brésil


brésil
(bré-zil) s. m.
Bois rouge propre à la teinture.
   Sec comme brésil, comme du brésil, extrêmement sec.
   On dit aussi bois de Brésil, observe l'Académie. Si l'on écrit bois de brésil (sans majuscule), la locution n'est pas bonne : car le brésil est un bois, et non un arbre ; si on écrit Brésil (avec une majuscule), elle n'est pas bonne non plus : car elle implique que le brésil a reçu son nom du Brésil, ce qui est faux.
   XIIIe s.
   Ils ont [dans l'île de Ceylan] berzi en grant habondance, do meillor dou monde, MARCO POLO dans DE LABORDE, Émaux, p. 174.
   Dou royaume de Jherusalem, dou royaume de Egipte, de la terre au soudant, vient poivres et toute espicerie et bresis, MARCO POLO ib..
   Li barillier pueent fere baris de fuz de tamarie et de brezil, Liv. des mét. 104.
   Nus tabletier ne puet metre avec buis nule autre maniere de fust qui ne soit plus chier que buis ; c'est à savoir, cadre, benus [ébène], bresil et ciprès, ib. 177.
   XVIe s.
   Comme si on brouilloit ensemble des diamans, rubis, fer, plomb, or, argent, marbre, bresil, perles, corail, tuiles et ardoises, LANOUE 40.
   Villeguignon alla au Bresil faire un fort en la riviere de Ganabaras, l'ayant accommodé, renvoya ses navires chargez de bresil, et de là despescha à Geneve, D'AUB. Hist. I, 41.
   Ensemble une douzaine d'arcs de fin bresil, accompaignez de douze trousses ou carquois, CARL. III, 30.
   On dissoudra rasure de bresil et orcanete en eau alumineuse, PARÉ XXV, 44.
   Non de fer, ains d'os, de bresil, de bouis ou d'autre bois ferme et lissé, O. DE SERRES 668.
   Provenç. brezilh ; espagn. brasil ; ital. brasile ; d'après du Cange, de même radical que braise, à cause de la comparaison avec la couleur rouge ou de feu ; la dérivation se serait faite par des verbes allemands, braezelen, brasseln, rôtir en pétillant. Le brésil, connu, comme on voit, bien longtemps avant la découverte de l'Amérique, n'a pas reçu son nom du Brésil, mais l'a donné à ce grand pays, où les bois de teinture rouge sont très abondants. D'après Chifflet, Gramm. p. 208, l ne se prononçait jamais, même quand une voyelle suivait.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
   BRÉSIL. - REM. Au lieu de la remarque, mettez ceci : L'Académie observe qu'on dit aussi bois de Brésil. Cette observation a besoin d'explication ; car, telle qu'elle est, elle ferait croire que le brésil tire son nom du Brésil, tandis qu'au contraire c'est le Brésil qui tire son nom du brésil. On peut écrire bois de brésil ou bois de Brésil. Dans le premier cas, ce sera du bois de l'arbre brésil ; dans le second cas, le bois de Brésil ou de Fernambouc désignera particulièrement la caesalpinia echinata, Lmk.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.