broncher


broncher
(bron-ché) v. n.
   Mettre le pied à faux. Un cheval peut broncher par maladresse ou par défaut d'aplomb.
   Le cheval reculait toujours, ronflant, soufflant, et bronchant comme un cheval effarouché qu'il était, SCARR. Rom. com. II, ch. 13.
   Votre cheval bronchant vous laissait dans la plaine, ROTR. Bélis. V, 5.
   Quand bronchant lourdement en un mauvais passage, RÉGNIER Sat. X..
   Après ce mauvais pas où vous avez bronché, CORN. le Ment. IV, 5.
   Fig. Hésiter, faillir.
   Jamais au bout du vers on ne te voit broncher, BOILEAU Sat. II.
   Leur venin [de mes ennemis] qui sur moi brûle de s'épancher, Tous les jours en marchant m'empêche de broncher, BOILEAU Épît. VII.
   On marche devant Dieu ; mais, si on bronche, on se hâte de reprendre sa course, FÉN. XVIII, 383.
   M. de Vendôme, secouru de M. du Maine, ne laissa pas Barbezieux broncher à son égard, SAINT-SIMON 29, 78.
PROVERBE Il n'y a si bon cheval qui ne bronche, c'est-à-dire les plus habiles se trompent, font des fautes.
   Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
   XIVe s.
   Thibaut fery de la hache qu'il tenoit, sur les espaules de Colart si grant cop qu'il le fist brunquier sur le col de son cheval, DU CANGE broquerius..
   XVIe s.
   Le grand colosse, à ce coup estonné, D'un sault horrible alla bruncher par terre, DU BELLAY V, 9, verso..
   Le pré aux clers en est tesmoing, Où il n'y a si petit coing De muraille, qu'à coups de pierre On ne face bruncher par terre, DU BELLAY VII, 76, verso..
   Le broncher d'un cheval, la cheute d'une tuile, MONT. I, 76.
   Mon jugement ne marche qu'à tastons, chancelant, bronchant, et chopant, MONT. I, 155.
   C'est un coup de la fortune de faire bruncher nostre ennemy, MONT. I, 242.
   Ce mulet passant au travers d'une riviere, et y estant [ayant] brunché, MONT. II, 186.
   Le corps sans nom, sans chaleur et sans face, Comme un grand tronc broncha dessus la place, RONS. 596.
   ....le bois estant bronché [abattu] Fut par le fer artisan destranché, RONS. 599.
   ....empeschant que cet illustre ouvrage, Basty par vous, n'est bronché de l'orage, AMADIS JAMYN Poésies, p. 14, verso..
   ....et par là bronche contre bas La plus dure espesseur des superbes murailles, AMADIS JAMYN ib. p. 32.
   Norm. brucher ; de l'ancien français bronche, qui signifiait branche ; ancien espagn. broncha, même sens ; ital. bronco, tronc ; d'où broncher, parce qu'on se heurte contre un tronc d'arbre. Origine inconnue. On l'a rapporté au latin bronchus, le même que brochus, dent saillante (voy. broche) ; mais le sens est peu satisfaisant. Diez met en avant l'ancien haut-allem. bruch, flamand brok, quelque chose de rompu, fragment ; <

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • broncher — [ brɔ̃ʃe ] v. intr. <conjug. : 1> • 1531; « pencher » XIIe; lat. pop. °bruncare, d o. i. 1 ♦ Vx Faire un faux pas. Un cheval qui bronche sur une pierre. ⇒ achopper, 2. buter, chopper, trébucher. Fig. et littér. Broncher contre, sur (qqch.) …   Encyclopédie Universelle

  • broncher — BRONCHER. v. n. Faire un faux pas, chopper. Une pierre m a fait broncher. Un cheyal qui bronche. [b]f♛/b] Il signifie figurément Faillir. Il ne faut pas broncher devant lui. [b]f♛/b] Dans ce sens, on dit proverbialement et figurément, qu Il n y a …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • broncher — BRONCHER. v. n. Faire un faux pas, chopper. Une pierre m a fait broncher. un cheval qui bronche. il n y a si bon cheval qui ne bronche. Il sig. fig. Faillir. Il ne faut pas broncher devant luy. il a lourdement bronché en cette occasion. Dans ce… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • broncher — Broncher, voyez Bruncher …   Thresor de la langue françoyse

  • BRONCHER — v. intr. Faire un faux pas... Une pierre m’a fait broncher. Un cheval qui bronche. Figurément, au sens moral, il signifie Hésiter, se tromper, faillir. Il ne faut pas broncher devant lui. C’est un homme qui n’a jamais bronché. Cet écolier a… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • BRONCHER — v. n. Faire un faux pas, chopper. Une pierre m a fait broncher. Un cheval qui bronche.   Il s emploie figurément, au sens moral, et signifie, Faillir. Il ne faut pas broncher devant lui. C est un homme qui n a jamais bronché. Prov. et fig., Il n… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • broncher — vi. , remuer, bouger, s agiter ; murmurer, (pour manifester son impatience) ; regarder par en dessous (quand un enfant grondé baisse la tête en faisant la grimace ou en tirant la langue) ; trahir ses sentiments, laisser transparaître ce que l on… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • begiviniñ — broncher …   Dictionnaire Breton-Français

  • Saison 5 de Dr House — Logo original de la série Série Dr House Pays d’origine …   Wikipédia en Français

  • bronche — [ brɔ̃ʃ ] n. f. • 1633; bronchie 1560; lat. bronchia, gr. brogkhia ♦ Anat. Conduit aérien du poumon. Avoir les bronches fragiles. Bronche souche : chacun des deux conduits cartilagineux qui naissent par bifurcation de la trachée, pénètrent dans… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.