briquet


briquet
briquet 1.
(bri-kè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : des bri-kè-z ingénieux ; briquets rime avec traits, succès, paix) s. m.
   Petite pièce d'acier dont on se sert pour tirer du feu d'un caillou. Battre le briquet.
   Familièrement et figurément, battre le briquet, se frapper les chevilles des pieds en marchant.
   Par extension, tout ce qui sert à fournir du feu. Briquet phosphorique.
   Briquet pneumatique, petit appareil dans lequel on peut enflammer l'amadou par la compression brusque de l'air.
   Sabre court à l'usage de l'infanterie.
   Prends ton briquet, Francisque, et allons assommer ce Benjamin Constant, P. L. COURIER I, 262.
   La Tulipe, homme de cour, a quitté son briquet pour se faire talon rouge, P. L. COURIER I, 227.
   Petit couplet de fer, servant à joindre des ouvrages de menuiserie qui n'ont pas besoin de s'ouvrir entièrement, comme des comptoirs, des tables, etc.
   S. m. pl. Ornement que l'on nomme aussi trèfle et qui se taille sur une doucine.
   Le briquet à faire du feu ne s'est dit que par comparaison avec le briquet, petit couplet de fer ; du moins on ne trouve dans Richelet que celui-ci ; et dans Furetière ni l'un ni l'autre ne figurent. Briquet à faire du feu ne se trouve dans le Dictionnaire de l'Académie qu'à partir de l'édition de 1762. L'étymologie est inconnue ; cependant on peut supposer que briquet a le même radical que brique et signifie un petit morceau (de fer).
————————
briquet 2.
s. m.
Petit chien bon pour la chasse des blaireaux et des renards.
   On peut chasser le renard avec des bassets, des briquets, BUFF. Renard..
   XVe s.
   Près là, briquet aux pendantes oreilles, Tu suz que c'est de deduit de gibier, CH. D'ORL. Rondeau, p. 270.
   Probablement une autre forme de braque, braquet. Briquet, dans Cotgrave, signifie un levreau.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.