bon


bon
bon 1.
s. m.
   Ce qui est bon. Il a préféré le bon à l'utile.
   La France, où les connaissances ont été portées aussi loin que partout ailleurs ; seulement est-il à craindre que l'on n'y prenne à la fin un bizarre mépris du bon devenu trop familier, FONTENELLE Czar Pierre.
   En termes de philosophie, le bon, l'ensemble des dispositions qui rendent l'homme un être moral.
   Que le bon soit toujours camarade du beau, Dès demain je chercherai femme, LA FONT. Fab. VII, 2.
   Au sein de ses amis répandre mille choses, Et, recherchant de tout les effets et les causes, Raisonner avec eux sur le bon, sur le beau, LA FONT. Lettres, XIX..
   Bonnes qualités soit dans une personne, soit dans une chose. Cet homme a du bon. Il y a du bon chez cet enfant. Tirer d'un sujet tout ce qu'il y a de bon.
   La critique a du bon, je l'aime et je l'honore, VOLT. Ép. 104.
   Tout fut secret, et quiconque eut du bon Par devers soi le garda sans rien dire, LA FONT. Berc..
   .... Ces malheureux rois, Dont on dit tant de mal, ont du bon quelquefois, ANDRIEUX Meunier de Sans-Souci..
   Du bon, de bon vin. Hier, à un grand dîner, nous avons bu du bon.
   Avoir du bon, l'emporter, obtenir l'avantage.
   Il y eut plusieurs rencontres où les uns et les autres avaient tantôt du bon et tantôt du pire, selon les diverses occurrences, PERROT D'ABL. Tacite, 362.
   Prendre son bon, saisir son avantage.
   Harcourt sut être ami de Barbésieux et s'en faire respecter, plus encore de Chamillart, jusqu'à ce qu'il trouvât son bon à le culbuter, SAINT-SIMON 116, 15.
   Du bon du coeur, cordialement.
   Et du bon de mon coeur à cela je m'engage, MOL. Mis. III, 1.
   Le bon, c'est-à-dire ce qu'il y a d'effectif, de plaisant, de surprenant, de piquant. Le bon de l'affaire, c'est que, croyant attraper son voisin, il s'est attrapé.
   Enfin le bon de tout c'est qu'à d'autres qu'à lui On ne peut vous lier que vous ne disiez oui, MOL. Tart. II, 4.
   Vraiment oui, c'est là le bon de l'affaire, VOLT. Dial. 27.
   Gasparin à Gulphar les prêta, Ce fut le bon, LA FONT. F. avare..
   Le bon est qu'en courant il a perdu sa botte, REGNARD Distrait, I, 6.
   Le mari ne se doute point de la manigance ; voilà ce qui est de bon, MOL. Georg. D. I, 2.
   Ce qui donne du bien-être, du plaisir ; ne se dit guère qu'avec jour, heure, moment. L'accès de fièvre passé, on a deux jours de bon. Quelques jours de bon, des jours où l'on a de la satisfaction, du repos.
   Du moins on ne perdrait pas tout, on aurait du moins quelques moments de bon, MASS. Profession relig. sermon 1.
   Il fait bon, c'est-à-dire il fait un bon temps, la température est agréable.
   Il fait bon, il est utile, agréable. Il fait bon se promener, le temps est favorable à la promenade. Il ne fait pas bon avoir affaire à cet homme, il est désagréable d'avoir affaire à lui.
   Choses qu'il ne ferait pas bon tirer en exemple, CORN. Ex. d'Hér..
   .... En de certains temps il fait bon s'expliquer, CORN. Othon, II, 3.
   Il ne faisait pas bon s'attaquer à eux, BOSSUET Déf..
   Il nous faisait bon voir tous deux bien étonnés, RÉGNIER Sat. XI.
   Il fait bon l'entendre là-dessus, SÉV. 135.
   Il y fait bon, l'occasion est favorable.
   La friponne Veut dire : il y fait bon, LA FONT. Coupe..
   Je vous avertirai quand il y fera bon, REGNARD le Joueur, III, 6.
   Il fait bon ici, on y est bien.
   Vous avez peut-être dit en certains moments de plaisirs, d'excès, de fureur : il fait bon ici, MASS. Avent, Bonheur des justes..
   Il ne fait pas bon ici, on y court des dangers.
   Je viens vous avertir qu'il ne fait pas bon ici pour vous, MOL. Fest. II, 8.
   S. m. plur. Les bons, les gens de bien. Tous les bons, tous les hommes de bien. Les bons imposent aux méchants. Tenir compte des bons et des méchants.
   Montrez-lui comme il faut régir une province, Remplir les bons d'amour et les méchants d'effroi, CORN. Cid, I, 7.
   .... Sévère aux méchants et des bons le refuge, RAC. Athal. IV, 3.
   S. m. Le gros bon, le petit bon, nom de deux espèces de pommes.
   Tout de bon, loc. adv. Véritablement, sérieusement. Quoi ! tout de bon ? Se quereller tout de bon. Pleurer tout de bon.
   L'huis s'était presque ouvert, tout de bon le guet vint, RÉGNIER Sat. II.
   Elle dit en montant sur l'échafaud : C'est donc tout de bon, SÉV. 299.
   C'est tout de bon que vous devriez venir à Paris, SÉV. 518.
   Il vit bien qu'elle lui parlait tout de bon, HAMILT. Gramm. 4.
   L'histoire dit qu'il ne parlait jamais tout de bon, et son siècle l'appelle le moqueur, BALZ. Liv. VI, lettre 5.
   Ainsi en bouffonnant et en alléguant les fables ils persuadent tout de bon au prince qu'il n'est point obligé à sa parole, BALZ. 7e Disc. sur la cour..
   Si dur que d'avoir fait out de bon le sévère, LA FONT. Court..
   Comment ! c'est tout de bon ? - Il le faut laisser faire, RACAN Bergeries, Lucidas, II, 4.
   Je ne reconnais point, pour moi, quand on se moque ; Parlez-vous tout de bon ?, MOL. Éc. des f. II, 6.
   J'ai douté fort longtemps que ce fût tout de bon, MOL. Tart. IV, 7.
   J'entendais tout de bon que lui seul héritât, MOL. l'Étour. IV, 1.
   Je ne le disais pas tout de bon, PASC. Prov. 8.
   Tout de bon, votre doctrine est bien commode, PASC. Prov. 5.
   Quelquefois en faisant semblant d'avoir compassion, elles l'ont tout de bon, PASC. dans COUSIN.
   Prenez-vous tout de bon des mesures pour commencer une nouvelle vie ?, MASS. Carême, Communion..
   Vous vous disiez à vous-même que vous mettriez, tout de bon, ordre à votre conscience, MASS. Carême, Samaritaine..
   Me trouvé-je plus disposé à commencer tout de bon l'ouvrage de mon salut ?, MASS. Carême, Parole de Dieu..
   Tout de bon, ne pouviez-vous plus rire, après que vous eûtes descendu dans l'antre de Trophonius ?, FONTEN. Parménisque, Théocrite..
   Au lieu de tout de bon, seul consacré par le bon usage, le peuple dit pour de bon : jouons pour de bon.
   Coûter bon, c'est-à-dire coûter un bon prix ; coûter cher, au propre et au figuré.
   Oh ! que la complaisance que j'ai eue pour ses folies me coûte bon !, SCARR. Rom. com. I, 13.
   Il en coûta bon au père du comte de la Marck pour se faire réhabiliter à la succession de son père, SAINT-SIMON 76, 248.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
1.BON, s. m. Ajoutez :
10°   Populairement et très incorrectement. Pour de bon, sérieusement, véritablement.
   V. Jacquemont a dit : pour le bon. Dites si ce n'est pas là de la couleur locale pour le bon, Lettres, t. I. p. 123, édit. in-12, 1841.
11°   Tout à bon, ancien synonyme de tout de bon.
   Tout à bon, je pense que..., Mlle DE SCUDÉRY [1644], p. 153, édit. Rathery et Boutron, Paris 1873.
————————
bon 2.
adv.
   De la bonne manière, bien. Sentir bon, avoir une odeur agréable.
   Tenir bon, résister, se soutenir.
   Comment tenir bon Contre ce dernier adversaire ?, LA FONT. Coupe..
   Le seul Mathatias tint bon contre les autels étrangers, MASS. Vices..
   Les autres six chevaux ont tenu bon jusques ici, SÉV. 56.
   Oui, partout de son nom chaque place munie Tient bon contre le vers, en détruit l'harmonie, BOILEAU Ép. IV.
   Terme de fauconnerie. Voler bon, être bien dressé ou affaité, en parlant des oiseaux de proie.
   Bon ! bon ! exclamation qui exprime la surprise et, en plus, l'approbation ou le désappointement. Bon ! vous arrivez bien. Allons bon ! je me suis encore trompé.
   Ne parlez pas ainsi. Bon ! vous voulez m'en faire accroire.
   Bon ! bon ! il a de l'argent de reste pour se tirer d'affaire, LESAGE Turc. V, 16.
   Xe s.
   Buona pulcella fut Eulalia, Eulalie.
   XIe s.
   Dist Blancardins : mout bon plait en avrez, Ch. de Rol. VI.
   Franceis sont bon, si ferront vassalment, ib. LXXXIII.
   Après [il] escrie : cil sont bon à confondre, ib. CXV.
   XIIe s.
   Une bone cité, Ronc. p. 19.
   Ainc n'ot [il n'y eut] si buen [haume], ib. p. 30.
   Nos bons Franzois n'ont cure de fuïr, ib. p. 60.
   Bon sont à vaincre, de verté le sachez, ib. p. 70.
   Sempres sera son bon droit desrainiez [soutenu], ib. p. 12.
   Les deux boens pailes gentement [elle] raloua, ib. p. 174.
   Ma seror te donai par bone volonté, ib. p. 198.
   Mais à dame de valor, Bele et bone et acesmée [parée], Couci, I.
   Amer [aimer] toute la meillor Qui soit par les bons louée, ib..
   [Cela] Me fait ressouvenir De là où tuit mi bon desir Sont et seront jusqu'au mourir, ib. XVIII.
   Merci [je] lui cri, qu'onc ne fis vilenie ; Car vilains fait bone amour desevrer, ib. XXII.
   De ce [je] sui en bone atente Que je son homage [amoureux] pris, DAME DE FAIELE, dans Couci.
   Beaus services ne sera jà peris à fin amant qui en bon lieu l'emploie, Couci, p. 124.
   Se vous ma volonté et mon bon voulez faire, AUDEFR. LE BAST. Romancero, p. 22.
   Car s' [si] un seul jour à mon bon [je] vous avoie [avais], ib. p. 28.
   Puis [elle] lui a son vouloir et son bon enchargé [l'a chargé de ses intentions], ib. p. 33.
   [Les deux statues] Si disoient par nigromance De tout leur bon, de leur enfance, ib. p. 59.
   Et s'eles [les dames] font, par mal conseil, folage, à lasches gens et mauvais le feront ; Car tuit li bon iront en cest voiage [croisade], QUESNES Romancero, p. 94.
   Nuls ne pourroit de mauvaise raison Bone chanson ne faire ne chanter, ib. p. 100.
   On ne connoit boin servise, Tant qu'on ait autre esprouvé, AUBOINS DE SEZANNE ib. p. 127.
   Li dux Miles le voit, ne lui fu mie bon, Sax. VIII.
   Quant li cuens les i sut, moult lui fu bel et bon, ib. XXII.
   Et s'il dit que jo ne li plais, prest sui, face de mei tut sun bon, Rois, 176.
   Alsi com ce est grevalz pechiez nient estre bon entre les bons, alsi est-ce granz los estre bon entre les malz, Job, 441.
   Cume bons est li rois d'Israel à icels chi sunt de dreit cuer, Liber psalm. p. 95.
   XIIIe s.
   Conquise [la reine Blanche] en a la justice romaine [la cour de Rome], Si qu'ele fait les bons pour maus [mauvais] tenir, HUES DE LA FERTÉ Romancero, p. 184.
   Il furent bon ami sans mal et sans envie, Berte, II.
   L'un ot nom Carloman, qui fu de bonne vie, ib. II.
   Il fait moult bon bien faire, plus n'en puet on porter [emporter], ib. III.
   Fille, dist la roÿne, bon gré [je] vous en saurai, ib. VII.
   [Il étoit] Preus et loiaus et sages et de bon escient, ib. IX.
   Car de li [elle] honorer a chascuns bon talent, ib..
   Seigneur, ce dist Tybers, cist conseil est mout bons, ib. XXIII.
   Elle ert [était] sage et courtoise et de bone maniere, ib. XL.
   De bone part [elle] lui sembla, si en a grant pitié, ib. XLV.
   Bone gent [ils] sont et sage et de grant renommée, ib. XLVI.
   De bon lieu [famille] [elle] est venue, par amour pensez ent, ib. XLVII.
   [Dieu] Lui a cestui lundi envoié bone estraine, ib. L.
   Mout souvent [elle] prie Dieu qu'il envoit bone fin [à] Celui qui...., ib. LV.
   Et ses filles andeus [toutes deux], Diex leur doint bon destin, ib. LV.
   Bon se feroit garder, qui pourroit, de mesfaire, ib. LXIX.
   Bon fust que gehesist [elle avouât] [ce] que Berte est devenue, ib. XCI.
   Le bon roy de Hongrie, qui le poil ot chenu, ib. CXXIII.
   Vilain, fait Renart, je n'ai cure De tes poucins, tuit soient ton ; Mès se tu veus faire mon bon, J'auré le coc que je demant, Ren. 5332.
   Oïl, dam le Deu le vos mire ; C'est bon gré Deu et maugré vostre, ib. 21691.
   Moult me delite en ma pensée, Et me resbaudissent li membre, Quant de mon bon tems me remembre, la Rose, 13140.
   Ce ne di-ge pas por les bonnes [femmes], Qui sor vertus fondent lor bonnes [bornes, règles], Dont encor n'ai nules trovées, Tant les aie bien esprovées, ib. 9950.
   Si est bon qu'on sace, quant on veut faire demande, à quel segneur on en doit traire, BEAUMANOIR VI, 33.
   Or veons, après ce que noz avons parlé des degrés de lignage, de cix qui tiennent heritages par cause de bone foi, ib. XX, 1.
   Ne ce n'est pas bon à soufrir que li povre paient l'aisement que li rice ont es chozes communes, ib. XXV, 17.
   On doit croire que chascuns est bons, dusqu'à tant que li contraires est provés, ib. VI, 29.
   Mais tous voirs [vérité] n'est pas bon à dire, Contenance des femmes.
   XIVe s.
   Par aventure n'est-ce pas une meisme chose estre bon home et estre bon citoien, ORESME Eth. 145.
   Ainssin fasoit Girars, es bons prenoit exemple, Girart de Ross. 2996.
   Avec Bertran estoit de Beaumont sire Alain, Et Jehan de Beaumont qui fu bon de la main, Guesclin. 18352.
   Bertrans vint à Henry le riche roi de non, Les nouvelles lui dit du noble roi Charlon ; Et quant Henry le sceut, ne lui vint mie à bon, ib. 16939.
   Ains a dit à Bertran : nous recommenceron. Je le vueil, dit Bertran, j'en ferai vostre bon, ib. 1816.
   XVe s.
   Si firent leur fete par trois jours des bourgeois de Nantes et de bonnes gens de là entour, au mieux qu'ils purent, FROISS. I, I, 148.
   Ainsi gist la ville d'Audenarde ; il n'y fit oncques si bon [pour la surprendre] qu'il fait maintenant, FROISS. II, II, 213.
   Et le meilleur et le plus bon conseil que on vous puist donner, c'est que vous fassiez bien garder vos cités et bonnes villes, FROISS. III, IV, 20.
   Et entendirent [les Anglois] à emplir leurs malles de tout bon et de tout bel, dont ils avoient grant foison, FROISS. II, II, 215.
   Si se rafreschirent, et puis s'en partirent [de la ville], quand bon leur sembla, FROISS. II, II, 220.
   Le bon doit amer et affecter le bon, le noble le noble, le vertueux le vertueux, par la consemblableté de mesure qui est entre eux, G. CHASTELAIN Exposition sur vérité mal prise..
   Rien ne m'est bon ; n'autre bien n'assaveure, Fors seulement l'attente que je meure, AL. CHARTIER Compl. contre la mort..
   Et se de mes biens je despens Souventeffoiz à grant largesse, Quant bon me semble, les suspens, CH. D'ORL. Bal. 90.
   C'est beau debat que de deux bons, CH. D'ORL. Rondeau..
   Puisqu'il vous plait que je die de bon [tout de bon], Je le feray à vo commandement, E. DESCH. Conseils aux dames..
   Après furent desnués et devestus grande partie des morts, et fut pris ce qu'il y avoit de bon, MONSTREL. Liv. II, ch. 20.
   Les gens d'armes firent leurs monstres au long de la dite ville, ce qui faisoit bien bon à voir, J. DE TROYES Chron. 1465.
   Ma femme se dict mal porveue, Que je perts les byens et la veue, à force de boire du bon, BASSELIN Vau de Vire, 38.
   Et en ce montra bien son bon sens et advis et grande bonté, Bouciq. I, ch. 30.
   Quand le grand maistre de Rhodes vit que c'estoit à bon, ib. II, ch. 14.
   Entre les conseilliers se trouvent tousjours largement de bons et notables personnages, COMM. I, 6.
   Pour tout ce fournir et parfaire, J'ordonne mes executeurs Ausquelz faict bon avoir affaire Et contentent bien leurs debteurs, VILLON Gd Testam. Rond..
   Finalement en escrivant, Ce soir seullet estant en bonne, Dictant ces laitz [chansons] et descripvant, Je ouyz la cloche de Sorbonne, VILLON Petit Testam..
   Et voudroit qu'il lui eust cousté bonne chose, et qu'il eust trouvé homme qui bien lui sust oster, LOUIS XI Nouv. LXIV.
   XVIe s.
   Vous ne poviez à heure venir plus opportune, nostre maistre est en ses bonnes : nous ferons tantoust bonne chiere, RAB. Pant. IV, 12.
   Je pense que il luy coustera bon, dont il se passast bien en la paourté où il est, RAB. Épi. 1.
   Bonne [grande] partie de la ville, MONT. I, 27.
   Si la memoire m'eust tenu bon [si j'eusse eu bonne mémoire], MONT. I, 34.
   Une bonne peur, MONT. I, 64.
   Comme lorsqu'il va de bon [qu'on joue sérieusement], MONT. I, 108.
   Un jeune homme d'une bonne maison, MONT. I, 128.
   Tenir bon à [lutter contre], ID. 125.
   Ô le bon homme [vir probus] !, MONT. I, 142.
   Le bon homme [il parle de son père], MONT. I, 196.
   Sentir bon, MONT. I, 391.
   Elle se donnoit de bons coups de poinçon dans le bras, MONT. I, 309.
   Il faict bon traduire les aucteurs comme celuy là, MONT. II, 137.
   Quand on est attainct d'une bonne fiebvre, MONT. IV, 67.
   Afin de leur vendre bon les plaisirs qu'ils se promettent, YVER p. 578.
   Les collecteurs ne doivent estre tenus de faire le mauvais bon [de payer pour les contribuables insolvables], LOYSEL 914.
   Lucullus y renvoya encore un autre de ses lieutenans, Adrianus, avec une bonne troupe, AMYOT Lucull. 30.
   Ilz estoient fort bons et grands amis, AMYOT ib. 84.
   Les deux premiers jours Caesar teint bon pour Ciceron, mais le troisieme il se laissa aller, et l'abandonna, AMYOT Cicéron, 58.
   La joye d'un roy en prosperité ne se cache point, ny son rire quand il est en ses bonnes, AMYOT De la curios. 8.
   Vous n'allastes plus connillant, ny à cachettes ; vous vous declarastes tout à bon, Sat. Mén. p. 125.
   J'ay trouvé bon la censure de l'Escole de Medecine de Paris.... [édit. orig. les autres édit. mettent bonne], PARÉ XX, Préf..
   Picard, boin ; Berry, boun, boune ; provenç. bon ; catal. bo ; espagn. bueno ; portug. bom ; ital. buono ; du latin bonus, anciennement buonus, qu'on dit être le même que fonos dans les Tables Eugubines. On remarquera, dans l'historique, le mot bon employé substantivement pour signifier ce qu'on désire ; il n'est pas sûr que ce soit l'adjectif bon détourné de son sens et de son emploi ; il se pourrait que ce fût un mot germanique : anglo-sax. bén ; ancien scand. bôn, boen ; suéd. et dan. bön, demande, prière ; anglais, boon, don, faveur.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
2. BON. Ajoutez :
   Bons à trois cinq, à cinq dix, etc. bons non remboursables pendant trois ou cinq ans, et remboursables, à la volonté du gouvernement, pendant les deux années pour le bon trois cinq, ou les cinq années pour le bon cinq dix, restant à courir.
   Je ne suis point du tout l'inventeur ni l'importateur en France du système américain dont il a parlé, c'est-à-dire les bons à trois cinq et les bons à cinq dix.... il s'agissait d'emprunter cinq cent millions pour pourvoir aux premières nécessités de la guerre ; ces mots un peu barbares de trois cinq et de cinq dix ne furent pas compris par le public, MAGNE Journ. offic. 17 juin 1873, p. 3937, 3e col..
————————
bon 3.
(bon) s. m.
   Autorisation de payer pour le compte de celui qui l'a signée. Bon d'un banquier. Bon de caisse. Bon sur le trésor.
   Le roi crut les faire [les fonctions de surintendant] par les bons et les signatures dont Colbert l'accabla, SAINT-SIMON 365, 71.
   On met sur les billets à ordre : bon pour (la somme de....).
   Fig. Mettre son bon à tout, être d'une extrême facilité.
   Billet qui autorise à recevoir une certaine chose ; garantie écrite. Bon de pain, bon pour une certaine quantité de pain.
   Bon, adj.
————————
bon, bonne
(bon, bo-n'. L'n ne se lie pas quand bon n'est pas devant son substantif : il est bon et brave, dites : bon et brave ; mais l'n se lie quand bon est devant son substantif : un bon ami, dites : un bo-n ami ; au pluriel l's se lie : de bons amis, dites : de bon-z amis) adj.
   Qui réunit les qualités de son espèce. Bonne monnaie. Une bonne terre, une terre fertile. Bonne vue. Avoir l'oreille bonne. Cet homme a une bonne constitution. Bon dîner. De bonnes troupes. Bonne mémoire. Bonne réputation. Bon discours. Bon naturel. Avoir une bonne prononciation. Un bon cheval. Un bon chien de chasse. Un bon voilier, en parlant d'un vaisseau. Une bonne armée.
   Les mânes indignés de tant de bons soldats Contre ma lâcheté ne murmureraient pas, ROTR. Antig. I, 6.
   Avoir beaucoup de bons hommes et des terres bien cultivées, FÉN. Tél. XVIII.
   Ce roi vit un troupeau qui couvrait tous les champs, Bien broutant, en bon corps, rapportant tous les ans, Grâce aux soins du berger, de très notables sommes, LA FONT. Fabl. X, 10.
   ....Je suis bonne soeur si vous n'êtes bon frère, CORN. Pomp. II, 3.
   Le prince est vertueux, et vous êtes bon père, CORN. Nicom. II, 1.
   Il est trop bon mari pour être assez bon père, CORN. ib. III, 4.
   Je viens en bon sujet vous rendre le repos, CORN. ib. V, 10.
   Souffrez qu'un bon sujet vous fasse souvenir Que vous plaignez beaucoup ce qu'il vous faut punir, CORN. Hor. V, 2.
   Mais ou vous n'avez pas la mémoire fort bonne, Ou vous n'y mettez rien de ce qu'on vous ordonne, CORN. Nicom. III, 6.
   ...J'ai d'assez bons yeux pour voir ce que je fais, CORN. Sertor. II, 2.
   Ai-je de bons avis ou de mauvais soupçons ?, CORN. Cinna, V, 1.
   Et de pareils amis en bonne politique...., CORN. Nicom. II, 3.
   Je leur fais bonne guerre et n'en proscris pas un, CORN. Sert. III, 2.
   Que si Dieu ne dédaigne pas de juger ce qu'il a créé, et encore ce qu'il a créé capable d'un bon et d'un mauvais choix, BOSSUET Anne de Gonz..
   Comment ont-ils deviné que tout ce qu'on pense de ce premier être lui soit indifférent, et que toutes les religions qu'on voit sur la terre lui soient également bonnes ?, BOSSUET Anne de Gonz..
   Il y a et il y aura toujours à Paris beaucoup de jeunes gens qui font et qui feront très joliment des vers, mais ce n'est pas assez de les faire bons, il y faut un je ne sais quoi qui force à les retenir par coeur, VOLT. Lettr. Mme du Deffant, 30 mars 1775.
   Bon compagnon, bon vivant, homme qui est agréable dans les parties de plaisir et qui y prend part volontiers.
   Bon garçon, bon diable, termes familiers qui désignent un homme commode et facile à vivre.
   Faire contre mauvaise fortune bon coeur, bien supporter un revers.
   Faire bonne mine à mauvais jeu, dissimuler le mécontentement qu'on éprouve, le mauvais état où l'on est.
   Familièrement. Le bon temps, le temps passé.
   Le conte est du bon temps, non du siècle où nous sommes, LA FONT. Fabl. X, 10.
   Se donner du bon temps, se divertir.
   De bons moments, des moments heureux. J'ai passé avec vous de bons moments.
   Il n'a pas la tête fort bonne, c'est un esprit peu judicieux, et même quelquefois sa raison est dérangée.
   Je crains que la tête du pape ne soit pas fort bonne, BOSSUET Lettr. Quiét. 136.
   Avoir bon pied, être bon marcheur. Avoir bon pied, bon oeil, bien marcher et bien voir, et fig. avoir de l'activité, de la vigilance.
   Ironiquement. Une bonne langue, une personne qui dit du mal d'autrui.
   Faire le bon apôtre, contrefaire l'homme de bien.
   C'est bon, c'est-à-dire j'y consens ; laissons cela. C'est bon, il suffit. C'est bon, j'ai compris. C'est bon, il me le payera ; je m'en vengerai.
   Absolument. Il est bon, cela est bien imaginé.
   Par ma barbe ! dit l'autre, il est bon, et je loue Les gens bien sensés comme toi, LA FONT. Fabl. III, 5.
   Terme de marine. Bon frais, vent assez fort, mais favorable. Bon plein, vent arrière qui remplit bien toutes les voiles. Bon bord, celui qui, quand on louvoie, se rapproche le plus de la route à faire. Faire bon bras, brasser les vergues du côté du vent. Faire bonne main, amarrer un cordage roide et sans en rien filer. Le bon bout d'un grelin, celui qui est à bord lorsqu'on toue sur ce grelin ; et fig. le côté favorable d'une chose. Dans cette affaire il a le bon bout. Bonne tenue, fond solide sur lequel l'ancre tient bien.
   Terme de manége. Galoper du bon pied, se dit d'un cheval qui, se mettant au galop, part du pied droit. Mettre un cheval sur le bon pied, le faire partir du pied droit.
   Fig. Mettre quelqu'un sur le bon pied, le réduire à faire ce qu'il doit, et aussi le mettre en une position avantageuse. Être dans le monde sur un bon pied, sur le bon pied, avoir une position avantageuse.
   Strict, exact, rigoureux.
   Puisqu'on fait bonne garde aux murs et sur le port, CORN. Cid, II, 7.
   On vous rendra bon compte et des deux rois et d'elles, CORN. Attila, III, 1.
   Exécutez cet ordre et m'en rendez bon compte, ROTR. Bélis. V, 5.
   Habile. Bon pilote. Bon poëte. Bon architecte. Bon orateur. Apprendre la législation sous un bon maître. Bon général. Bon politique.
   Heureux, favorable. Bonne nouvelle. Bon résultat. Avoir une bonne issue. La bonne fortune. Bon augure. C'est bon signe que.... Notre bonne étoile. La bonne aventure. La récolte a été bonne.
   Ne crains pas de succès qui souille ta mémoire ; Le bon et le mauvais sont égaux pour ta gloire, CORN. Cinna, I, 3.
   Madame, toutefois parmi leurs bons succès, Vous montrez un chagrin qui va jusqu'à l'excès, CORN. Cid, I, 4.
   Et les noeuds de l'hymen, durant nos bons destins, CORN. Horace, V, 2.
   Et quand même l'issue en pourrait être bonne, CORN. Héracl. II, 7.
   Ne nous brouillons point avec nos bons destins, CORN. Sertor. IV, 2.
   Voyez qu'un bon génie à propos nous l'envoie, CORN. Hor. I, 1.
   Familièrement. Cela ne dit rien de bon, cela n'est pas de bon augure.
   Ce portrait ne nous dit rien de bon, MOL. Sgan. 6.
   Prendre les choses en bonne part, les prendre dans un sens favorable.
   Avoir bonne opinion de quelqu'un, en parler favorablement.
   Ne pensez-vous pas que la bonne opinion de soi-même et la complaisance qu'on a pour ses ouvrages est un des péchés les plus dangereux ?, PASCAL Prov. 9.
   Bonne année, année favorable. Souhaiter la bonne année, faire, au 1er janvier, un compliment par lequel on souhaite que l'année qui commence soit heureuse.
   Bonne année, année où les récoltes, les biens de la terre sont abondants.
   Bon an, mal an, en compensant les années improductives par les années productives. Il tire de son exploitation, bon an, mal an, dix mille francs.
   Il se dit des dispositions, des manières, de l'air. Il est en bonne humeur. Vous avez bon visage ce matin.
   Si je l'entretins hier et lui fis bon visage, CORNEILLE Hor I, 3.
   Ironiquement.
   Oh ! la bonne figure ! Parbleu ! le voilà bon avec son habit d'empereur romain !, MOL. D. Juan, III, 6.
   Avantageux, utile, convenable, salutaire. Bonne résolution. Il avait pris le bon parti. Donner un bon conseil. Offrir une rade assez bonne. Bon pour la santé. Bon air, air sain. Bon remède. Eaux très bonnes pour l'estomac. Le quinquina est bon contre la fièvre. Il n'est jamais bon de faire le mal.
   Il est bon de repasser dans son esprit.... Il est bon qu'un mari nous cache quelque chose, CORN. Poly. I, 3.
   Il est bon cependant de la faire saisir, CORN. Héracl. IV, 2.
   Trouver bon, approuver.
   Trouvez bon qu'avec vous mon coeur s'ose expliquer, CORN. Pomp. IV, 2.
   Pour le mieux admirer, trouvez bon, je vous prie, Que j'apprenne de vous les troubles de Syrie, CORN. Rodog. I, 1.
   Trouvez bon que je vous assure que...., SÉV. 4.
   Comme bon vous semble, c'est-à-dire à votre volonté.
   Pour entrer dedans quand bon vous semblerait, PASCAL Prov. 9.
   Usez-en comme bon vous semble, CORN. Agés. IV, 6.
   Bon plaisir, consentement, agrément. Je ne le ferai que si c'est votre bon plaisir.
   Dans un sens défavorable, bon plaisir, volonté absolue, capricieuse ; se dit aussi des gouvernements absolus : le régime du bon plaisir.
   À quoi bon, pourquoi.
   Éclatez, mes douleurs ; à quoi bon vous contraindre ?, CORN. Hor. IV, 4.
   Molière a dit à quoi bon de.
   Ah ! j'enrage ! à quoi bon de te cacher de moi ?, MOL. Fâch. III, 4.
   À quoi bon de dissimuler ?, MOL. Sicil. 7.
   Propre à. Manteau bon pour toutes les saisons. Terrain bon pour la vigne. Eau bonne à boire. Bon à manger. Moisson bonne à couper. Homme qui est bon à tout. Homme qui n'est bon à rien. Une telle maxime n'est bonne qu'à détruire l'amitié. Toute vérité n'est pas bonne à dire.
   En vain nous appelons mille gens à notre aide, Plus ils sont, plus il coûte, et je ne les tiens bons Qu'à manger leur part des moutons, LA FONT. Fabl. XI, 1.
   Ah ! maudit animal [chien] qui n'es bon qu'à noyer ! Que n'avertissais-tu dès l'abord du carnage ?, LA FONT. ib. II, 3.
   Quel chagrin pour moi de ne vous être bonne à rien !, SÉV. 415.
   Je la trouve bonne contre la tristesse, SÉV. 226.
   Et toute médecine à tout mal n'est pas bonne, RÉGNIER Sat. I.
   [La richesse] Quand elle vient sans les grandeurs, Est bonne à quelque chose, BÉRANGER Éloge de la richesse..
   La vertu même.... c'est une bizarrerie d'humeur.... un parti bon à quelque chose, quand on n'est plus soi-même bon à rien, MASS. Profession religieuse, sermon 1.
   Familièrement.
   Refuser ce qu'on donne est bon à faire aux fous, MOL. Dép. am. I, 2.
   C'est bon à vous d'agir et de parler ainsi, il vous convient particulièrement de, etc.
   Solide ; qui a du crédit, de la fortune ; qui est garanti. Une bonne caution. Il a de bons revenus. Dix bonnes mille livres de rente. Une bonne maison de commerce. Faire une bonne maison, amasser du bien.
   Faire une dette bonne, s'en porter caution. Faire bonne garantie. Être bon pour pouvoir payer.
   Je prends sur moi sa dette et je vous la fais bonne, CORN. D. San. I, 3.
   Vous savez que je suis bon pour cette somme, HAMILT. Gramm. 11.
   Il [le capitaine garde-côte] se contenterait des gages de la charge pour tout intérêt de la somme, et sans être [sans que nous soyons] tenus de les lui faire bons, au cas qu'ils ne fussent pas payés, SAINT-SIMON 304, 224.
Substantivement.
   Vous pouvez compter sur 50 pistoles, je vous en fais bon, LESAGE Diable boiteux, II, 194.
   Fig.
   Je vous fais bon seulement de mon coeur, et vous réponds d'une sincérité pareille à la vôtre, BALZ. Liv. V, Lett. 20.
   Cela donnait mauvaise opinion de son esprit, et son esprit faisait bon sur tout ce que l'on en croyait, HAMILT. Gramm. 9.
   Bon argent, de la monnaie qui est bonne, qui a cours ; et figurément :
   Quoi ! tu prends pour de bon argent ce que je viens de dire !, MOL. Don Juan, V, 2.
   Jouer bon jeu, bon argent, se dit quand, le jeu étant bon, il faut que l'argent le soit aussi et que l'on paye si l'on perd.
   Fig. À bonnes enseignes, à juste titre, avec toute garantie. Je ne le ferai qu'à bonnes enseignes.
   Grand, considérable. Une bonne provision de livres. Une bonne partie de l'entretien. Une bonne partie de ces contrées. Boire de bons coups. Il a reçu un bon coup.
   J'ai bonne envie de voir.... Je me trouvais avec un bon nombre de voyageurs de différentes nations, BERN. DE S. P. Voy. en Silésie..
   Fig. Avoir bon courage, être plein de courage.
10°   Choisi, distingué, noble, élevé. Bonne famille. Homme de bonne compagnie. Bons sentiments. Les bonnes études. La bonne société.
   Votre sang est trop bon ; n'en craignez rien de lâche, CORN. Hor. II, 6.
   Elle a le coeur trop bon pour se voir avec joie Le rebut d'un tyran dont elle fut la proie, CORN. Cinna, II, 2.
   Sachez que j'ai le coeur trop bon pour me parer de quelque chose qui ne soit point à moi, MOL. l'Av. V, 5.
   Il n'était fils de bonne mère Qui, les payant à qui mieux mieux [les vers], Pour ses ancêtres n'en fît faire, LA FONT. Fab. I, 14.
   Les bonnes fêtes, les jours de grandes fêtes.
   Dès qu'il [le chancelier] alla, après la mort de sa femme, à l'institution des pères de l'Oratoire, dans un petit appartement qu'il y avait, où il se retirait les bonnes fêtes...., SAINT-SIMON 358, 226.
   Que d'une serge honnête elle ait son vêtement, Et ne porte le noir qu'aux bons jours seulement, MOL. Éc. des maris, I, 2.
   Un bon bourgeois, un bourgeois honorable, et aussi un simple bourgeois.
   Son père, un bon bourgeois, lui sans autre mérite, LA FONT. Fables, I, 14.
   Bonne ville, nom que l'on donnait, dans l'ancienne monarchie, à un certain nombre de villes importantes.
   Une députation au roi pour le supplier de revenir en sa bonne ville de Paris, RETZ IV, 231.
11°   Honnête, vertueux, juste, droit, raisonnable, sensé. De bons jeunes gens. Bonnes moeurs. La bonne cause. Tous les moyens de vaincre étaient bons pour lui. Le bon droit. La bonne foi. Ces raisons, bonnes ou mauvaises. Bon sens. De bonnes inclinations. Une bonne doctrine.
   Il croit récompenser une bonne action, RAC. Esth. III, 1.
   Quel forfait trouvez-vous en sa bonne conduite ?, CORN. Hor. IV, 2.
12°   Plaisant, spirituel. Un bon mot. Bonne repartie. Bon conte. Bonne histoire. Bonne farce.
   [Qui] Glose sur les habits et sur la gentillesse, Se plaît à l'entretien, commente les bons mots, RÉGNIER Sat. v..
   Vous dites des bons mots et moi je fais de mauvais contes, VOLT. Lett. Mme du Deffant, 7 mars 1764.
   Dans un pays où faire rire c'est presque toujours avoir raison et où les combats littéraires les plus graves se décident le plus souvent à coups de bons mots, VILLERS Kant, p. 153.
13°   Qui a de la bonté. Un bon roi. Auprès d'un homme aussi bon. Femme bonne et enjouée. Bonne mère. Bon père. Bon pour ses parents. Être bon pour quelqu'un. Tu es trop bon pour lui. Vous êtes bien bon, formule de remercîment. Il est trop bon d'avoir cette opinion de moi. Bonnes dispositions envers quelqu'un. Perdre les bonnes grâces de quelqu'un.
   .... Vous êtes si bonne Que vous me conservez la vie et la couronne, CORN. Pomp. IV, 2.
   Votre compassion, lui répondit l'arbuste, Part d'un bon naturel, LA FONT. Fab. I, 22.
   Vous dites que tous les hommes ne peuvent pas être grands, mais que tous peuvent être bons, VOLT. Lett. Marmontel, 1er nov. 1769.
   On a surpris sa bonne foi ; on lui a volé quinze mille francs ; dans le fond, il est trop bon, LESAGE Turc. III, 9.
   Son mari est bon homme, SÉV. 507.
   Qui est janséniste et pourtant fort bon homme, PASC. Prov. I.
   Dont il aurait eu horreur, car il est bon homme, PASC. Prov. 8.
   Mon fils nous amuse et nous est très bon, SÉV. 236.
   L'essentiel est d'être bon aux gens avec qui l'on vit, J. J. ROUSSEAU Ém. I.
   Je suis bon, je suis bien bon de l'écouter, c'est-à-dire je pousse la bonté, la complaisance trop loin en l'écoutant.
   Ah ! vraiment je suis bonne De leur ouvrir ma porte ; Ils pensent que je suis Fort en peine de ma personne, LA FONT. Fab. VII, 5.
   Être de bonne composition, être d'une humeur, d'un caractère facile, et aussi n'avoir pas la fermeté ou la probité nécessaire.
   Le bon Dieu, Dieu considéré comme l'être bon par excellence. Un bon Dieu, une image du Christ, ou un crucifix.
   Combien.... De milliers d'autres petits prêtres Qui portent de petits bons Dieux !, BÉRANG. Infiniment petits..
   Ironiquement et familièrement. Il est bon là, avec les propositions qu'il nous fait, il a tort de nous faire de telles propositions. Je vous trouve bon de parler ainsi.
   Bon cela ! formule d'approbation.
14°   Simple, crédule. Bon homme, homme simple. Vous êtes trop bons de croire ce que dit chacun.
   Nos petits enfants nous traiteront de bonnes gens, comme nous traitons nos pères d'imbéciles, VOLT. Dial. 21.
   Voilà mille et mille bonnes gens qui n'en voient pas l'importance, BOSSUET Avert..
   La bonne dupe que M. Turcaret !, LESAGE Turc. IV, 9.
15°   Souvent il sert uniquement à donner de l'énergie à l'expression par une idée d'augmentation. Il en a augmenté le nombre d'une bonne moitié. J'ai fait quatre bonnes lieues. J'ai attendu un bon quart d'heure.
   .... Fallut deviner et prédire, Mettre à part force bon ducats, LA FONT. Fab. VII, 15.
   Hé, la bonne effrontée !, MOL. Sgan. 6.
   Oses-tu bien paraître devant mes yeux après tes bons déportements ?, MOL. Scapin, I, 4.
   Je saisis cette occasion de lui en parler [à la duchesse d'Orléans] une bonne fois pour toutes, SAINT-SIMON 273, 195.
   Bon poids, bonne mesure, poids, mesure qui sont plutôt au delà qu'en deçà du poids, de la mesure exacte.
16°   Il s'emploie comme terme affectueux. Une bonne vieille. Ma bonne petite.
   Je ne vous ferai pas plus de compliment que le bon père [jésuite] m'en fit la dernière fois que je le vis, PASC. Prov. 9.
   Et substantivement, mon bon, ma bonne, terme de caresse et d'amitié.
   De s'entendre appeler petit coeur ou mon bon, BOILEAU Sat. X..
   Ma bonne a aussi quelquefois un sens de dédain ou de supériorité.
   Payons de hardiesse.... je ne vous connais pas, ma bonne, LESAGE Turcaret, V, 9.
   .... Je n'y veux point aller, De peur qu'elle ne vînt encor me quereller ; Que cette bonne femme.... - Ah ! certes, c'est dommage Qu'elle ne vous ouît tenir un tel langage ; Elle vous dirait bien qu'elle vous trouve bon, Et qu'elle n'est point d'âge à lui donner ce nom, MOL. Tart. I, 2.
17°   Terme de commerce. Bon à payer. Bon pour mille francs.
   Par analogie, billet bon pour une personne, pour deux personnes, billet d'entrée dans un théâtre pour une, pour deux personnes.
18°   Terme d'imprimerie. Bon à tirer, mot qu'on écrit sur la dernière épreuve pour indiquer qu'une feuille peut être tirée ; et, substantivement, un bon à tirer, des bons à tirer.
   Bonne feuille, feuille d'un ouvrage tirée sur le papier définitif.
19°   Bonne au féminin employé dans diverses locutions. La bailler, la donner bonne, tromper quelqu'un, lui faire pièce.
   Vous me la donnez bonne, LA FONT. Magn..
   La garder bonne, garder rancune.
   M. du Maine n'osa répondre une parole [à M. d'Elboeuf] ; sans doute qu'il la lui garda bonne, SAINT-SIMON 30, 98.
   En dire de bonnes, en écrire de bonnes, faire des reproches de vive voix ou par écrit.
   Mme du Châtelet va vous en écrire sur cela de bonnes, VOLT. Lett. vers, 51.
   Votre Majesté lui en dirait de bonnes sur l'horreur d'avoir excité une guerre civile, VOLT. Lettr. à Catherine, 20.
   Courte et bonne, se dit de la vie d'un homme qui l'use rapidement dans les plaisirs.
   À la bonne, naïvement, sans façon.
20°   À la bonne heure, à propos. Il est arrivé à la bonne heure.
   À la bonne heure est aussi une phrase d'acquiescement. Vous le voulez, à la bonne heure ; que cela se fasse.
21°   De bonne heure, tôt, par opposition à tard.
PROVERBES
   À quelque chose malheur est bon, c'est-à-dire quelque avantage provient d'un accident fâcheux.
   Quand le malheur ne serait bon Qu'à mettre un sot à la raison, Toujours serait-ce à juste cause Qu'on le dit bon à quelque chose, LA FONT. Fab. V, 7.
   Après bon vin, bon cheval, c'est-à-dire quand on a un peu bu, on est plus hardi.
   À tout bon compte revenir, c'est-à-dire on doit toujours être reçu à recommencer un calcul pour s'assurer s'il est exact.
   À bon chat, bon rat, c'est-à-dire bien attaqué, bien défendu.
   N'être bon ni à rôtir ni à bouillir, n'être propre à rien.
   Il n'est pas bon à jeter aux chiens, c'est-à-dire on ne veut pas de lui, on le condamne, on le repousse.
   Une bonne fuite vaut mieux qu'une mauvaise attente, c'est-à-dire il vaut encore mieux prendre la fuite, si le cas l'exige, que d'attendre par imprudence ou par opiniâtreté.
   Couvrez-vous, la chaleur vous est bonne, se dit à quelqu'un qui fait trop de cérémonies.
   Tout cela est bel et bon, mais l'argent vaut mieux, c'est-à-dire nous ne nous laisserons pas amuser à de belles promesses, à de vaines espérances.
   Aux derniers les bons, ce qui reste de quelque chose après que les autres ont choisi est souvent le meilleur.
   Il fait bon vivre, c'est-à-dire, on apprend toujours ; les plus habiles, les plus expérimentés ont encore quelque chose à apprendre.
   Il fait bon battre un glorieux, il ne s'en vante pas.
   Ce qui est bon à prendre est bon à rendre, manière de s'excuser : si j'ai pris à tort, je restituerai. En renversant le proverbe :
   ce qui est bon à prendre est bon à garder, BEAUMARCHAIS Barbier de Sév. IV, 1.
; c'est-à-dire on ne rend pas ce qui est une fois pris, reçu.Bon jour, bonne oeuvre, se dit d'une bonne action faite un jour solennel, et, ironiquement, il a volé le jour de Pâques, bon jour, bonne oeuvre.
   La drôlesse un matin s'en vint, bon jour, bonne oeuvre, Jusqu'à notre maison porter ce beau chef-d'oeuvre, RÉGNARD Démocr. V, 3.
   Aux bonnes fêtes, les bons coups, c'est-à-dire les malfaiteurs profitent des bonnes fêtes pour faire leurs coups.
   À bon entendeur salut, c'est-à-dire comprenez et faites votre profit.
   Les bons comptes font les bons amis, c'est-à-dire rien n'entretient mieux les bons rapports que de régler exactement les affaires d'intérêt.
   À bon vin point d'enseigne, c'est-à-dire il n'est pas nécessaire de vanter ce qui est bon.
   Les bons maîtres font les bons valets, c'est-à-dire il faut qu'il y ait de la douceur et de l'amitié réciproques entre les maîtres et les valets.
   1. Le comparatif de bon est meilleur et le superlatif est le meilleur ; et plus bon ou le plus bon sont des barbarismes : il est meilleur que moi ; et non, il est plus bon que moi ; le meilleur des hommes, et non le plus bon des hommes. " Cependant, dit M. Jullien, il suffit souvent de changer la construction de la phrase pour rendre correct ce comparatif composé. Personne n'hésiterait à demander si un vin est plus ou moins bon qu'un autre. Cependant cette phrase se résout analytiquement en plus bon et moins bon. On dirait de même qu'une tisane est plus qu'une autre bonne contre telle maladie, bien qu'on ne pût pas dire qu'elle est plus bonne que cette autre. "
   2. Acheter, vendre bon marché est incorrect ; il faut : acheter, vendre à bon marché.
   3. Il est arrivé à bonne heure est mauvais, et l'on doit dire : il est arrivé de bonne heure. à bonne heure, fort usité dans certaines provinces, n'a rien d'incorrect en soi (car la préposition à se dit avec heure), mais c'est une grave faute contre l'usage.
   4. Faut-il dire : de bons mots ou des bons mots ? La règle est d'employer de sans article quand le substantif est précédé de son adjectif ; par conséquent, de bons mots est la locution correcte ; mais, considérant bon mot comme un terme unique dû à l'usage, on pourra employer des, de même que l'on dit : des jeunes gens.
   1. UN BON HOMME, UN HOMME BON., Le sens change suivant la position de l'adjectif. Un bon homme, c'est un homme qui a de la bonhomie. Un homme bon, c'est un homme qui a de la bonté.
   2. DE BON GRÉ, DE BONNE VOLONTÉ, DE BON COEUR, DE BONNE GRÂCE. Ces quatre termes expriment l'acquiescement, mais non un acquiescement de même nature, puisque gré, volonté, coeur et grâce diffèrent. De bon gré exprime l'absence de contrainte et une détermination volontaire ; c'est l'opposé de malgré : on fait de bon gré ce qu'on ne fait pas malgré soi. De bonne volonté dit quelque chose de plus ; un homme de bonne volonté est un homme que sa volonté porte à faire ce qu'on lui demande ; non-seulement il n'y est pas contraint, mais encore il le veut lui-même. Avec de bon coeur, le coeur intervient, la volonté y est et de plus la cordialité et l'entrain qu'elle donne. Enfin de bonne grâce exprime que la grâce s'y joint : faire une chose de bonne grâce, c'est la faire sans qu'on ait besoin de nous prier et avec une manière qui rehausse le prix de ce qu'on fait.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bon — Bon …   Deutsch Wörterbuch

  • bon — BON, Bonne. adj. Qui a en soy toutes les qualitez necessaires à sa nature. Bon vin. bonne eau. bon air. bon cheval. bonne terre. bon fruit. bonnes cerises. bonnes poires, &c. bon blé. bonne avoine. bon pain. bon or. bon argent. En ce sens il se… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bön — [Although the Wylie transcription of the Tibetan spelling is just bon , the umlaut is conventionally added above the o to more nearly suggest the Tibetan pronunciation of the vowel.] (bo|t=བོན་|w=bon|l=pʰø̃̀(n)) is the oldest spiritual tradition… …   Wikipedia

  • Bon-po — Bön Le Bön (prononcer beun) est une religion tibétaine préexistant au bouddhisme. Ses adeptes sont les Bönpo (lignée Bön). De l’ensemble des pratiques animistes et chamanistes constituant le premier Bön (shes pa bcu gnyis) s’est dégagé au… …   Wikipédia en Français

  • Bon — BON, Bon, or bon can refer to:Places: * Cap Bon, a peninsula in Tunisia. * Flamingo International Airport, Bonaire, Netherlands Antilles. (IATA code BON )People: * Anna Bon, Russian/Italian composer and singer. * Bartolomeo Bon, Italian sculptor… …   Wikipedia

  • Bon — ist die älteste in Tibet praktizierte Religion, siehe Bön die Bezeichnung für einen Kassenbon eine venezianische Baumeisterfamilie, siehe Bartolomeo Bon ein alternativer Name für das japanische Obon Fest die Bezeichnung für einen Schokoriegel,… …   Deutsch Wikipedia

  • BON — ist die älteste in Tibet praktizierte Religion, siehe Bön die Bezeichnung für einen Kassenbon eine venezianische Baumeisterfamilie, siehe Bartolomeo Bon ein alternativer Name für das japanische Obon Fest Bon ist der Familienname folgender… …   Deutsch Wikipedia

  • bon — BON, bonuri, s.n. 1. Bilet provizoriu pe baza căruia se eliberează o marfă, un bun etc. 2. Hârtie de valoare emisă de stat sau de o instituţie financiară recunoscută de stat. ♢ Bon de tezaur = obligaţie emisă de stat pentru sumele împrumutate pe… …   Dicționar Român

  • bon — Bon, m. Se rapporte tantost aux moeurs et conditions de l homme, et selon ce on dit, Voila un bon homme, Eccum tibi virum probum, et tantost à la robusteté, vaillance et force du corps, selon ce on dit, Il est bon chevalier, bon homme d armes, c… …   Thresor de la langue françoyse

  • Bon — /bon/; Fr. /bawonn/, n. Cape, a cape on the NE coast of Tunisia: surrender of the German African forces, May 12, 1943. Also called Ras Addar. /bawn/, n. an annual festival of the Japanese Buddhists, welcoming ancestral spirits to household altars …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.