vexation


vexation
(vè-ksa-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
Action de vexer, de tourmenter.
   Et pour la seconde table [du Décalogue] qui regarde le prochain, nous attaquons tous les jours son honneur par nos médisances, son repos par nos vexations, son bien par nos rapines...., BOSSUET Sermons, Fond. veng. div. 1.
   Je n'ai connu que vexations, et j'espère bien en essuyer jusqu'à mon dernier jour, VOLT. Lett. d'Argental, 25 avr. 1764.
   Ce fut là le germe de cette haine inextinguible qui se développa depuis dans mon coeur, contre les vexations qu'éprouve le malheureux peuple et contre ses oppresseurs, J. J. ROUSS. Conf. IV.
   Pausanias, accusé de vexations envers les alliés, soupçonné d'intelligence avec les Perses, BARTHÉL. Anach. Introd. part. 2, sect. 2.
   Au sens passif, la vexation de, la vexation éprouvée par.
   Il est assez ordinaire à ceux qui sont en place, d'être peu touchés des vexations des personnes faibles et sans crédit, et de se rendre sourds à leurs plaintes, ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. IV, p. 130, dans POUGENS.
   XIIIe s.
   Ceu est à savoir des vexations e des injures e des vilanies faites aux nonains de la Bademoriere, Bibl. des ch. 4e série, t. IV, p. 79.
   XVe s.
   Vexation donne entendement, dit le sage, Jouvencel, f° 20, dans LEROUX DE LINCY, t. II, p. 498.
   XVIe s.
   Il ne se peut faire que nous ne soyons agitez d'une merveilleuse vexation en pensant à cela, CALV. Instit. 472.
   L'esprit se tenant tousjours en repos et en santé, non pas sans action, mais sans vexation, sans passion, MONT. IV, 152.
   Prov. vexatio ; esp. vejacion ; ital. vessazione ; du lat. vexationem, de vexare, vexer.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
   VEXATION. Ajoutez : - REM. Vexations, au pluriel, a été employé dans l'arrêt qui condamna Lally, comme désignant un crime ou un délit. Sur quoi Voltaire remarque : L'arrêt ne dit point qu'il [Lally] ait été concussionnaire ; cet arrêt lui reproche vaguement des vexations, et ce mot de vexations est si vague qu'il ne se trouve chez aucun criminaliste, Lettre à d'Alembert, 13 juin 1766.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • vexation — [ vɛksasjɔ̃ ] n. f. • 1643; « tourment, peine » 1261; lat. vexatio, de vexare « tourmenter » 1 ♦ Vieilli Action de vexer (1o), de maltraiter; son résultat. ⇒ abus (de pouvoir), brimade, exaction, oppression, persécution. « les vexations qu… …   Encyclopédie Universelle

  • Vexation — Vex*a tion, n. [L. vexatio: cf. F. vexation.] 1. The act of vexing, or the state of being vexed; agitation; disquiet; trouble; irritation. [1913 Webster] Passions too violent . . . afford us nothing but vexation and pain. Sir W. Temple. [1913… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • vexation — Vexation. s. f. Action de vexer. Le procez qu il fait est une vexation manifeste. c est une pure vexation. on a puni ses vexations …   Dictionnaire de l'Académie française

  • vexation — (n.) c.1400, from O.Fr. vexation or directly from L. vexationem (nom. vexatio) agitation, noun of action from from vexus, from vexare (see VEX (Cf. vex)) …   Etymology dictionary

  • Vexation — (v. lat.), 1) Vexiren; 2) Quetschung …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Vexation — (lat), Plackerei, Neckerei …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Vexation — (lat.), Belästigung; Neckerei; vexatōrisch, drückend, lästig; vexieren, plagen, foppen, necken …   Kleines Konversations-Lexikon

  • vexation — index burden, damage, dissatisfaction, distress (anguish), grievance, molestation, nuisance, provocation …   Law dictionary

  • vexation — Vexation, Vexatio …   Thresor de la langue françoyse

  • vexation — [vek sā′shən] n. [ME vexacion < MFr < L vexatio] 1. a vexing or being vexed 2. something that vexes; cause of annoyance or distress …   English World dictionary