses soins zélés pour monsieur, pour madame, Pour enfants, valets, tout le train, LAMOTTE Fabl. v, 4.
   Demande à ces dames quel train de maison je vais avoir, PICARD Manie de briller, III, 14.
   Fig.
   Il lui suffisait de se montrer avec l'appareil de ses vertus ; aussi les pauvres formaient-ils tout son train, BOSSUET Panégyr. St Sulpice, 2.
   Suite de bêtes destinées soit au transport, soit à la subsistance. Un grand train de boeufs, de chevaux.
   Train d'artillerie, troupes d'artillerie chargées de conduire les équipages de siége et de ponts et les approvisionnements d'artillerie.
   Portier, lieutenant du train, voit dans les mains de l'un d'eux [habitants de Cassano] ses propres pistolets, P. L. COUR. Lett. I, 154.
   Train des équipages, ou, simplement, train, corps de troupes qui est chargé du transport de tous les approvisionnements autres que les munitions de guerre, nécessaires à une armée en campagne.
   Terme de chemin de fer. Suite de voitures ou wagons qui se meuvent ensemble. Train de marchandises. Train d'aller. Train de retour. Train de grande vitesse.
   Train-poste (au plur. des trains-poste), train qui, sur les chemins de fer, emporte le courrier et les lettres.
   Train express, voy. express.
   Train-éclair, train qui va très vite.
   Train de plaisir, train destiné à conduire directement un certain nombre de voyageurs dans un lieu déterminé, puis à les ramener.
10°   Long assemblage de bois de chauffage ou de menuiserie, assujetti avec des perches et des liens, et qu'on fait flotter comme un radeau sur les rivières.
   Pour un train desdits bois de 40 à 44 voies faisant le double de l'éclusée, est dû auxdits officiers 34 livres 9 deniers, Déclar. 22 oct. 1715, Tarif..
   Train de bateaux, voy. TRAIT DE BATEAUX. Ces mots : Sur chacun train de sel, ne peuvent être entendus que des bateaux, tireaux et alléges qui passent sous les ponts de ladite ville, Arrêt du conseil, 17 juill. 1675.
11°   Se dit d'un nombre considérable de métiers, et, particulièrement, en typographie, du nombre de presses que l'on emploie.
12°   Il se dit aussi, dans certains métiers, d'une suite plus ou moins considérable d'objets à confectionner.
   Celui qui vise à la perfection, après avoir fait un train, je ne dis pas de 5 ou 600 volumes, mais seulement de 25 ou 30.... se corrigera, dans les trains suivants, des défauts qu'il aura remarqués dans celui-ci, LESNÉ la Reliure, p. 20.
13°   Terme de marine. Train de mât, espèce de traîneau dont on se sert dans les arsenaux pour transporter des pièces de mâture. On dit aussi traîneau.
14°   Gens de vie peu exemplaire (sens vieilli). Cet homme a du train, du mauvais train chez lui.
   On sait qu'Orante mène une vie exemplaire ; Tous ses soins vont au ciel ; et j'ai su par des gens, Qu'elle condamne fort le train qui vient céans, MOL. Tart. I, 1.
15°   Par extension, bruit, tapage. On fait beaucoup de train dans cette maison.
   Quel train ici tous les matins ! l'antichambre est pleine de marchands, de commissionnaires et de créanciers, GENLIS Théât. d'éduc. Dangers du monde, I, 1.
   Faire le train, se réjouir avec bruit.
   Fig. Faire le train, faire du train, gronder, se fâcher.
   Si j'étais obligé de passer la nuit dans la forêt, il me ferait un train.... il me ferait un train !, COLLÉ Part. de chasse de Henri IV, II, 9.
   Elle était plus grognon ; elle faisait un train à son valet de chambre, à ses femmes !, GENLIS Théât. d'éduc. March. de mode, sc. 2.
   On ne voulait pas m'entendre ; mais j'ai fait tant de train, qu'on n'a pu me refuser, GENLIS Théât. d'éduc. la Rosière, II, 8.
   Un service terrible, et toujours un train d'enfer, BEAUMARCH. Barb. de Sév. II, 7.
   Fig. Faire du train se dit de quelque objet dont on parle beaucoup, qui agite l'opinion publique.
   Que dites-vous du train que fait Wilkes en Angleterre ? il me semble que le despotisme n'a pas plus beau jeu dans ce pays-là que la superstition, D'ALEMB. Lett. à Voltaire, 26 mai 1768.
16°   Fig. Enchaînement, suite des choses.
   On ne sait plus comment reprendre le train de la journée, SÉV. 586.
   Je m'en vais reprendre le train de mes promenades, interrompues seulement pendant quatre jours, SÉV. 7 mars 1685.
   Nous voici dans un vilain train de neiges, de pluies et de vents terribles, SÉV. 1er févr. 1690.
   Je les ai vus [votre esprit et votre corps] trop subtils, trop diaphanes, pour pouvoir jamais être fâchée de les voir dans le train commun des esprits et des corps, SÉV. à Mme de Grignan, 22 juill. 1685.
   Je suis fâchée que vous ayez perdu un de mes paquets ; comme ils sont pleins de nouvelles, cela nous dérange, et vous ôte du train de tout ce qui se passe, SÉV. 3 juill. 1672.
   Il faut rentrer le plus tôt qu'on peut dans ce train ordinaire du gouvernement où les lois protègent tout et ne s'arment contre personne, MONTESQ. Esp. XII, 18.
   Je suppose.... que Dieu conserve, après la mort de l'homme, ce qu'on appelle son âme, et qu'il abandonne l'âme de la brute au train ordinaire de la destruction de toutes choses, VOLT. Métaph. 6.
17°   Tournure que prennent les événements, les affaires.
   Nous verrons dans peu de jours quel train prendra le reste de la campagne, PELLISSON Lett. hist. t. I, p. 252.
   Sitôt que les choses furent dans le train qu'il voulait, HAMILT. Gram. 4.
   Prendre le train de, prendre une certaine tournure.
   L'époux voyant quel train prenait l'affaire, LA FONT. Rém..
   Et contre le prochain La conversation prend un assez bon train, MOL. Mis. II, 5.
   Ses malheurs [de Vardes] prennent le train de ne finir jamais, SÉV. 20 oct. 1682.
   Le carnaval ne prend pas le train d'être bien gaillard, ID. 31 déc. 1688.
   L'affaire va bon train, va grand train, elle avance rapidement.
18°   Habitude, manière d'être.
   Voilà le train du monde et de ses sectateurs ; On s'y sert du bienfait contre les bienfaiteurs, LA FONT. Fabl XII, 16.
   Mon Dieu ! nous savons le train des enfants dont les pères se remarient, et de quel oeil ils ont coutume de regarder ce qu'on appelle belle-mère, MOL. l'Av. III, 4.
   Le peuple et les habiles composent le train du monde, PASC. Pens. III, 18, édit. HAVET.
   C'est une chose pitoyable de voir tant de Turcs, d'hérétiques, d'infidèles suivre le train de leurs pères, par cette seule raison qu'ils ont été prévenus chacun que c'est le meilleur, PASC. ib. XXV, 80.
   Mais j'ai du train du monde un peu d'expérience, BOURSAULT Ésope à la cour, IV, 2.
   Quand on a commencé à prendre ce train [des hauts sentiments], les grands hommes se font les uns les autres, BOSSUET Hist. III, 6.
   Une certaine habitude, un certain train établi a beaucoup de pouvoir en toute matière, FONTEN. Ozanam..
   J'admire le train de la vie humaine ! nous plumons une coquette, la coquette mange un homme d'affaires, l'homme d'affaires en pille d'autres, LESAGE Turcaret, I, 12.
   La société serait perdue, si l'on ne se moquait pas un peu de ceux qui vous sont le plus attachés ; c'est le train du monde, VOLT. Lett. Mme du Deffant, 7 mars 1764.
   Prendre le train, prendre une certaine manière d'être.
   Si elle [ma tante] reçoit quelque soulagement, et qu'elle prenne le train de languir, je partirai dès que M. de Coulanges sera revenu, SÉV. 126.
   J'aime votre fille à cause de vous ; mes entrailles n'ont point encore pris le train des tendresses d'une grand'mère, SÉV. à Mme de Grignan, 11 mars 1671.
   Il prit le train du libertinage, même avant l'âge d'être un vrai libertin, J. J. ROUSS. Confess. I.
   Mener un train d'enfer, faire une grande dépense, user rapidement la vie.
19°   Genre de vie.
   Si j'ai dit que je voulais corriger ma conduite et me jeter dans un train de vie exemplaire, MOL. Festin, v, 2.
   À l'égard de la cour de France, tout y était comme à l'ordinaire ; il y a un certain train qui ne change point ; toujours les mêmes plaisirs, toujours aux mêmes heures, et toujours avec les mêmes gens, LA FAY. Mém. cour de France, Oeuv. t. II, p. 396, dans POUGENS..
   Ils marchent toujours du même pas, sans s'alarmer, et suivent toujours le même train de vie, jusqu'à ce qu'ils se soient enfin précipités dans l'abîme, BOURDAL. Exhort. sur le jugem. du peuple contre J. C. t. II, p. 67.
   Les commerces recommencent ; les entretiens se renouent ; les passions se réveillent ; tout va même train, MASS. Avent, Disp. à la comm..
   Allons mon gentilhomme, une superbe audace ! Un train de roi, cet air qui dit : faites-moi place !, C. DELAV. Enf. d'Édouard, II, 3.
20°   Terme de fauconnerie. Faire le train à un oiseau, lui donner pour compagnon un oiseau tout dressé, afin de l'accoutumer à la chasse.
21°   Nombre de vibrations qu'un mouvement d'horlogerie produit dans un temps déterminé.
   XIIIe s.
   Por ce qu'erent [ils étaient] si d'un traïn, Estoit Renart niés [neveu d'] Ysengrin, REN. 153.
   Se il le trovent, seront li [à lui] mal voisin, De lui feront molt doleros trahin, Agolant, v. 28.
   XIVe s.
   Et que, l'iver passé, Bertran ira de là à toute la poissance des François par deça ; Parmi la grant Guienne un tel traïn fera, de quoi jusqu'à mil ans parlé il en sera, Guesclin. 19414.
   XVe s.
   Il issit hors du chastel tout armé, atout quarante compagnons d'armes, et suivit couvertement le dernier train [de l'armée qui venait de passer], FROISS. I, I, 162.
   Et amena avec lui quarante lances ; dont on en eut grand joye de sa venue ; car il fut mis au train du roy, FROISS. liv. III, p. 104, dans LACURNE.
   Ils avoient chevauché si fort que les trois quarts de leurs gens estoient demourez en train derriere eux, MONSTREL. t. I, ch. 217, p. 288, dans LACURNE.
   Le cheval sur quoi le roy estoit monté.... ne daignoit aller ne trot, ne pas, ne emblure, ains alloit bondissant.... adonc dist le roy Passavant : que a ce cheval, qui ne se daigne mettre en aucun train ?, Perceforest, t. II, f° 46.
   Je me passerois bien de parler de ce fait, pour ce que ce n'est pas le train de ma matiere, mais je suis forcé d'en parler, COMM. IV, 1.
   [Il] amena madame de Savoye et tout son train en la plus prochaine place, COMM. v, 4.
   La chose prit autre train dont on a parlé ci-après, COMM. VII, 9.
   Quant maistre Françoys vit ce train, Dieu scet s'il fit piteuses lippes, VILLON 1re repue..
   XVIe s.
   La vaillance a ses limites, comme les aultres vertus, lesquels franchis, on se trouve dans le train du vice, MONT. I, 53.
   Par ce train [en procédant ainsi] vous ne faictes jamais rien qui vaille, MONT. I, 58.
   Le monde va il pas mesme train que vous allez ?, MONT. I, 88.
   [Archimède] meit soubdain en train des engins espouvantables, MONT. I, 141.
   Lui qui n'avoit pas veu ce train [troupe] qui le suyvoit, MONT. I, 187.
   Par là, j'enfilay tout d'un train Virgile en l'AEeide, et puis...., MONT. I, 197.
   La mesnagerie de la laine, pour en vestir le train de la maison, LA BOÉTIE 162.
   Celuy qui feroit le train de dehors [les occupations des champs, etc.], ID. 163.
   Ceux là mesmes [les choeurs], soit qu'ils facent quelque chose, ou qu'ils parlent, s'ils y vont d'un train en bon ordre, c'est plaisir de les veoir, LA BOÉTIE 171.
   Ce monstre avoit les deux jambes et train de derriere de pourceau, PARÉ XIX, 20.
   Tout ce qui noue [nage] au plus profond de l'onde, Deux qui d'une aile en l'air se font un train, Tout ce qui paist la terre au large sein...., RONS. 628.
   Nos lauriers sont sechez, et le train de nos vers Se presente à nos yeux boiteux et de travers, RONS. 703.
   ... Je parle des rusées Qui ont au train d'amour leurs jeunesses usées, ID. 125.
   Il va grand train, c'est à dire legierement, et il va à grand train pour il ha grande suitte après soy, ROB. EST. Gramm. franç. p. 104, dans LACURNE.
   Un qui fait train sur la mer [qui trafique], H. EST. Apol. d'Hérod. p. 36, dans LACURNE.
   Abaisser le train, ou, comme on dit par maniere de proverbe, tailler les morceaux plus menus, H. EST. ib. p. 304.
   Afin que le jeu print plus long train [durât plus longtemps], Nuits de Straparole, t. II, p. 94.
   Item est ordinairement à coustume que, quand on fait adjourner la femme mariée pour debte par elle deue ou pour autre cause, l'on fait du mesme train adjourner son mary, Coust. gén. t. II, p. 947.
   De grand train à l'estrain [à la paille], COTGRAVE .
   Provenç. trahi ; cat. tragi ; espagn. tragin, tragino ; ital. traino ; dérivés du lat. trahere, tirer (voy. traire). Le mot est de deux syllabe, tra-in, jusque vers le XVe siècle.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
TRAIN.
11°   Ajoutez :
   Un train de bois se compose de 2 parts, de 18 coupons, de 72 branches et de 576 mises, MAXIME DU CAMP Rev. des Deux-Mondes, 1er nov. 1867, t. LXXII, p. 175.
23°   Petits trains, s'est dit pour petits ouvrages à la main destinés à un usage religieux.
   Vendre chapelets, oraisons, Petits trains, petits reliquaires, Cordons, ceintures, scapulaires, Harangue des habitants de Sarcelles au roi, 1733, dans CH. NISARD, Parisianismes, p. 203.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • train n — train v …   English expressions

  • train — [ trɛ̃ ] n. m. • XIIe; de traîner I ♦ 1 ♦ Vx File de bêtes de somme qui suivent qqn. Train de mulets. ♢ Mod. File de choses traînées ou entraînées. « Un train de péniches derrière un remorqueur » (Vercel). Train de bois de flottage : troncs d… …   Encyclopédie Universelle

  • train — TRAIN. s. m. Alleure. Il se dit principalement des chevaux, & autres bestes de voiture. Le train de ce cheval est doux, est incommode. ce cheval va grand train. il se fait tard, allons bon train, grand train. ce cocher nous a menez beau train. On …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Train — Train, n. [F. train, OF. tra[ i]n, trahin; cf. (for some of the senses) F. traine. See {Train}, v.] 1. That which draws along; especially, persuasion, artifice, or enticement; allurement. [Obs.] Now to my charms, and to my wily trains. Milton.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Train — Train, v. t. [imp. & p. p. {Trained}; p. pr. & vb. n. {Training}.] [OF. trahiner, tra[ i]ner,F. tra[^i]ner, LL. trahinare, trainare, fr. L. trahere to draw. See {Trail}.] [1913 Webster] 1. To draw along; to trail; to drag. [1913 Webster] In… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Train — (engl. und frz. ‚Zug‘) bezeichnet: Train (Niederbayern), einen Ort im Landkreis Kelheim Train (militärisch), einen militärischen Transport mit Pferden Train (Band), eine US amerikanische Alternative Band Train (Geräusch), ein Meeresgeräusch… …   Deutsch Wikipedia

  • Train — Saltar a navegación, búsqueda Train Información personal Origen San Francisco, California, Estados Unidos Estado Activo …   Wikipedia Español

  • train — [trān] n. [ME traine < OFr trahin < trahiner, to draw on < VL * traginare < L trahere, to pull, DRAW] 1. something that hangs down and drags behind; specif., a) a part of a dress, skirt, etc. that trails b) the tail feathers of a bird …   English World dictionary

  • Train — 〈[ trɛ̃:] österr. a. [trɛ:n] m. 6〉 = Tross (1) [frz. <lat. trahere „ziehen, schleppen“] * * * Train   [trɛ̃; französisch, zu traîner »(nach)ziehen«] der, s/ s, Militärwesen: von Friedrich II …   Universal-Lexikon

  • train — ► VERB 1) teach (a person or animal) a particular skill or type of behaviour through regular practice and instruction. 2) be taught in such a way. 3) make or become physically fit through a course of exercise and diet. 4) (train on) point… …   English terms dictionary

  • Train — Train, v. i. 1. To be drilled in military exercises; to do duty in a military company. [1913 Webster] 2. To prepare by exercise, diet, instruction, etc., for any physical contest; as, to train for a boat race. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English