émouvoir


émouvoir
(é-mou-voir), j'émeus, tu émeus, il émeut, nous émouvons, vous émouvez, ils émeuvent ; j'émouvais ; j'émus ; j'émouvrai ; j'émouvrais ; émeus, qu'il émeuve, émouvons, émouvez, qu'ils émeuvent ; que j'émeuve, que nous émouvions, que vous émouviez, qu'ils émeuvent ; que j'émusse ; émouvant ; ému, v. a.
   Mettre en mouvement.
   Six chevaux attelés à ce fardeau pesant Ont peine à l'émouvoir sur le pavé glissant, BOILEAU Sat. VI.
   Agiter, troubler. Cette drogue émeut les humeurs. Cela lui émut un peu le pouls.
   Ayant ému les flots, apaisez la tempête, TRISTAN Panthée, III, 1.
   Il ne faut rien pour vous émouvoir en l'état où vous êtes, MOL. Mal. imag. II, 3.
   Fig. Émouvoir la bile, exciter la colère.
   Et je vais lui dicter une lettre d'un style Qui de madame Argante émouvra bien la bile, REGNARD Légat. II, 6.
   Faire naître, susciter.
   Souffrez qu'on vous appelle Pour être entre nous deux juge d'une querelle, D'un débat qu'ont ému nos divers sentiments Sur ce qui peut marquer les plus parfaits amants, MOL. Fâch. II, 4.
   Si je ne vous vois arriver, je croirai que cela vient de la guerre que cette préférence aura émue entre eux, SÉV. 92.
   On émeut des troubles contre eux, BOSSUET Avert. 5.
   S'était-on avisé d'émouvoir une question si frivole ?, BOSSUET Var. 15.
   Ces jours passés, chez un vieil histrion, Un chroniqueur émut la question, Quand dans Paris commença la méthode De ces sifflets qui sont tant à la mode, RAC. l'Origine des sifflets (Épigr. contre Fontenelle).
   On a ému la question si...., VOLT. Dict. philos. IV, 487.
   Pousser au soulèvement, à la sédition.
   M. de Beaufort ne savait pas que qui assemble le peuple l'émeut toujours, RETZ IV, 169.
   [Ils] courent parmi la ville Émouvoir le soldat et le peuple imbécile, CORN. Sert. V, 3.
   Il lui faut me bannir, de crainte que mes cris Du peuple et de la cour n'émeuvent les esprits, CORN. Perthar. V, 3.
   Antoine émut le peuple contre ceux qui l'avaient tué [César], BOSSUET Hist. III, 7.
   La guerre émut l'Asie et l'Égypte alarmée ; Et la terreur s'accrut comme ta renommée, LEMERC. Louis IX, III, 3.
   Exciter des troubles, des séditions.
   Si tu n'étais qu'un lâche, on aurait quelque espoir Qu'en fin tu pourrais vivre et ne rien émouvoir, CORN. Perthar. V, 5.
   Fig. Produire sur l'âme un mouvement comparé au mouvement physique.
   Mais mon déplaisir ne vous peut émouvoir, CORN. Poly. I, 2.
   Il émut le sénat pour des rois outragés, CORN. Pomp. III, 2.
   Je ne saurais voir d'honnêtes pères chagrinés par leurs enfants que cela ne m'émeuve, MOL. Fourber. II, 8.
   .... Le coeur qu'un vrai mérite émeut, TH. CORN. Ariane, IV, 2.
   Ces yeux que n'ont émus ni soupirs, ni terreur, RAC. Brit. V, I.
   Quand mes larmes en vain tâchaient de l'émouvoir, RAC. Bajaz. III, 3.
   Mais, si mes voeux ardents vous peuvent émouvoir, RAC. Phèd. III, 5.
   Émouvoir à, porter à un sentiment.
   On prend plaisir à se sentir émouvoir à toutes sortes de passions, DESC. Pass. 94.
   Pour vous émouvoir à compassion, PERROT Tac. 93.
   Si rien à la pitié ne peut vous émouvoir, CRÉBILLON dans DESFONTAINES.
   Absolument.
   On n'émeut point sans être ému ; et le langage de l'enthousiasme a cela de commun avec toutes les passions, qu'il est ridicule lorsqu'il n'est qu'imité, TURGOT Ébauche du 2e disc. Progrès de l'esprit humain, p. 305.
   Il se dit aussi des sentiments qu'on met en mouvement.
   Mon père tout caduc émouvant ma pitié, CORN. Médée, I, 1.
   Mon crime redoublé n'émeut point ta colère, CORN. Hor. IV, 7.
   Je pourrai de mon père émouvoir la tendresse, RAC. Phèd. III, 6.
   Je ne cherche qu'à émouvoir sa sensibilité, et je ne veux point exciter sa crainte, Mme DE GENLIS Adèle et Théod. t. I, lett. 25, dans POUGENS.
   S'émouvoir, v. réfl. Éprouver une émotion. à ces souvenirs de son enfance il s'émut.
   L'un s'émeut de pitié, l'autre est saisi d'horreur, CORN. Hor. III, 2.
   L'orateur recourut à ces figures violentes Qui savent exciter les âmes les plus lentes ; Il fit parler les morts, tonna, dit ce qu'il put ; Le vent emporta tout, personne ne s'émut, LA FONT. Fabl. VIII, 4.
   Tantôt à son aspect je l'ai vu s'émouvoir, RAC. Athal. V, 2.
   Votre coeur malgré vous s'émeut et s'adoucit, VOLT. Alz. I, 1.
   Par extension.
   La terre s'en émeut, l'air en est infecté, RAC. Phèd. V, 6.
   S'emporter, s'irriter.
   Le jeune homme s'émeut voyant peint un lion : Ah ! monstre ! cria-t-il, c'est toi qui me fais vivre Dans l'ombre et dans les fers, LA FONT. Fabl. VIII, 16.
   Rebuté, il s'émeut contre eux, BOSSUET Hist. II, 4.
   Sans doute à cet aspect sa rage s'est émue, RAC. Andr. V, 6.
   S'inquiéter.
   Cléopatre s'enferme en son appartement, Et, sans s'en émouvoir, attend son compliment, CORN. M. de Pomp. III, 1.
   Viriate, il est vrai, pourra s'en émouvoir, CORN. Sertor. I, 2.
   Le lendemain, il apprit qu'on disputait à Delzons la possession de Malo-Iaroslavetz ; il ne s'en émut guère, soit confiance, soit incertitude dans ses projets, SÉGUR Hist. de Nap. IX, 2.
   S'agiter, s'insurger.
   À ce spectacle, le peuple s'émut : les statues de l'empereur furent renversées en divers endroits, BOSSUET Hist. I, 11.
   Tout l'empire s'émeut contre l'Église naissante, BOSSUET ib. II, 7.
   On vit les Gaules, les Espagnes, tous les royaumes dont l'empire était composé, s'émouvoir tout à coup, BOSSUET ib. II, 9.
10°   S'élever, être suscité.
   Entre deux bourgeois d'une ville, S'émut jadis un différend, LA FONT. Fabl. VIII, 19.
   Impersonnellement.
   Son voisin devint amoureux de sa femme et l'enleva ; il s'émut une grande querelle, MONTESQ. Lett. pers. 11.
11°   On dit que la graine des vers à soie s'émeut quand elle commence à blanchir.
PROVERBE Il ne faut pas émouvoir les frelons, c'est-à-dire il ne faut point aller irriter des gens irritables.
   XIe s.
   Li amirals qui trestouz les esmut [mit en mouvement], Ch. de Rol. CXCVII.
   XIIe s.
   [Cil] Qui plus ont esmeü la tanson [querelle] et l'envie, Sax. XX.
   Cume ço vit la mere que l'um l'enfant dut detrenchier, tut le quer [coeur] li fud esmeüd, Rois, p. 237.
   XIIIe s.
   La comtesse Marie.... si acoucha d'une fille, et après, quant ele fu relevée, si s'esmut [se mit en marche] et ala outre-mer après son seigneur, VILLEH. CXXX..
   Et par ce que cis pardons fu si grans, s'esmurent moult li cuer des gens, si que maint s'en croisierent par le monde, VILLEH. I.
   Quant la roine vit que li rois s'esmevoit, si l'en pesa, Chr. de Rains, 192.
   Raison ne s'esmovra jamais à chose qui contre vous aille, la Rose, 10388.
   Ne m'esmovez pas à ire, Psautier, f° 115.
   À l'esmouvoir l'ost le roy, r'ot [il y eut de nouveau] grant noise [bruit] de trompes et de cors sarrazinois, JOINVILLE 227.
   Garde toy de esmouvoir guerre, sanz grant conseil, contre home crestien, JOINVILLE 301.
   XIVe s.
   Et la ville s'esmuit ; cascuns keurt [court] tangrement, Pour assalir le [la] tour, que Bauduin deffent, Beaud. de Seb. VII, 783.
   Frere, dit Gloriant, par Dieu vous dites voir ; Pensons de nous haster et de nous esmouvoir ; Car, s'il se ravisoit, trop nous porroit doloir, ib. IX, 800.
   XVe s.
   Et voyoient tout le pays tourner avec la roine et son ains-né fils, et dresser et emouvoir contre eux, FROISS. I, I, 20.
   L'un ravist tout, l'autre pert son demaine ; Peuples s'esmuet, l'eglise est subournée ; Noblece fault, tant est mal ordonnée, EUST. DESCH. Souffr. du peuple..
   Guerre s'esmeut entre eulx pour leur auctorité, qui a duré par longues années, COMM. I, 7.
   [Louis XI avait recommandé que quand on le verrait en danger de mort] on ne luy dist fors tant seullement : parlez peu, et que on l'esmeut seullement à soy confesser sans luy prononcer ce cruel mot de mort, COMM. VI, 12.
   Elle alloit et venoit, maintenant ci, maintenant là, tant emue qu'il sembloit qu'elle fust ravie de son sens, LOUIS XI Nouv. C..
   XVIe s.
   Charger la parole de Dieu des seditions qu'esmeuvent à l'encontre d'icelle les fols et escervelez - On accusoit les apostres comme s'ils eussent esmeu le populaire à tumulte - Ce ne sommes pas nous qui esmouvons les troubles, CALV. Instit. dédic..
   Il estoit esmeu comme la fueille de l'arbre, CALV. ib. 434.
   Esmouvoir à commiseration et à pitié - Un trouble s'estant esmeu pendant ce parlement, MONT. I, 25.
   Preparé d'une belle oraison pour l'esmouvoir à la guerre contre...., CALV. I, 189.
   Socrates va tousjours demandant et esmouvant la dispute, jamais l'arrestant, CALV. II, 239.
   Et s'estant esmeu d'adventure quelque debat et different entre les pasteurs, AMYOT Rom. 7.
   Amulius, esmeu de ces raisons, luy livra entre ses mains Remus pour en faire punition, AMYOT ib. 8.
   Il ne s'esmeut point autrement de cette nouvelle, AMYOT Public. 27.
   Il se levoit un grand vent du costé de la mer, qui emouvoit de grosses vagues dedans le canal, AMYOT Thém. 28.
   Les fondements des plus hautes montagnes Tous esbranlés s'esmurent grandement, MAROT IV, 253.
   Berry, émouver ; provenç. esmover, esmovre ; du latin emovere, de e, et movere, mouvoir (voy. mouvoir).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • émouvoir — [ emuvwar ] v. tr. <conjug. : 27, sauf p. p. ému> • esmoveir 1080; lat. pop. °exmovere, du lat. class. emovere « mettre en mouvement » 1 ♦ Vx ou littér. Mettre en mouvement. ⇒ agiter, ébranler, mouvoir. « Aucun souffle n émouvait le maigre… …   Encyclopédie Universelle

  • émouvoir — ÉMOUVOIR. v. a. (Il se conjugue comme Mouvoir.) Mettre en mouvement, faire mouvoir. Il ne se dit guère que Des parties les plus subtiles et les plus mobiles d un corps, comme sont les humeurs, les vapeurs, les esprits. Cette drogue émeut les… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ÉMOUVOIR — v. a. (Il se conjugue comme Mouvoir. ) Mettre en mouvement, agiter, troubler. Il se dit en parlant D une agitation inaccoutumée dans les humeurs, dans l économie animale. Cette drogue émeut les humeurs, la bile, et ne purge pas. Cette médecine n… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉMOUVOIR — v. tr. Exciter quelque mouvement, quelque passion dans le coeur, causer du trouble, de l’altération dans l’âme. Il sait l’art d’émouvoir les passions. émouvoir la colère. Par extension, émouvoir quelqu’un. C’est un homme que rien ne peut émouvoir …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • émouvoir — vt. , émotionner, provoquer une émotion ; troubler, toucher, (qq.) : émôchenâ vt. (Saxel), émôch(o)nâ, C. => snâ <sonner> (Albanais.001) ; fâre kôkaryin (à) <faire qc.> vti. (Arvillard.228), fére émouvoir kâkrê (à) (001) / kâtyè… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Émouvoir — Émotion Psychologie Approches et courants Psychodynamique • Humanisme • …   Wikipédia en Français

  • émouvoir — (v. 3) Présent : émeus, émeus, émeut, émouvons, émouvez, émeuvent ; Futur : émouvrai, émouvras, émouvra, émouvrons, émouvrez, émouvront ; Passé : émus, émus, émut, émûmes, émûtes, émurent ; Imparfait : émouvais, émouvais, émouvait, émouvions,… …   French Morphology and Phonetics

  • émouvoir —   vb. existant, avec conjugaison différente à la troisième personne du pluriel.    Au moins cinq millions de personnes qui s émouvaient F1, 29 …   Dictionnaire Céline

  • Émouvoir — III гр., (avoir) P.p.: ému 1) Волновать 2) Всколыхнуть Présent de l indicatif j émeus tu émeus il émeut nous émouvons vous émouvez ils émeuvent …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir — tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s émouvoir... Album par Hubert Félix Thiéfaine Sortie 1978 Enregistrement novembre 1977 Studios ETA Robert Gaffinel, Paris Durée 39:42 …   Wikipédia en Français