trompette


trompette
trompette 1.
(tron-pè-t') s. f.
   Instrument à vent, de cuivre ou d'autre métal, qui a un son éclatant, et dont on se sert principalement à la guerre et dans les réjouissances publiques.
   Faites deux trompettes d'argent, battues au marteau, afin que vous puissiez vous en servir pour assembler tout le peuple, SACI Bibl. Nomb. x, 2.
   Sitôt que de ce jour La trompette sacrée annonçait le retour, RAC. Athal. I, 1.
   Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons formaient [dans une bataille] une harmonie telle qu'il n'y en eut jamais en enfer, VOLT. Candide, 3.
   La victoire en chantant nous ouvre la barrière, La liberté guide nos pas ; Et du nord au midi la trompette guerrière A sonné l'heure des combats, M. J. CHÉNIER Chant du départ..
   Sans tambour ni trompette, se dit d'une troupe qui décampe sans aucun signal militaire.
   Cette retraite s'est faite à petit bruit et presque en manière de fuite, sans trompette et sans tambour, PELLISSON Lett. hist. t. II, p. 428.
   Fig. et familièrement. Déloger sans trompette, sans tambour ni trompette, déloger secrètement, sans bruit.
   Si bien que le tyran de Crète Avait délogé sans trompette, SCARR. Virg. III.
   Holà ! madame la belette, Que l'on déloge sans trompette, Ou je vais avertir tous les rats du pays, LA FONT. Fabl. VII, 16.
   Fig. Sans tambour ni trompette, secrètement.
   Ne me citez point, je vous en prie ; il faut aller au secours de la place sans tambour et sans trompette, VOLT. Lett. Olivier des Monts, 25 déc. 1767.
   La trompette du jugement dernier, celle qui réveillera les morts et les sommera de comparaître devant le tribunal de Dieu.
   Trompette formidable et qu'Horeb entendit, Quand sur le mont sacré l'Éternel descendit, Et qui, des morts un jour réveillant la poussière, Doit du monde embrasé sonner l'heure dernière, DELILLE Parad. perdu, XI.
   École de trompettes, école de cavalerie où l'on enseigne l'art de la trompette, ainsi que la lecture, l'écriture, l'escrime, l'équitation et la gymnastique.
   Nez en trompette, nez relevé.
   Fig. Entonner la trompette, emboucher la trompette, prendre le ton élevé, poétique.
   À la gloire des lis je consacre ces vers ; J'entonne la trompette et répands dans les airs Les faits de ce grand roi..., DESMARETS Clovis, dans RICHELET.
   Mais souvent dans ce style un rimeur aux abois Jette là, de dépit, la flûte et le hautbois, Et, follement pompeux, dans sa verve indiscrète, Au milieu d'une églogue entonne la trompette, BOILEAU Art p. II.
   Fig. Il se dit du style lyrique.
   J'ose en trompette ériger mes pipeaux, BÉRANG. Ad. à la gloire..
   Fig. Sonner de la trompette, publier, se vanter de quelque chose.
   Elle [la Providence] veut donc que vous veniez cet hiver, et que nous soyons en même maison ; je n'ai nul dessein d'en sonner la trompette ; mais il a fallu le mander à d'Hacqueville pour nous arrêter le Carnavalet [un hôtel du Marais à Paris], SÉV. 13 sept. 1677.
   Irai-je avec l'hypocrite sonner de la trompette devant moi ? prierai-je dans les coins des rues, afin qu'on me voie ?, BOSSUET Disc. vie cachée..
   Fig. Il se dit des personnes qui excitent les partis, comme la trompette excite les troupes.
   Les prédicateurs des deux partis [catholiques et protestants] étaient en chaire les trompettes de la discorde, VOLT. Moeurs, 136.
   Ces trompettes de différents partis se sont rendus les dispensateurs de la louange et du blâme, BERN. DE ST-PIERRE Ch. ind..
   Personne qui divulgue ce qu'elle sait, qui colporte ce qui se dit. Cette personne est une vraie trompette.
   Il se défend longtemps du mal qu'on dit d'autrui ; Ou, s'il en est enfin convaincu malgré lui, Il ne s'en fait point la trompette, CORN. Imit. I, 4.
   Je ne sais point prendre en main des trompettes, Pour publier partout les faveurs qu'on m'a faites, REGNARD le Joueur, II, 4.
   L'ingrat dévoré d'envie, Trompette de la calomnie...., VOLT. Odes, 4.
   Secret comme une trompette, se dit d'une personne babillarde, qui ne peut connaître un secret sans le publier aussitôt.
   Instrument de cuivre qui servit d'abord à la guerre, et qu'on a introduit ensuite dans l'orchestre.
   Une belle voix soutenue d'une trompette, cela jette dans une douce rêverie, LESAGE Turcaret, IV, 5.
   Jeu de trompettes, un des jeux de l'orgue.
   Trompette marine, instrument de musique, composé d'un manche fort long et d'un corps de bois résonnant, avec une seule corde, sur laquelle on joue avec un archet, en la pressant sur le manche avec le pouce.
   Il y faudra mettre aussi [dans un concert] une trompette marine ; la trompette marine est un instrument qui me plaît et qui est harmonieux, MOL. Bourg. gent. II, 1.
   Trompette marine, un des noms vulgaires du triton émaillé, mollusques.
   Trompette parlante, instrument en fer-blanc qui sert de porte-voix.
   On dit plus communément porte-voix.
   Trompette écoutante, instrument pour faire entendre une personne qui parle à une distance considérable, sans le secours d'aucune trompette parlante.
   La trompette de la Renommée, la dispersion, dans le monde, des nouvelles, des bruits. Les poëtes et les peintres représentent la Renommée embouchant la trompette.
   On dit de même : les cent trompettes de la Renommée.
   Aussitôt de ses cent trompettes La messagère des poëtes Va l'annoncer à l'univers, LAMOTTE Odes, t. I, p. 416, dans POUGENS.
   En botanique, trompette de Méduse, le narcissus bulbocodes.
   Trompette blanche, espèce d'agaric.
   Variété de courge à fruits très longs.
   En conchyliologie, trompettes, genre de mollusques à coquille univalve tournée en spirale, qu'on nomme autrement buccins.
PROVERBE À gens de village trompette de bois, il faut faire aux gens des traitements proportionnés à leur condition.
   Le festin des dames de la cour sera tout à fait magnifique ; mais point d'argent aux soldats congédiés : à gens de village trompette de bois, GUI PATIN Lett. t. III, p. 283, dans POUGENS.
   XIVe s.
   Devant le jour [il] s'en ist sans trompete sonner, Guesclin. 14644.
   XVe s.
   La trompette a sonné bien haut ; à l'arme ! à l'assaut ! à l'assaut, BASSELIN XLVII.
   Foy que tu dois le mercredy, Me joues-tu de la trompete [me trompestu] ?, Mir. de Ste Genev.
   En cele propre nuit il y eut grand partie de ses gens qui s'assemblerent de sa compaignie secretement et se prirent à eux desloger sans trompette, MONSTREL. II, 96.
   XVIe s.
   Il feit sonner les trompettes de tous costez pour effrayer les ennemis, AMYOT Cam. 42.
   Il est plus de trompeurs que de trompettes, LEROUX DE LINCY Prov. t. II, p. 307.
   À pain et oignon trompette ne clairon, COTGRAVE .
   Mieulx vault à cloche se lever qu'à trompette, GÉNIN Récréat. t. II, p. 245.
   Dimin. de trompe 1 ; provenç. et esp. trompeta ; portug. trombeta ; ital. trombetta.
————————
trompette 2.
(tron-pè-t') s. m.
   Celui dont la fonction est de sonner de la trompette. Le capitaine d'Espagne a eu sa poupe emportée, quelques coups de canon à l'eau, et les six trompettes du duc de Ferrandina tués, Corresp. de Sourdis, 1636, dans JAL.
   On crut que c'était un prétexte pour nous épier : le trompette eut ordre de demeurer et de suivre un des trompettes du roi, à qui on l'a donné en garde, PELLISSON Lett. hist. t. I, p. 71.
   De tout temps, avec dépense pour faire honneur au service, j'ai eu un accord de trompettes des meilleurs qui aillent sur mer ; et au voyage de Guinée avec M. le comte d'Estrées je l'avais de même, DUQUESNE à Colbert, 1671, dans JAL.
   Trompette major, celui qui commande et dirige les trompettes d'un régiment de cavalerie.
   Fig. Il est bon cheval de trompette, il ne s'étonne pas pour le bruit, se dit de quelqu'un qui se soucie peu des criailleries qu'on fait contre lui.
   Vous n'êtes pas un bon cheval de trompette, puisque vous avez peur du bruit, COMTE DE CAYLUS Oeuv. t. IX, p. 263, dans POUGENS.
   Fig. Celui qui célèbre.
   Alexandre estima Achille heureux d'avoir eu Homère pour trompette de ses louanges, D'ABLANCOURT Arrien, I, 5.
   De votre haut savoir je serai le trompette, TH. CORN. Feint astrol. II, 5.
   Il se trouve toujours de petits compilateurs qui osent être ennemis de leur siècle.... ils se font les trompettes de la gloire des anciens, VOLT. Dict. phil. Système..
   Familièrement et fig. Colporteurs de nouvelles.
   Par là, je reconnais le visible danger Que court cette inconnue à vous trop obliger, Et que, se découvrant à votre âme indiscrète, De ses faveurs partout vous serez le trompette, TH. CORN. les Engag. du hasard, II, 3.
   Faire quelqu'un le trompette de quelque chose, le lui faire débiter, propager.
   Dorante n'est qu'un fourbe.... Et d'un discours en l'air qu'il forge en imposteur, Il me fait le trompette et le second auteur, CORN. Ment. v, 2.
   XVe s.
   Que le plaisir du duc fust de sauver la vie à icelluy trompette, et de le renvoyer sans empeschement, MATH. DE COUCY Hist. de Charles VII, p. 631, dans LACURNE..
   XVIe s.
   Je m'en voys chercher la trompette de la ville, pour faire crier s'il y a personne qui...., DESPER. Cymbal. 145.
   Il envoya par une trompette faire sçavoir aux Romains, que...., AMYOT Rom. 49.
   Les officiers des roys de Sparte, trompettes, menestriers, cuisiniers, à qui en leur charge succedoient les enfants, pour ignorants qu'ils feussent, MONT. III, 320.
   Ils [les médecins] font telle description de nos maulx, que faict un trompette de ville qui crie un cheval ou un chien perdu : tel poil...., MONT. IV, 253.
   Trompette 1.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • trompette — [ trɔ̃pɛt ] n. f. et m. • 1319; dimin. de trompe I ♦ N. f. 1 ♦ Instrument à vent à embouchure, à son éclatant, qui fait partie des cuivres. ⇒ buccin, bugle, cornet. « on entendait les trompettes turques, au timbre grave, qui sonnaient » (Loti ).… …   Encyclopédie Universelle

  • Trompette — Assez fréquent en Lorraine (54, 55, 88), le nom désigne par métonymie celui qui joue de la trompette (le nom de l instrument est attesté en 1280). On trouve la variante Trompeter en Alsace …   Noms de famille

  • Trompette — Pour les articles homonymes, voir Trompette (homonymie). Trompette en Ut La trompette est un instrument de musique à vent de la famille des cuivres clai …   Wikipédia en Français

  • trompette — I. Trompette, Tuba. Le son de la trompette, Classicum. La voix et son d une trompette, Taratentara. Clangor. Bombus, Trompette qui esmeut guerre civile, Tuba belli ciuilis. Trompette juré qui fait les cris par l ordonnance du magistrat, Praeco… …   Thresor de la langue françoyse

  • trompette — I. Trompette. s. f. Instrument ou tuyau d airain dont on sonne avec la bouche pour assembler la cavalerie, la faire marcher, l animer au combat. Les fanfares des trompettes. grand bruit de trompettes. la trompette sonnoit la marche, la charge, la …   Dictionnaire de l'Académie française

  • TROMPETTE — s. f. Instrument à vent, tuyau d airain ou d autre métal, qui a un son très éclatant, et dont on sonne principalement à la guerre, et dans les réjouissances publiques. Sonner de la trompette pour assembler la cavalerie, pour la faire marcher,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TROMPETTE — n. f. Instrument à vent, de métal, à son clair et éclatant, employé principalement pour les sonneries militaires de cavalerie. Sonner de la trompette. Au son de la trompette. La trompette sonnait la charge, la retraite. Emboucher la trompette.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • TROMPETTE — s. m. Celui dont la fonction est de sonner de la trompette. Bon trompette. Le trompette de telle compagnie. Il est trompette dans les hussards. Le cheval d un trompette. Brigadier trompette. Trompette major. On envoya un trompette sommer la place …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • trompette — фр. [тронпэ/т] труба: 1) медн. дух. инструм.; ◊ trompette à coulisse [тронпэ/т а кули/с] т. с кулисой trompette alto [тронпэ/т альто/] альтовая т …   Словарь иностранных музыкальных терминов

  • trompette — n.f. Nez ; visage …   Dictionnaire du Français argotique et populaire